Le sacrement des malades dans l’oeuvre commune de santé

14 août 2012 : Onction des pèlerins malades lors du Pèlerinage National, bas. Saint Pie X, Sanctuaires de Lourdes (65), France.

(c) CIRIC

Par Louis-Michel Renier, prêtre, doyen honoraire de la Faculté de Théologie de l’Université Catholique de l’Ouest.

 

Le sacrement des malades dans l’oeuvre commune de santé. L’accueil de l’homme, de son histoire, de sa vie, de sa souffrance, de ses angoisses, voire de sa mort, apparaît bien comme le défi par excellence que les milieux de santé doivent relever aujourd’hui et ceci à nouveaux frais.

En effet, ces derniers ont compris, depuis longtemps certes, mais sans doute de manière privilégiée ces dernières décennies, qu’il leur était dévolu de se préoccuper d’abord et avant tout du bien du malade, et ceci dans sa dimension holistique, c’est-à-dire dans son humanité globale, couvrant toutes les dimensions touchant à son existence.

Cette nécessité de prise en compte de la totalité humaine épouse ainsi la diversité des souffrances humaines, qu’elles soient physiques, psychiques, sociales, culturelles ou spirituelles. Elle provoque les milieux de santé à intégrer toujours plus l’angoisse que génère toute maladie et à inventer, dans toutes les situations, un accompagnement qui puisse s’exprimer jusque dans l’approche de la mort.

Dans ce contexte, les Églises, spécialement par l’intermédiaire des aumôneries d’hôpitaux, des maisons de retraite ou des équipes paroissiales des malades, participent à cette volonté d’accueil et de proximité. De plus en plus elles cherchent à vivre un partenariat avec tous ceux et toutes celles qui, de près ou de loin, se trouvent concernés par ces situations liées à la vulnérabilité. Ce sont, entre autres, les équipes soignantes et les familles des malades. Elles ont en commun, avec les aumôniers, le souci de réellement prendre en compte les multiples situations où la vulnérabilité trouve à s’exprimer et de déterminer le type d’accompagnement spirituel qui s’y trouve attaché. À condition bien sûr que la spiritualité ne soit plus réservée à la seule expression religieuse, puisque aussi bien le spirituel en l’homme apparaît de plus en plus comme ce souffle venu d’ailleurs qui unifie l’existence des humains, quelles que soient leur foi et leurs convictions, autour de la recherche de sens.

 

Article extrait de la revue La Maison-Dieu, n°217, 1999, p 51-68

Télécharger l’article intégral ci-contre.

 

Approfondir votre lecture

  • 13 Août 2013 : Messe de l'onction des malades présidée par Mgr Jean-Luc BRUNIN, év. du Havre, lors du140ème Pèlerinage National. Basilique St Pie X. Lourdes (64), France.

August 13th, 2013 : National Pilgrimage in Lourdes (64) France.

    La bénédiction de l’huile des malades

    Selon l’usage de la liturgie latine, depuis le début du IIIe siècle (Tradition apostolique d’Hippolyte), la prière de bénédiction de l’huile des malades est prononcée pendant la prière eucharistique, soit aujourd’hui au cours de la messe chrismale, juste avant la grande doxologie[1]. Ainsi la forme du rite établit nettement un lien entre l’eucharistie, mémorial de…

  • LILLE: HOPITAL SAINT PHILIBERT: UNITE DE SOINS PALLIATIFS AU SEIN DE L'UNIVERSITE CATHOLIQUE (FACULTE DE MEDECINE) - CETTE UNITE, FONDEE EN 1999 PAR LE PROFESSEUR DIDIER DE BROUCKER, A UNE CAPACITE DE 6 LITS. PROFESSIONNELS ET BENEVOLES SE RELAIENT AUPRES DES MALADES.

    Pastorale de la santé et œcuménisme

    Par Bruno Mary, Prêtre, directeur du SNPLS   Comment accompagner chrétiennement des personnes malades dans le cadre d’une aumônerie œcuménique ? Tel est le défi que vivent les membres de l’équipe d’aumônerie de la maison médicale Jean XXIII, maison de soins et d’accompagnements (un établissement de la fondation des diaconesses de Reuilly) sur le site d’Humanicité…

  • 14 mai 2015 : Une laïque apporte la communion à domicile. Paris (75), France.

May 14, 2015: A lay woman gives communion to a faithful at home. Paris (75), France.

    Porter la communion aux malades : un ministère

    Par Loïc Belan, Prêtre responsable PLS du diocèse de Versailles   Si la parole du Seigneur « J’étais malade et vous m’avez visité » (Mt 25, 36) s’adresse à tout baptisé, porter la communion à un malade relève du ministre extraordinaire de la communion.[1] Ce ministère demande de s’y être préparé et normalement d’être mandaté. On s’inspirera…