Musique liturgique : l’emploi du répertoire historique pour les Rameaux et la Semaine sainte

XXVIIème festival de musique sacrée de Sylvanès

XXVIIème festival de musique sacrée de Sylvanès

Par Fabien Barxell, Responsable département de musique SNPLS

Peut-on utiliser le « trésor » musical de l’Eglise dans nos liturgies ? Comment ? A quelles conditions ?

Que faire des motets, hymnes, psaumes hérités de plusieurs siècles par des compositeurs de grand talent, parfois au rang de chef d’œuvre ?

Si, dans l’absolu, beaucoup de ces musiques sont exploitables dans les concerts de musique sacrée, une partie peut être réutilisée avec discernement, dans la messe notamment.

Voici une proposition de répertoire historique pour le temps de la Passion : le Dimanche des Rameaux et la Semaine sainte.

Premier écueil : les paroles

Première précaution : comprendre ce que l’on souhaite chanter. C’est pourquoi nous avons systématiquement indiqué la traduction des textes latins dans les propositions qui suivent.

Deuxième précaution : considérer la pertinence théologique des paroles avec la place du chant dans la liturgie. En cas de doute votre ministre sera de bon conseil.

Deuxième écueil : la musique

Première précaution : la durée du chant. Cette durée devra être bien proportionnée. Si sa longueur sera reçue comme excessive, cette expérience risque d’être sans lendemain, et tout le soin mis dans la préparation et l’exécution seront remis en question par une durée mal appréciée.

Deuxième précaution : donner à ceux qui écoutent les bons outils de réception. Recevoir avec bonheur un motet de Palestrina n’est pas donné spontanément à tout le monde. Le minimum est de faire connaître les paroles et leur éventuelle traduction. Un petit mot d’introduction de la part du ministre, par exemple, ne sera pas inutile sans toutefois tomber dans le commentaire musicologique.

Troisième précaution : la qualité d’exécution. La musique que l’on écoute est souvent exigeante pour les exécutants. Pour le chef de chœur il est donc indispensable de « bien choisir » la pièce en rapport avec les possibilités de son groupe. Un chant mal exécuté peut avoir des effets déplorables sur la réception.

Dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur

Pendant l’ouverture de la célébration

Hosanna filio David (chant grégorien)

Matthieu 21, 9

« Hosanna au fils de David ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Hosanna au plus haut des cieux ! »

Hosanna filio David (D 696 :1 Franz Schubert)

Hosanna filio David (Tomás Luis de Victoria)

Pour la procession des rameaux

Gloria, laus (chant grégorien)

Gloire, louange et honneur à Toi, Christ Roi Sauveur.

Pour toi le cortège des enfants chanta « Hosanna ! »

Si l’on choisit de chanter la Passion

Passion selon Saint Luc (Jean-Christophe Rosaz, 2009), Editions SCHOLA CANTORUM

Passion selon Saint Matthieu (Jean-Christophe Rosaz, 2010), Editions SCHOLA CANTORUM

Passion selon Saint Marc (Jean-Christophe Rosaz, 2011), Editions SCHOLA CANTORUM

Jeudi Saint

Messe du soir en mémoire de la cène du Seigneur

Pendant le lavement des pieds

Domine tu mihi lavas pedes ? (José Maurício Nunes Garcia)

Evangile de Saint Jean 13, 6 et 8

06 « C’est toi, Seigneur, qui me laves les pieds ? »

08 Pierre lui dit : « Tu ne me laveras pas les pieds ; non, jamais ! » Jésus lui répondit : « Si je ne te lave pas, tu n’auras pas de part avec moi. »

Domine, tu mihi lavas pedes ? (Manuel Cardoso)

Mandatum novum do vobis (Christoph Dalitz)

Evangile de Saint Jean 13, 34

34 Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres.

Maneant in vobis (Christoph Dalitz)

Première lettre de Saint Paul Apôtre aux Corinthiens 13, 13

13 Ce qui demeure aujourd’hui, c’est la foi, l’espérance et la charité ; mais la plus grande des trois, c’est la charité.

