Présentation

L’Église célèbre le 2 février la Fête de la Présentation du Seigneur au Temple, quarante jours après Noël. Célébration de la rencontre entre l’Ange de l’Alliance (cf. Ml 3, 1) et l’attente d’Israël, conden­sée dans le vieillard Siméon (Lc 2, 22-35), la Présentation est aussi une fête de la lumière, car Siméon salue en Jésus la « lumière qui éclaire les nations » (Lc 2, 32).

La « Chandeleur » comporte, avant la messe, la particularité de la bénédiction et de la procession des cierges : ce rite renouvelle la rencontre d’alliance vécue, dans l’élan de l’Esprit Saint, entre Jésus et Siméon. Voir Chandeleur, Hypapante, Nunc Dimittis.

La Mémoire de la Présentation de la Vierge Marie, fixée au 21 novembre, ne s’appuie sur aucun passage des évangiles canoni­ques, mais se réfère à la tradition de la présentation de Marie au Temple, telle qu’en fait mention le Protévangile de Jacques (écrit en grec peu après le milieu du deuxième siècle). Au-delà de cette tradition, l’Église célèbre le 21 novembre le don que Marie Imma­culée n’a cessé de faire d’elle-même à Dieu, don qui reste le modèle de toute consécration religieuse ou sacerdotale.

Au moment de la préparation des dons, à la messe, le prêtre a un double geste de présentation, ou d’offrande, du pain et du vin, accompagné d’une bénédiction inspirée des traditions juives (voir Oblat, Offrandes). Cependant, le véritable geste de présentation est celui qui conclut la Prière eucharistique (voir Par lui).

Dom Robert Le Gall – Dictionnaire de Liturgie © Editions CLD, tous droits réservés

Commander en ligne le Dictionnaire de Liturgie

Tout le lexique :
  1. a
  2. b
  3. c
  4. d
  5. e
  6. f
  7. g
  8. h
  9. i
  10. j
  11. k
  12. l
  13. m
  14. n
  15. o
  16. p
  17. q
  18. r
  19. s
  20. t
  21. u
  22. v
  23. w
  24. x
  25. y
  26. z