Commixtion

Du latin commixtio : « action de mêler, de mélanger » (commisceo : « mêler avec »). Rite de la messe, situé après la fraction du pain, qui consiste à laisser tomber dans le calice un fragment de l’hostie. Ce faisant, le prêtre dit la formule suivante : « Que le corps et le sang de Jésus Christ, réunis dans cette coupe, nourrissent en nous la vie éternelle ». La séparation du corps et du sang eucharistiques signifie et actualise, de manière non sanglante, l’unique sacrifice du Calvaire : Jésus glorieux, qui se rend présent sur l’autel, s’y trouve, sacramentellement, dans un état de victime. Le geste de la commixtion évoque la Résurrection qui a réuni à jamais, pour la vie éternelle, l’âme et le corps du Christ.

Ce rite est très ancien ; on le pratique partout. Il est sans doute lié à la coutume primitive de porter aux autres églises, en signe de communion, le corps et le sang consacrés. Dans les messes des « présanctifiés », pour ramollir les pains eucharistiques précédem­ment consacrés, on avait aussi l’habitude de les tremper dans la coupe eucharistique. On dit parfois « immixtion ». Voir Intinction.

Dom Robert Le Gall – Dictionnaire de Liturgie © Editions CLD, tous droits réservés

Commander en ligne le Dictionnaire de Liturgie

Tout le lexique :
  1. a
  2. b
  3. c
  4. d
  5. e
  6. f
  7. g
  8. h
  9. i
  10. j
  11. k
  12. l
  13. m
  14. n
  15. o
  16. p
  17. q
  18. r
  19. s
  20. t
  21. u
  22. v
  23. w
  24. x
  25. y
  26. z