Quand Jésus se lève de table

Cote H11-51-1 – Nouvelle cote HP11-51-1 – Editeur SODEC

Auteur(s) CFC – Compositeur(s) M. Godard

1

Quand Jésus se lève de table,

Se démet de son vêtement,

Dieu rejoint la dernière place,

Dieu se tient dans l’abaissement.

Qui pourrait comprendre à cette heure

L’infini d’un Dieu qui décroît ?

Qui pourrait aimer à cette heure

La folie d’un Dieu qui déchoit ?

2

Le Seigneur en tenue d’esclave,

A genoux devant ses amis,

A voilé l’éclat de sa face,

Pour servir comme il l’avait dit.

Qui pourrait aimer à cette heure

La folie d’un Dieu qui déchoit ?

Qui pourrait tenir à cette heure

Le défi de l’amour en croix ?

3

Le Seigneur fait pâle figure,

Son Apôtre ne le veut pas,

Mais Simon n’a pas l’âme dure,

De tout cœur il consentira.

Qui pourrait tenir à cette heure

Le défi de l’amour en croix ?

Qui pourrait rougir à cette heure ?

L’amour seul est digne de foi.

4

Quand Jésus regagne la table,

Se revêt de son vêtement,

Dieu pour nous a pris cette place

D’où il veut régner en servant.

Qui pourrait rougir à cette heure ?

L’amour seul est digne de foi.

Qui pourrait oublier cette heure

Où l’amour a dicté sa loi.

Pour la procession des dons

Ubi caritas (chant grégorien)

Où sont amour et charité, Dieu est présent.

Ubi caritas (Christoph Dalitz)

Ubi caritas (Maurice Duruflé)

Ubi caritas (Ola Gjeilo)

Pour le transfert du Saint-Sacrement

Tantum ergo (chant grégorien)

Un si auguste sacrement, adorons-le, prosternés ;

que les vieilles cérémonies fassent places au nouveau rite ;

que la foi de nos cœurs supplée aux faiblesses de nos sens.

Au Père et à son fils unique, louange et vibrant triomphe !

Gloire, honneur et toute-puissance ! Bénissons-les à jamais !

A l’Esprit procédant des deux, égale adoration.

Vendredi Saint

La Passion du Seigneur

Si l’on choisit de chanter la Passion

Passion selon Saint Jean (Fr. André Gouzes)

Passion selon Saint Jean (Jean-Christophe Rosaz, 2017), Editions SCHOLA CANTORUM

Pour la vénération de la croix

Ecce lignum Crucis (chant grégorien)

Voici le bois de la croix,

qui a porté le salut du monde.

Venez, adorons le.

Ecce lignum crucis (Stanislaw Moniuszko)

Popule meus (Giovanni Pierluigi da Palestrina)

Mon peuple, que t’ai-je fait ?

Ou en quoi t’ai-je été désagréable ?

Réponds-moi.

Popule meus (Giuseppe Antonio Bernabei)

Popule meus (Tomás Luis de Victoria)

Crucem tuam (chant grégorien)

Nous adorons ta croix, Seigneur,

nous louons et glorifions ta sainte résurrection,

car voici que par ce bois

la joie est venue sur le monde entier.

Crucem tuam (Aristotle Aure Esguerra)

Crux Fidelis (chant grégorien)

Croix fidèle, arbre unique,

noble entre tous;

nulle forêt n’en produit de tel

par ses feuilles, ses fleurs et ses fruits;

Douceur du bois, qui d’un doux clou,

porte un si doux fardeau.

Crux fidelis (Jean IV du Portugal)

Adoramus te (Gregor Aichinger)

Nous t’adorons, Ô Christ, et te bénissons,

Toi qui, par ton sang précieux, as racheté le monde.

Aie pitié de nous.

