Couleurs en éphémère

30 mars 2018 : Prêtre se préparant dans la sacristie de la paroisse Saint-Ambroise, lors du Vendredi Saint. Paris (75), France.

30 mars 2018 : Prêtre se préparant dans la sacristie de la paroisse Saint-Ambroise, lors du Vendredi Saint. Paris (75), France.

Par Bernard Maitte, Prêtre, professeur au séminaire d’Aix et responsable du Département Pastorale et Spiritualité de l’ISTR de Marseille. Membre du SNPLS

Blanc pour le temps pascal, rouge pour la Pentecôte. Nous entrons dans le Temps ordinaire, mais retournons au blanc pour la Trinité et le Saint-Sacrement du corps et du sang du Christ. Enfin, nous voilà au vert ! La liturgie nous en fait voir de toutes les couleurs !

La couleur : une donnée sociale et une symbolique

L’histoire des couleurs est riche et diverse mais leur codification demeure récente. Si les premiers règlements sur les couleurs datent du IXe siècle, l’acceptation commune de leur usage date du XIVe siècle. Le lien couleur et symbolisme a été progressif, longtemps chaque pays, chaque région voire chaque cathédrale avait son canon propre.

La couleur concourt à la compréhension des sociétés et des usages ; elle révèle l’identité et la nature des hommes comme celle de leur vie commune et n’a rien d’accessoire. Il faut à cet égard signaler combien le travail de Michel Pastoureau, et les nombreux livres qu’il a écrit sur la signification des couleurs, a renouvelé ainsi la compréhension du monde médiéval par le code des couleurs.

Et si l’on pense que l’on pourrait tout célébrer en blanc, il serait plus rare d’avoir l’idée de toujours célébrer en noir.

La codification des couleurs vise donc à une symbolique. Celle-ci fait toujours partie de l’arrière-fond de nos sociétés même si leur lisibilité paraît amoindrie.

La couleur liturgique : un révélateur du mystère

En liturgie aujourd’hui, il est d’usage qu’une couleur ait un sens.

« La variété des couleurs pour les vêtements liturgiques vise à exprimer efficacement et visiblement ce qui caractérise les mystères de foi que l’on célèbre et par suite le sens de la vie chrétienne qui progresse à travers le déroulement de l’année liturgique. » (PGMR 345)

Deux choses sont liées : « la foi » et « le sens de la vie chrétienne. » Mais l’une et l’autre passent par la symbolique des couleurs. Autrement dit, la couleur joue un rôle de révélateur aussi bien du mystère célébré que de celui qui en vit. Mieux, ses variations permettent le rythme, la dynamique d’un itinéraire de l’homme de foi : elles balisent le chemin de l’année liturgique.

Lorsque la couleur paraît, elle invite à une attitude intérieure. En fait, la couleur joue sur les grands signes de la Révélation, des couleurs sombres aux couleurs lumières ; en qualifiant le temps liturgique et l’œuvre de salut du Christ, la couleur liturgique participe à ce que

« de la sorte, ces mystères sont en quelque manière rendus présent tout au long du temps, les fidèles sont mis en contact avec eux et remplis par la grâce du salut. » (SC 102)

Dieu le premier a joué sur ce mystère d’alliance et de couleur : « Quand l’arc sera dans la nuée, je le verrai et me souviendrai de l’alliance éternelle qu’il y a entre Dieu et tous les êtres vivants, en somme toute chair qui est sur la terre. » (Gn 9,16)

Approfondir votre lecture

  • 27 novembre 2016 : Célébration de la messe dominicale, 1er dimanche de l'Avent. Inclination profonde des prêtres et diacres devant l'autel. Paroisse Saint-Ambroise, Paris (75), France.

    Le violet et ses nuances

    Aujourd’hui, le violet est une couleur emblématique des temps préparatoires aux deux grandes fêtes de l’année liturgique, Noël et Pâques. Mais deux autres couleurs lui sont associées : le rose et le noir.

  • 22 juin 2008 : Remise de l'étole, vêtement liturgique, au jeune prêtre lors de son ordination presbytérale en la cath. Notre-Dame de la Treille, à Lille (59), France.

    Le rouge et le blanc dans la liturgie

    Après bien des fluctuations, au XVIe s., les couleurs sont fixées par Rome pour la liturgie latine. Concernant le blanc et le rouge :

  • 06 novembre 2011 : Préparation des évêques pour la messe présidée par le Cardinal André VINGT-TROIS. Conférence des évêques de France. Lourdes, France

    La couleur verte dans la liturgie

    Au XVIe s., Rome fixe pour l’Église latine, l’usage exclusif de cinq couleurs ; le blanc, le rouge, le vert, le violet et le noir considérant l’usage du rose facultatif, du bleu, en certains lieux, pour les fêtes de la Vierge Marie, et enfin de l’or pour suppléer le blanc, le rouge et le vert. Avant cette fixation et un symbolisme précis, d’autres couleurs ont été utilisées car on usait des ornements en fonction de leur richesse et de leur état et le code