L’année liturgique, un éclairage historique

3 avril 2012: Illustration calendrier, jour de l'ascension, France.

3 avril 2012: Illustration calendrier, jour de l’ascension, France.

 

Par Hélène Bricout

 

Le mystère pascal est une réalité dont l’ampleur et la profondeur nous échappent, et nous échapperont toujours. Malgré la relative simplicité de son énoncé – le Christ est venu, il est mort, il est ressuscité, il reviendra dans la gloire – ses implications théologiques et spirituelles dépassent ce que notre entendement nous permet de saisir. Pourtant, l’Eglise n’a jamais cessé de vouloir aider les fidèles à approfondir ce mystère afin d’en vivre. Parmi les moyens qu’elle a progressivement mis en oeuvre au cours de son histoire, figure l’année liturgique : en inscrivant dans un cycle annuel les différents aspects du mystère pascal, elle en permettait une assimilation par séquences, sans jamais cependant perdre de vue l’unité de l’ensemble. Ainsi l’exprime la Constitution sur la sainte liturgie au n° 102 : « [La Mère Eglise] déploie tout le mystère du Christ pendant le cycle de l’année, de l’Incarnation et de la Nativité jusqu’à l’Ascension, jusqu’au jour de la Pentecôte et jusqu’à l’attente de la bienheureuse espérance et de l’avènement du Seigneur. » Ce « déploiement » résume à lui seul la visée de l’année liturgique : célébrer l’ensemble du mystère, mais en réfractant sa trop forte densité à travers des fêtes et des temps particularisés qui en célèbrent successivement les moments et les éléments essentiels.

 

L’année liturgique, fruit des traditions de l’Eglise

Brève histoire de l’année liturgique des origines au VIIIe siècle

En parcourant l’histoire de l’année liturgique, on est frappé de constater l’importance de l’apport des Eglises orientales au cours des premiers siècles : l’année liturgique que nous connaissons apparaît alors comme une oeuvre de l’Eglise universelle.

L’année liturgique n’est pas née dans les premières communautés chrétiennes : c’est le rythme hebdomadaire, avec son axe dominical, qui a structuré le temps liturgique des premiers chrétiens : chaque dimanche, l’« unitotalité »du mystère du Christ mort et ressuscité était célébré par le rassemblement ecclésial et l’eucharistie.

C’est progressivement que les fêtes annuelles sont apparues. L’essentiel de l’année liturgique est fixé au VIIIe siècle. Les deux grands foyers en sont :

  • Le cycle pascal, constitué à partir de la célébration annuelle de la fête de Pâques apparue au cours du IIe siècle, et augmenté d’un temps de préparation (triduum, puis « quarantaine » ou Carême), et de sa « Cinquantaine joyeuse ». Celle-ci, d’abord célébrée de façon unifiée comme « un grand dimanche de cinquante jours », se morcelle ensuite en célébrations individualisées (Ascension, Pentecôte) ;
  • Le cycle de Noël-Épiphanie, apparu au cours du IVe siècle, avec également un temps de préparation et un temps de prolongement. Entre les deux, ont pris place d’autres célébrations appartenant au cycle dit « temporal »; plusieurs sont issues de la commémoration de dédicaces de basiliques de Jérusalem : ainsi que la Transfiguration du Seigneur, ou de l’exaltation de la sainte Croix. D’autres appartiennent au cycle sanctoral qui célèbre la mémoire de la Vierge Marie et des saints. En occident apparaissent plus tardivement, des fêtes propres : la fête de la Sainte Trinité, une « fête d’idées » apparue sans doute en Gaule, et celle de tous les saints, en Angleterre, au VIIIe siècle 1.

 

Quelques réflexions :

