Les scrutins, soutiens spirituels aux catéchumènes

(C) CIRIC

(C) CIRIC

Par Roland Lacroix, Enseignant à l’Institut supérieur de pastorale catéchétique (ISPC – ICParis), responsable du catéchuménat dans le diocèse d’Annecy.

 

 

Le Guide pastoral du Rituel de l’initiation chrétienne des adultes demande que l’on veille « à bien marquer la particularité du temps du carême par rapport à la formation précédente, afin que les catéchumènes n’arrivent pas au jour du baptême sans s’en rendre compte ». Il n’y a en fait aucun risque que les catéchumènes s’approchent du baptême sans s’en apercevoir ! Au contraire, ils vivent les dernières semaines qui les séparent de la vigile pascale de manière plutôt intense. D’une part, le baptême qu’ils s’apprêtent à recevoir est pour eux l’aboutissement d’un long cheminement et d’un désir qui date souvent de plusieurs années. D’autre part, tout s’est enchaîné dans les derniers mois : les rencontres avec les accompagnateurs et les autres catéchumènes, les étapes liturgiques, les assemblées catéchuménales. Or se profile, au moment du Carême, une vie chrétienne « ordinaire » qu’ils redoutent un peu, comme ils redoutent le vide qu’ils ressentiront sans doute après Pâques.

A la joie de voir approcher la date de leur baptême peut s’ajouter aussi chez certains catéchumènes une interrogation sur la « qualité » de leur conversion, avec la crainte de ne pas être à la hauteur de tout ce qu’ils ont reçu, avec la découverte que le baptême tant désiré ne fera pas tout et qu’ils n’ont peut-être pas pris la mesure de ce que cela implique de devenir chrétiens. Ils viennent d’inscrire leur nom auprès de l’évêque lors de l’appel décisif – ce qui représente un engagement plus marquant qu’on ne l’imagine – et ressentent alors une tension intérieure, puisque percevant mieux les appels du Christ à le suivre, ils ont davantage conscience des résistances que cela génère en eux. C’est un véritable combat spirituel, même si celui-ci n’est pas exprimé et toujours reconnu comme tel. De plus, beaucoup ne peuvent pas partager leurs appréhensions avec des proches pas toujours favorables.

Des appelés « appelants »

Il s’agit donc, durant le Carême, de se faire proche des catéchumènes, de les soutenir dans la dernière « ligne droite » de leur cheminement, dans leur ultime démarche, car ils en ont besoin. Le RICA a raison de considérer ce temps comme un temps de « préparation intense qui tient plus de la retraite spirituelle que de la catéchèse ». La meilleure manière de les soutenir, c’est de se mettre à leur rythme. L’appel décisif pourrait ainsi prendre une plus grande place dans les diocèses comme entrée en Carême aux côtés des catéchumènes appelés.

Ceux-ci, par leur démarche, par le « travail » de conversion qui est en train de s’opérer en eux – le RICA les nomme les illuminandi, « ceux qui sont en cours d’illumination », en train de recevoir la lumière – deviennent ceux vers lesquels toute la communauté diocèsaine peut se tourner. Sur le chemin catéchuménal du Carême, les catéchumènes sont au cœur de la communauté diocésaine, celles et ceux vers lesquels regarder – le RICA les nomme les electi, les élus, les choisis – puisqu’ils vivent ces quarante jours en éprouvant la vérité de leur démarche, en faisant l’expérience, notamment liturgique, du lâcher-prise sous le regard du Christ. Le Carême est donc à vivre comme un temps de grâce permettant à tous, par la présence des catéchumènes, de retrouver le rythme des commencements de la foi, rythme propre à la conversion.

Dans la perspective de l’initiation chrétienne, le Carême propose donc un renversement : les « appelés » peuvent être considérés comme eux-mêmes « appelants » autour des rites qui « leur sont offerts » – selon la belle expression du RICA. Les accompagnés deviennent les accompagnants d’une Eglise diocésaine en marche vers Pâques – le RICA les nomme competentes, « ceux qui se dirigent ensemble » vers les sacrements d’initiation, vers le don de l’Esprit. A l’expérience, ce renversement ne va pas de soi. Il sollicite non seulement les accompagnateurs, mais aussi toute la communauté chrétienne. Ce que dit le Directoire général pour la catéchèse trouve ainsi tout son sens pendant le Carême :

 » Le catéchuménat baptismal est une responsabilité de toute la communauté chrétienne (…) L’institution catéchuménale accroît ainsi dans l’Eglise la conscience de la maternité spirituelle qu’elle exerce dans toute forme d’éducation à la foi ».

