Lectio divina, la lecture sainte dans un groupe

La Bible

La Bible

Lire à plusieurs un texte biblique apporte généralement une autre dimension à la lecture sainte. Mais comment procéder ? Voici une proposition parmi d’autres. Elle fonctionne dans un groupe de 5 à 10 personnes. Le texte biblique est choisi parmi ceux qu’offre la liturgie de la messe.

La rencontre commence par une courte prière. Puis ce sont les temps de l’observation, de la méditation et de la prière.

Prière ou chant pour se préparer à la lecture sainte

On se rappelle la parole de Jésus : « Quand deux ou trois personnes sont rassemblées en mon nom, je suis au milieu d’elles » (Matthieu 18, 20). On peut ensuite formuler une invocation comme : « Parle, Seigneur, ton serviteur écoute » (1 Samuel 3, 10) ou encore : « Toi seul, Seigneur, as les paroles de la vie éternelle » (Jean 6,68). On peut encore s’adresser à l’Esprit Saint. Un chant connu de tous aide à se rassembler et à créer le climat de prière souhaitable.

Le temps de l’observation

– Un des participants lit à haute voix et lentement le texte choisi.
– Ensuite, pendant 5 à 7 minutes de silence absolu, chacun observe les éléments qui font le texte (par exemple : les mots à densité religieuse, les personnages, les mouvements, les lieux, les titres donnés à Jésus, etc…)
– Enfin, à tour de rôle, chacun en une ou deux phrases seulement, exprime au groupe l’élément de son observation qui lui semble le plus important.
– Ce temps d’observation suppose que chacun ait devant les yeux la même traduction du texte biblique. L’observation se fait crayon à la main, pour souligner les mots et les expressions qui semblent caractéristiques de l’enjeu du texte.

Le temps de la méditation

– Une deuxième personne relit le texte à haute voix.
– Pendant 5 à 7 minutes de silence, chacun reprend le texte et essaie de percevoir la foi qui s’y exprime, et comment cela résonne ou non pour sa propre foi.
– Nouveau partage. Chacun, en une phrase ou deux, résume ce qui lui semble l’enseignement de foi du texte et comment cela interroge ou non sa propre foi.

Afin qu’un tel échange reste sur le plan personnel, chacun s’efforce de s’exprimer à la première personne. (« Je », « pour moi », « je vois dans ce texte… ») et évite des formules impersonnelles ou générales (comme le « nous », ou « le texte dit »). Il s’agit ici d’une simple communication. On ne doit engager aucune discussion.

Le temps de la contemplation ou de la prière

– Une troisième personne relit le texte à haute voix, lentement.
– Pendant 5 à 7 minutes de silence, chacun prie à partir de son observation, de sa méditation, et aussi de ce qu’il aura entendu des autres. Dans cette prière, on n’oubliera pas d’utiliser si possible des mots du texte. Chacun choisit, en fonction de la tonalité du texte, la forme de prière qui lui convient : confiance, louange, pénitence, demande, intercession…
– Dernier partage. Chaque participant brièvement reprend devant les autres une ou deux expressions de sa prière. Chacun retiendra l’une ou l’autre formule de l’échange pour l’emporter avec lui et la reprendre dans sa prière personnelle au cours de la journée ou de la semaine.

Conclusion

On terminera la rencontre par une prière de l’Eglise connue de tous (le Notre Père, le Magnificat, une des formulations du credo de la messe…)

Chacun accueille ce que disent les autres sans porter de jugement et sans commentaire. Le but de la rencontre n’est ni l’étude du texte, ni une discussion sur le texte, mais un partage simple et sobre de la lecture croyante de chacun.