Ces quelques repères historiques suscitent plusieurs réflexions

  1. La date de Pâques : la fête de Pâques est célébrée dès les origines selon deux traditions différentes : l’une liée au calendrier juif dans les régions d’Asie Mineure, prenant pour jour de célébration la date anniversaire de la mort du Christ, le 14 du mois de Nizan, que sa transposition dans le calendrier julien place au 6 avril 2. L’autre tradition, en usage presque partout ailleurs, consiste à célébrer Pâques en rapport avec la fête lunaire de la Pâque juive, soit le dimanche qui suit la première pleine lune après l’équinoxe de printemps, c’est-à-dire notre système actuel.
  2. Néanmoins, les chrétiens éprouvèrent le besoin de célébrer ensemble la fête qui constituait le cœur de la foi. C’est pourquoi en l’an 325, le concile de Nicée décida de retenir le second usage et de l’étendre à l’ensemble des Eglises chrétiennes. Il ne s’agissait pas de nier les coutumes spécifiques des Eglises, surtout à une époque où la liturgie était de la responsabilité locale des évêques mais d’avoir au moins en commun la date de la célébration de la mort et de la résurrection du Christ. Un tel souci de manifester l’unité de foi dans l’unité de date de célébration est évidemment évocateur des moyens de manifester l’unité des chrétiens à une époque où celle-ci, en raison du développement d’hérésies, n’allait plus de soi.
  3. L’importance de Jérusalem : le site de Jérusalem occupe une importance considérable dans la constitution de l’année liturgique : la commémoration des événements salvifiques sur les lieux mêmes où ils se sont produits a suscité le développement d’une liturgie annuelle, et en particulier pascale, qui en suivait la chronologie 3 : cependant la liturgie évoquait cette composante historique sous le mode du mémorial : ce qui permettait de ne pas limiter les événements du salut à un simple souvenir, mais de les actualiser par la célébration liturgique. Ainsi le mémorial pascal, en intégrant mais aussi en dépassant le caractère historique de la Passion pour en actualiser le caractère salvifique, donne sens à l’ensemble de l’année liturgique, et suscite une nouvelle conception du temps, sur laquelle nous reviendrons.
  4. La complémentarité des traditions : si l’essentiel des fêtes de l’année liturgique est venu d’Orient, et en particulier de Jérusalem, il existe au moins un exemple d’influence inverse : la fête de Noël. Née au début du IVe siècle en Occident, elle atteint Antioche à la fin de ce siècle et s’étend peu à peu dans le reste de l’Orient. Dans ces régions, la fête du 6 janvier, souvent considérée comme la date de la naissance du Christ, est aussi la fête du baptême du Christ, et c’est surtout cet événement que commémore, aujourd’hui encore, la fête de l’Épiphanie en Orient. Par leur diversité même, les traditions liturgiques illustrent l’impossibilité, pour une tradition donnée, fût-elle romaine ou byzantine, de rendre totalement compte par elle-même de l’inépuisable richesse du mystère du Christ; elles illustrent en même temps l’intérêt, pour une compréhension plus large et plus profonde de fêtes de l’année liturgique 4, de se rendre aujourd’hui attentifs à l’intelligence qu’en donnent les autres traditions à travers leurs célébrations et leur cycle liturgique.
  5. Si l’année liturgique est en décalage avec les repères habituels du temps humain, comme ce fut toujours le cas, c’est fait exprès : l’année liturgique, en commençant au premier dimanche de l’Avent et en se terminant avec la dernière semaine précédant l’Avent suivant, fait prendre conscience aux baptisés de ce que l’horizon de la vie terrestre est le Royaume; elle tourne leurs yeux vers l’événement qui oriente la vie humaine au-delà de ses préoccupations profanes : le retour du Christ et l’accomplissement définitif du mystère pascal.

 

Télécharger l’article intégral ci-contre.

Approfondir votre lecture

  • 13 juillet 2010 : Cour de chant par Caroline GAULON lors des 10èmes Estivales de chant liturgique, Abbaye d'Ourscamp (60), France.

    Choisir des chants en fonction de l’année liturgique

    Des chants pour des rites L’action liturgique se déploie en des rites variés : l’ouverture n’est pas la communion, la proclamation de l’évangile est autre que la prière de louange. Soit qu’ils les accompagnent (chant de la fraction, processionnal de communion), soit qu’ils les fassent résonner au cœur de l’assemblée pour en magnifier les effets (chant de la…

  • Horloge de la Cathédrale Notre-Dame de Strasbourg, portail sud. Oeuvre du XVIe s. Bas Rhin (67), Alsace, France.

    Liturgie des Heures, sanctifier le temps

    P ar Dominique Foyer, du diocèse de Cambrai, théologien moraliste et professeur à la Catho de Lille   La liturgie des Heures « a en propre, par rapport aux autres actes liturgiques […], de consacrer tout le cycle du jour et de la nuit[1]. » Offrande de soi, offrande du temps La seule offrande que nous ayons à…

  • 11 avril 2010 : Cierge pascal allumé lors du dimanche in albis. Egl. Saint Severin. Paris (75) France.

April 11th, 2010 : Eastern candle. Saint Severin ch. Paris (75) France.

    Les degrés des célébrations liturgiques

    Par Paul De Clerck « Car un jour est différent des autres jours, une heure, des autres heures » – Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince. Les jours liturgiques « Chaque jour est sanctifié par les célébrations liturgiques du Peuple de Dieu. Le premier jour de la semaine, ou Jour du Seigneur,…l’Église célèbre le mystère pascal » (Normes,…