Adoramus te (Ludovico da Viadana)

Adoramus te Christe à trois voix égales (Michele Saladino)

Adoramus te Domine, op. 78 à trois voix égales (Roberto Remondi)

Adoramus te, Christe à deux voix égales (Charles H. Giffen)

Adoramus te, Christe (Paolo Agostini)

Bois tout en feu

Cote H66 – Nouvelle cote HP66 – Editeur STUDIO SM

Auteur(s) D. Rimaud – Compositeur(s) J. Gelineau

Refrain

Quand il viendra juger le monde, que le Seigneur nous soit pitié.

1

Bois tout en feu, Buisson ardent où rien n’est cendre,

Croix où le Fils se laisse pendre quand vient le temps,

Dieu parle en toi et tu portes le prix de la rançon ;

De son Amour tu nous donnes la mesure

Montrant le corps et la blessure où il nous dit quel est son nom !

2

Bois où l’enfer est englouti dans sa victoire,

Croix qui redresse plein de gloire le Fils maudit,

Arbre de vie qui détruit le poison du fruit mauvais ;

Ton sang divin fait mûrir sur le calvaire

Le fruit voulu par notre Père que nous cueillons pour notre Paix.

3

Bois où chacun peut regarder dans sa détresse,

Le Fils que Dieu plein de tendresse, nous a livré ;

Pour le pardon tu attires vers Toi tout l’univers ;

De tout péché tu guéris et tu délivres

Rameau vivant qui fait revivre celui qui voit le cœur ouvert.

4

Bois merveilleux orné du sang qui nous protège,

Croix où l’agneau a pris au piège le lion méchant,

Tu t’es levé comme un signe de paix pour les pécheurs ;

Au sein des eaux tu détruis notre esclavage

En nous ouvrant le seul passage vers les secrets du Dieu Sauveur.

5

Bois où se meurt le Premier-né dans les épines,

Croix où le prêtre est fait victime pour nos péchés,

Tu es la pierre où repose le front du Bien-aimé ;

Sur ton autel s’accomplit le sacerdoce

Quand retentit le chant des noces où les nations lui sont données.

6

Bois où la femme est rachetée des fautes d’Eve,

Croix où Marie se livre au glaive, le coeur broyé,

Tes bras voleurs lui arrachent l’enfant né de son corps ;

Et Vierge Mère, elle enfante à la vraie vie

Les fils que Dieu dans sa folie, sauve en souffrant jusqu’à la mort.

Par la croix qui fit mourir

Cote H67-1 – Nouvelle cote HP67-1 – Editeur STUDIO SM

Auteur(s) D. Rimaud – Compositeur(s) J. Gelineau

1

Par la Croix qui fit mourir le Fils du Père,

Sarment Béni où la grappe est vendangée,

Jésus-Christ nous te bénissons.

Par la Croix qui met le feu sur notre terre,

Buisson ardent où l’amour est révélé

Jésus-Christ nous te glorifions.

Par la Croix qui fut plantée sur le Calvaire,

Rameau vivant qui guérit de tout péché,

Dieu vainqueur, ton Eglise t’acclame.

2

Par le sang dont fut marqué le bois des portes

Pour nous garder dans la nuit où Dieu passait,

Jésus-Christ, nous te bénissons.

Par le sang qui nous sauva dans notre Exode,

Lorsque les eaux sur l’enfer se refermaient.

Jésus-Christ, nous te glorifions.

Par le sang qui rend la vie aux sèves mortes,

En détruisant le venin du fruit mauvais,

Dieu vainqueur, ton Eglise t’acclame.

3

Par la mort du Premier-Né sur la colline

Portant le bois et la flamme du bûcher,

Jésus-Christ, nous te bénissons.

Par la mort du Bon Pasteur dans les épines,

Agneau Pascal dont le cœur est transpercé,

Jésus-Christ, nous te glorifions.

Par la mort du Bien-Aimé hors de sa Vigne

Pour qu’il changeât l’homicide en héritier,

Dieu Vainqueur, ton Eglise t’acclame.

