Samedi saint

La journée du Samedi saint, dans le Triduum pascal, ne comporte pas d’office particulier : on y célèbre simplement la liturgie des Heures. Ce ne doit pas être seulement une journée consacrée aux préparatifs de la fête de Pâques, mais un jour privilégié de silence et de recueillement.

L’Église passe ce grand sabbat tout près de Marie, méditant sur les souffrances du Christ, sa mort et son ense­velissement, dans une espérance invincible. La contemplation ecclésiale s’arrête aussi au mystère de la descente du Christ aux enfers, qui est un article du Credo : séparée momen­tanément de son corps, l’âme de Jésus est allée « prêcher aux esprits en prison » (1 P 3, 19), c’est-à-dire qu’elle a voulu connaître la condition des âmes encore maintenues dans le séjour des morts, et surtout leur apporter la bonne nouvelle de leur délivrance, grâce au sacrifice du Calvaire et à sa prochaine Résurrection.

La kénose ou humiliation volontaire du Christ va jusque-là, dans les abîmes, pour que soit délivré quiconque accepte de l’être.

Dom Robert Le Gall – Dictionnaire de Liturgie © Editions CLD, tous droits réservés

Commander en ligne le Dictionnaire de Liturgie

Tout le lexique :
  1. a
  2. b
  3. c
  4. d
  5. e
  6. f
  7. g
  8. h
  9. i
  10. j
  11. k
  12. l
  13. m
  14. n
  15. o
  16. p
  17. q
  18. r
  19. s
  20. t
  21. u
  22. v
  23. w
  24. x
  25. y
  26. z