Itinéraire symbolique de la liturgie et pédagogie d’initiation en catéchèse

 

7 avril 2012 : Vigiles Pascales avec Mgr Yves PATENÔTRE, archevêque de Sens, évêque d'Auxerre, à l'église Notre-Dame au Chemin Neuf, à Paron (89), France. April 7, 2012: Easter Vigil with Mons. Yves PATENÔTRE, archbishop of Sens, bishop of Auxerre, in Our Lady of the New Path, Paron (89), France.

(C) CIRIC

Par Jean-Claude Reichert Supérieur du séminaire de Strasbourg et ancien directeur du Service national de la catéchèse et du catéchuménat

 

La place de la liturgie en catéchèse, et plus largement la question des relations entre liturgie et catéchèse, est une problématique aujourd’hui plus présente que par le passé. La parution du Texte national pour l’orientation de la catéchèse en France[1] y a sans doute contribué, en particulier lorsqu’il invite à des temps de catéchèse intégrés au rassemblement dominical ou quand il demande que la catéchèse soit davantage articulée aux autres facettes de la vie ecclésiale.

Liturgie et catéchèse : une connexion nécessaire

Avant d’aborder les éléments plus techniques d’une relation entre liturgie et catéchèse, il convient de dire immédiatement que dans ce rapprochement se joue une juste compréhension de l’acte de catéchèse lui-même. À force de souligner, par exemple, qu’il est important d’instruire dans les contenus de la foi, on pourrait en venir à oublier qu’en catéchèse se joue d’abord et fondamentalement l’éclosion et l’affermissement d’une vie en relation avec la personne du Christ. Instruire dans l’intelligence que l’Église a de sa foi est un but incontestable et hautement nécessaire, mais la catéchèse « ne peut pas se réduire à un simple enseignement » avertit le Directoire général pour la catéchèse[2].

« Le but définitif de la catéchèse est de mettre quelqu’un non seulement en contact mais en communion, en intimité avec Jésus Christ : lui seul peut conduire à l’amour du Père dans l’Esprit et nous faire participer à la vie de la Trinité Sainte » écrivait le pape Jean-Paul II en conclusion du synode de 1979 consacré à la catéchèse[3].

Pour avancer dans la réalisation de ce but fondamental et définitif, la catéchèse gagne évidemment à regarder vers la liturgie, car c’est avant tout dans la liturgie que s’effectue pour l’Église le mystère de communion dans la vie divine qui fonde une vie chrétienne. Ce que l’Église demande à la catéchèse de viser dans son acte d’enseignement, la liturgie y plonge avec la force sacramentelle de son itinéraire rituel. La catéchèse ne doit donc pas se greffer sur la liturgie seulement parce qu’il serait aujourd’hui pastoralement opportun de rapprocher deux fonctions ecclésiales trop longtemps séparées, voire par économie de moyens. Unir catéchèse et liturgie est une nécessité interne à la responsabilité catéchétique[4], car le but que l’Église lui assigne est un socle qu’elle partage avec l’action liturgique. À condition bien sûr de respecter le chemin tout à fait particulier et original que catéchèse et liturgie empruntent l’une et l’autre pour y contribuer. Et c’est évidemment là que se noue la vraie question. Comment adosser la catéchèse à la liturgie sans transformer la liturgie en un lieu de catéchèse ?

Deux champs contribuent au même socle commun

En 1997, peu d’années donc avant qu’aboutisse le renouvellement demandé par le Texte national, un document resté à l’état de dossier photocopié avait déjà essayé d’établir le juste rapport que la catéchèse devait entretenir avec la liturgie[5]. Sur l’horizon traditionnel d’une distinction empruntée aux trois munera, les auteurs avaient tenté d’établir le chemin particulier emprunté par la catéchèse et la liturgie.