Tout le cheminement catéchuménal, mais particulièrement le Carême, insiste ainsi sur la fonction maternelle de l’Eglise. Un parrainage de la communauté pourrait alors davantage prendre forme durant cette dernière période, en prévision aussi de l’après-baptême.

Au cœur du Carême, les scrutins

Les catéchumènes, approchant du point d’orgue de leur initiation chrétienne, la vigile pascale, ont donc besoin d’une proximité spécifique durant les dernières semaines de leur cheminement catéchuménal. La dynamique liturgique inscrite dans le RICA, toute tendue vers les sacrements du Christ et le don de l’Esprit, vers la renaissance des catéchumènes comme « êtres nouveaux » dans le Christ, est d’ailleurs bien signifiée par l’intitulé de cette période : « le temps de la purification et de l’illumination et ses rites ». « Illumination » et « purification », deux mots forts dont les scrutins sont les rites principaux, rites permettant aux catéchumènes de se préparer et de s’ajuster intérieurement à la plongée dans la mort et la résurrection du Christ et à la réception de la lumière lors de la vigile pascale.

L’importance de ces étapes liturgiques et de ce qu’elles proposent n’est pas toujours bien perçue. Le mot « scrutin » lui-même rebute parfois les accompagnateurs et les membres des communautés chrétiennes. Le mot « scrutin » vient du latin scrutinium qui a comme sens « action de fouiller », « action de visiter ». Le verbe « scruter » a quelques occurrences dans la Bible. Par exemple :

« Scrute-moi, mon Dieu, tu sauras ma pensée ; éprouve-moi, tu connaîtras mon cœur » (Ps 138, 23).

« Moi, le Seigneur, qui pénètre les cœurs et qui scrute les reins, afin de rendre à chacun selon ses actes, selon les fruits qu’il porte » (Jr 17, 10).

 

La visée du scrutin est ainsi de mettre à jour, « ce qu’il y a de faible, de malade et de mauvais, pour le guérir, et ce qu’il y a de bien, de bon et de saint, pour l’affermir » dans le cœur des catéchumènes. L’intimité prend alors une grande place :

« Il est demandé aux futurs baptisés d’avoir le désir de parvenir à une connaissance intime du Christ et de l’Eglise et (…) de ce qu’ils sont devant Dieu. »

[…] Télécharger la suite de l’article ci-contre

Approfondir votre lecture

  • chorale d'adultes

    Proposition de chants pour la célébration d’un baptême

    Voici quelques recommandations de chants pour la célébration d’un baptême, certifiées par le Département Musique du SNPLS.   La cote correspondant aux sacrements d’initiation chrétienne est représentée par le lettre N. Les promotions épiscopales sont malheureusement pauvres en chants pour le baptême, puisqu’un seul chant typique y figure : « Laissons-nous transformer par la lumière » (N 47-99)…

  • veillée pascale 2

    Célébrer des baptêmes d’adultes à la Veillée Pascale

    Par Pierre Faure, Diacre jésuite, responsable du Centre spirituel de Penboc’h dans le diocèse de Vannes   Le Rituel de l’Initiation chrétienne des adultes prévoit que les sacrements (baptême, confirmation, eucharistie) seront célébrés à la veillée pascale : “Puisque normalement, l’initiation des adultes est célébrée dans la sainte nuit de Pâques…” (n° 203). Le Rituel du baptême…

  • 3 juin 2006: Confirmations des adultes du diocèse de Paris lors de la messe du soir de Pentecôte à Notre Dame.

    Le chant dans l’Initiation chrétienne des adultes

    Par Odette Sarda, théologienne appartenant à la congrégation des Dominicaines.   Dans l’édition francophone du Rituel de l’Initiation Chrétienne des Adultes, il a paru très important de proposer des chants accordés aux divers moments de l’itinéraire des catéchumènes et des néophytes. Ils ont été indiqués aux pages 230-234, aux § 350-352. Ces chants sont d’abord…