De la préséance des célébrations liturgiques

8 Juin 2014 : Messe Solennelle de Pentecôte à Notre-Dame de la Garde, à l'occasion du 150ème anniversaire de la consécration de la baslique, à Marseille (13), France.

8 Juin 2014 : Messe Solennelle de Pentecôte à Notre-Dame de la Garde, à l’occasion du 150ème anniversaire de la consécration de la baslique, à Marseille (13), France.

Par Bénédicte Ducatel, collaboratrice à Magnificat

En regardant le calendrier liturgique général, nous remarquons d’emblée que certaines célébrations ont la préséance sur d’autres.

Ainsi la solennité de l’Immaculée Conception, le 8 décembre, si elle tombe un dimanche est reportée au lendemain. Nous comprenons alors que les dimanches de l’Avent ont plus d’importance que cette grande fête mariale. De même l’Annonciation du Seigneur, qui pourtant, elle, est une solennité du Seigneur, est déplacée le lundi après l’octave de Pâques, si elle tombe durant la Semaine sainte ou l’octave. La célébration annuelle du mystère pascal, la « Fête des fêtes » a la préséance sur toutes autres célébrations, l’octave étant le grand jour de Pâques étiré sur la semaine.

Des préséances

Ces principes ont force de loi pour tout type de célébration. Lorsque deux célébrations entrent en concurrence par le hasard des calendriers, c’est la plus importante qui l’emporte. Mais quelle est la plus importante ? Pour répondre à cette question, l’Église a établi une table des préséances liturgiques.

Les calendriers liturgiques, qu’il s’agisse d’un calendrier général, de l’ordo diocésain ou d’un ordo propre à une congrégation, indiquent toujours ces préséances en mettant entre parenthèse la célébration omise. Mais certaines célébrations diocésaines ou paroissiales, ne sont pas indiquées, il faut donc se référer à la table des préséances.

Quelques exemples

L’anniversaire de la dédicace de votre paroisse tombe le 5 juin. Si ce jour est celui de la fête de la Sainte Trinité, d’un point de vue liturgique, vous ne fêterez pas la dédicace de votre paroisse – ni texte ni oraisons – même si légitimement vous organisez un déjeuner paroissial. Mais si ce jour est le 10e dimanche du temps ordinaire, il est alors possible de choisir et les textes et les oraisons de la Dédicace, en plus du déjeuner paroissial.

Le 3 janvier, il est possible de célébrer la férie de Noël ou le Saint Nom de Jésus ou sainte Geneviève (si on est en France pour cette dernière). Toutes les paroisses de France ont donc le choix de l’une ou l’autre célébration. Mais à Paris et à Nanterre, il est obligatoire de célébrer sainte Geneviève qui passe de mémoire facultative à solennité.

Le 22 septembre, si l’on habite Angers, en semaine ou le dimanche, on célébrera la solennité de saint Maurice, alors même que ce saint n’est pas inscrit au calendrier général (même s’il est au propre de Suisse).

Ce qui est à rechercher, c’est toujours le bien des fidèles. Le bon sens préside alors aux choix liturgiques dans le respect des normes, on peut ainsi privilégier les oraisons d’une fête, prenant le pas sur le dimanche, et conserver la lecture suivie des Écritures que l’Église recommande. En d’autres circonstances, il conviendra de réveiller l’attention des fidèles en prenant justement les lectures de la solennité particulière. En suivant la table des préséances et les recommandations de la Présentation générale du Missel romain en matière d’adaptation, nous avancerons sur le chemin de la foi où le Christ se fait reconnaître alors qu’il marche à nos côtés et nous partage le pain.

Approfondir votre lecture

  • 11 avril 2010 : Cierge pascal allumé lors du dimanche in albis. Egl. Saint Severin. Paris (75) France.

April 11th, 2010 : Eastern candle. Saint Severin ch. Paris (75) France.

    Fêtes, solennités, mémoires … les degrés des célébrations liturgiques

    Le calendrier liturgique est une machine à faire de la différence. Le fait que les normes liturgiques établissent des degrés divers de célébration doit inciter les pasteurs à varier les modalités de célébration, notamment leur ampleur.

  • Belle Ile en Mer en Bretagne : atmosphères et nature. Paysage.

    Année liturgique et conversion : se laisser toucher par la patience de Dieu

    Par Laurent de Villeroché, prêtre eudiste, membre du SNPLS Un Amour premier Dieu a pris l’initiative de se rapprocher des hommes. Il veut qu’un peuple naisse de cette proximité. Selon le P. Gérard Billon1, une alliance est un « engagement réciproque qui dépassant le dialogue initial, unit deux êtres à la vie et à la mort ». L’Alliance […]

  • 23 mars 2012: Mains de femme en prière avec un chapelet sur un livre de psaumes.Egl. Saint Pierre de Montmartre, Paris (75), France.

March 23rd, 2012: Woman's hands praying with a rosary on an open book of psalms. Saint Pierre de Montmartre Church, Paris (75), France.

    Le temps ordinaire, un espace pour une conversion paisible

    L’année liturgique présente, dans sa structure, une alternance de temps forts, nettement caractérisés, et de temps dits « ordinaires ». Ces temps ordinaires n’ont cependant rien de quelconque. On n’y célèbre pas un aspect particulier du mystère chrétien, mais on y chemine au fil des jours vers le Père, dans la lumière du Christ, accompagnés par l’Esprit.