« La mission de la catéchèse est de permettre à des enfants et à des jeunes d’entrer dans le mystère du Christ et d’en vivre pleinement » pouvait-on y lire d’un côté en écho à l’avertissement du pape Jean-Paul II. « La liturgie est l’action d’un peuple qui célèbre son Seigneur et qui se reçoit à travers cette action comme Peuple de Dieu, corps du Christ et temple de l’Esprit » précisait-on de l’autre côté[6].

Mais les deux fonctions catéchétiques et liturgiques étaient ainsi posées côte à côte. Rien ne venait encore révéler leur connexion interne. Dans son introduction, Mgr Gérard Defois, alors président de la Commission épiscopale pour la catéchèse et le catéchuménat (CECC), le disait ouvertement : il fallait « favoriser le lien entre la participation des enfants à la prière de l’Église et l’intelligence de la foi ». Or, ajoutait-il, pour travailler à établir cette connexion entre catéchèse et liturgie, il convenait de prendre en compte le « domaine symbolique dont la liturgie est sans conteste l’expression ». La liturgie est clairement posée comme action liturgique et non comme objet d’étude. Si la liturgie trouve son expression dans l’ordre symbolique, c’est qu’on ne peut s’en approcher qu’en s’y livrant. Pour trouver la connexion interne entre liturgie et catéchèse, dit Mgr Defois en substance, il faut accepter d’aborder la liturgie comme célébration, en respectant le langage proprement symbolique par lequel s’exprime une célébration. Mais comment la catéchèse peut-elle s’adosser au langage symbolique qui fonde une célébration liturgique ?

[…] Télécharger la suite de l’article ci-contre

[1] Conférence des évêques de France, Texte national pour l’orientation de la catéchèse en France et principes d’organisation, Bayard / Cerf / Fleurus-Mame, 2006.

[2] Directoire Général pour la Catéchèse, n°29.

[3] Jean-Paul II, Exhortation apostolique Catechesi tradendae, n° 5.

[4] « La catéchèse est intrinsèquement reliée à toute l’action liturgique et sacramentelle » (DGC n° 30).

[5] CONER, Catéchèse et liturgie. Mise en œuvre actualisée du Texte de référence, Dossier en collaboration avec le CNPL publié avec l’accord de la CECC, Juin 1997 ; le document est consultable auprès du Service national de la catéchèse et de catéchuménat (SNCC).

[6] Document de la CONER, n° 6.

Approfondir votre lecture

  • chorale d'adultes

    Proposition de chants pour la célébration d’un baptême

    Voici quelques recommandations de chants pour la célébration d’un baptême, certifiées par le Département Musique du SNPLS.   La cote correspondant aux sacrements d’initiation chrétienne est représentée par le lettre N. Les promotions épiscopales sont malheureusement pauvres en chants pour le baptême, puisqu’un seul chant typique y figure : « Laissons-nous transformer par la lumière » (N 47-99)…

  • veillée pascale 2

    Célébrer des baptêmes d’adultes à la Veillée Pascale

    Par Pierre Faure, Diacre jésuite, responsable du Centre spirituel de Penboc’h dans le diocèse de Vannes   Le Rituel de l’Initiation chrétienne des adultes prévoit que les sacrements (baptême, confirmation, eucharistie) seront célébrés à la veillée pascale : “Puisque normalement, l’initiation des adultes est célébrée dans la sainte nuit de Pâques…” (n° 203). Le Rituel du baptême…

  • 3 juin 2006: Confirmations des adultes du diocèse de Paris lors de la messe du soir de Pentecôte à Notre Dame.

    Le chant dans l’Initiation chrétienne des adultes

    Par Odette Sarda, théologienne appartenant à la congrégation des Dominicaines.   Dans l’édition francophone du Rituel de l’Initiation Chrétienne des Adultes, il a paru très important de proposer des chants accordés aux divers moments de l’itinéraire des catéchumènes et des néophytes. Ils ont été indiqués aux pages 230-234, aux § 350-352. Ces chants sont d’abord…