Le Baptême du Seigneur : la manifestation de la Trinité

janvier 1997: Art Sacré, copie avec variante de l'Icône de la sainte Trinité de Andreï Roublev.

Janvier 1997 : Art Sacré, copie avec variante de l’Icône de la sainte Trinité de Andreï Roublev.

Cette fête qui a été rattachée à la fin du VIIIe s. à l’octave de l’Épiphanie, termine le temps de Noël. Avec elle, nous quittons la perspective chronologique des évangiles de l’enfance. Nous entrons dans l’âge adulte de Jésus et dans son identité véritable, celle de Fils de Dieu.

Les paroles prêtés au Père renvoient aux récits de la Première Alliance : le fils bien-aimé, tel Isaac mené au sacrifice (Gn 22,2), le Serviteur en qui le Seigneur met son amour (Is 42,21), le roi-messie engendré du Père (Ps 2,7). La suite de cette péricope, qui ne figure pas dans le lectionnaire, est constituée par la généalogie de Jésus, attestant en quelque sorte l’effectivité du baptême. Elle commence par « Au moment de ce début, Jésus avait environ trente ans ; il était considéré comme fils de Joseph, fils d’Éli » (Lc 3, 23) et se termine par « … fils d’Adam, fils de Dieu ».

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc – Lc 3, 15-16. 21-22

En ce temps-là, le peuple venu auprès de Jean le Baptiste était en attente, et tous se demandaient en eux-mêmes si Jean n’était pas le Christ.
Jean s’adressa alors à tous : « Moi, je vous baptise avec de l’eau ; mais il vient, celui qui est plus fort que moi.
Je ne suis pas digne de dénouer la courroie de ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu. »

Comme tout le peuple se faisait baptiser et qu’après avoir été baptisé lui aussi, Jésus priait, le ciel s’ouvrit.

L’Esprit Saint, sous une apparence corporelle, comme une colombe, descendit sur Jésus, et il y eut une voix venant du ciel : « Toi, tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie. »

Au nom du Père …

Dans son récit de vision trinitaire du baptême, Luc insiste sur la descente de l’Esprit «sous une apparence corporelle, comme une colombe » (3,15…22). Depuis la manifestation au Jourdain, l’Église peut baptiser à son tour : « Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit » (Mt. 28, 19). Cette fête est aussi l’occasion de faire mémoire des nouveaux baptisés de l’année écoulée et d’évoquer les enfants comme les adultes qui recevront le baptême dans l’année à venir. L’après-midi du samedi pourrait être présentée comme un temps baptismal, favorable pour des célébrations communautaires de baptêmes de petits enfants, en rassemblant trois ou quatre familles.

Chants

On pourra chanter lors de la procession d’entrée : Sauvés des mêmes eaux CNA 584 ou Bien-Aimé de Dieu CNA 606.

Approfondir votre lecture

  • 24 mai 2014 : Le pape François priant silencieusement au bord du Jourdain au site du baptême du Christ, de Béthanie, à l'ouest d'Amman, Jordanie.

May 24, 2014: Pope Francis prays in fron of the river Jordan in Bethany beyond the Jordan river, the site of Christ's baptism, west of Amman, Jordan.

    Choisir des chants pour la fête du baptême du Seigneur

    En plus des propositions du temps de Noël « F », temps liturgique caractérisé par les chants traditionnels. Voici quelques chants complémentaires et plus spécifiques au baptême du Seigneur.

  • 2008: "Le Baptême" (détail), mosaïque de Marko Ivan Rupnick (2007) appartenant à la série des "mystères lumineux", facade de la bas. Notre-Dame du Rosaire, Lourdes (65), France.

    Le baptême du Christ dans l’Ecriture

    Le dimanche qui suit l’Épiphanie, l’Eglise nous invite à célébrer le baptême de Jésus. C’est le premier acte de sa vie publique, mais pourquoi Jésus a-t-il besoin d’être baptisé par Jean-Baptiste ?

  • January 28, 2014 : Teenager reading the Bible, France.

    La dynamique du baptême dans Romains 6 (1-14)

    Lorsque saint Paul aborde la question de la vie nouvelle dans le Christ, il le fait évidemment en théologien, mais également – il ne faut jamais l’oublier – en témoignant de sa propre expérience. Sur la route de Damas, lui le persécuteur au nom de la Loi, a été rejoint par le Christ crucifié et ressuscité. Il en a été terrassé, avant de renaître par le baptême reçu des mains d’Ananie. C’est le sens de l’exposé qu’il fait aux chrétiens de Rome, en ce chapitre 6 de l’Épître aux Romains, au cœur d’une démonstration de grande ampleur et soigneusement structurée.