4

Par le Bois qui a chanté le chant des noces

Du Dieu Vivant épousant l’humanité,

Jésus-Christ, nous te bénissons.

Par le Bois qui fait lever en pleine force,

Le Fils de l’Homme attirant le monde entier,

Jésus-Christ, nous te glorifions

Par le Bois où s’accomplit le Sacerdoce.

Du seul Grand Prêtre immolé pour le Péché,

Dieu vainqueur, ton Eglise t’acclame.

5

Arbre Saint qui touche au ciel depuis la terre,

Pour que le Dieu de Jacob soit exalté,

Jésus-Christ, nous te bénissons,

Grand vaisseau qui nous arrache à la Colère,

En nous sauvant du déluge avec Noé,

Jésus-Christ, nous te glorifions.

Tendre Bois qui adoucit les eaux amères

Et fait jaillir la fontaine du Rocher,

Dieu vainqueur, ton Eglise t’acclame.

 

Ô Croix plus noble que les cèdres

Cote HY10-22-4 – Editeur JUBILUS

Auteur(s) CFC – Compositeur(s) M. Godard

Antienne

Ô Croix plus noble que les cèdres,

Sur toi la vie du monde est clouée

Sur toi le Christ a triomphé :

La mort a détruit la mort.

Refrain

Gloire à toi, Jésus Sauveur, Ta Croix nous donne la vie.

1

Voici l’arbre de vie où le Nouvel Adam offre son sang

Pour rassembler les hommes en un seul corps.

Venez adorons !

2

Voici l’arbre de vie où le Sauveur du monde tend les mains

Pour embrasser les hommes dans son pardon.

3

Voici l’arbre de vie où le Bien-Aimé du Père ouvre à l’humanité

Les portes du Royaume.

Venez adorons !

4

Voici l’arbre de vie où l’amour crie son abandon

Pour donner une espérance à tous les mal-aimés.

5

Voici l’arbre de vie où le Fils de l’homme donne l’Esprit

En remettant son souffle entre les mains du Père.

Venez adorons !

6

Voici l’arbre de vie où la lumière du monde

Traverse les ténèbres pour accomplir la Pâque de l’univers.

7

Voici l’arbre de vie où Jésus nous confie sa mère,

Eve nouvelle sur la terre des sauvés.

Venez adorons !

8

Voici l’arbre de vie où l’innocent maudit

Porte nos péchés pour réconcilier la terre et le ciel.

En humble place

Cote H19-20-1 – Nouvelle cote HP19-20-1 – Editeur CÆCILIA

Auteur(s) D. Rimaud – Compositeur(s) J.-P. Baumgartner

En humble place

Cote H19-20-3 – Nouvelle cote HP19-20-3 – Editeur SODEC

Auteur(s) D. Rimaud – Compositeur(s) M. Godard

1

Il a pris chair en humble place,

Il a pris sang du sang d’un Roi !

Voici conçu l’inconcevable,

Germe de Dieu sous la paroi du ventre obscur,

Et vos nuits tressaillent déjà

D’être enceintes d’un jour très pur

Qui vient de Pâque !

2

Il a voulu naître en humble place

Et son berceau n’est pas d’un Roi !

Inclinez-vous en cette étable

Où vous attend la grande joie dite aux bergers ;

La Vierge tient en ses bras

Devant nos yeux émerveillés

L’enfant qui vient de Pâque !

3

Il a choisi plus humble place

Et sa livrée n’est pas d’un Roi !

Laissez-lui son rôle d’esclave,

Vous comprendrez à quelle loi il obéit,

Et quel amour en fait sa proie :

Il est au pied de ses amis

L’Agneau de Pâque !

4

Il est captif en humble place,

Et son aspect n’est pas d’un Roi !

Regardez-le qui vous regarde,

Et vous verrez comment il voit au fond de vous

La création chercher sa voie

Et, sous l’Esprit qui couvre tout,

Monter vers Pâque !

5

On l’a couché en humble place,

Et son caveau n’est pas d’un Roi !

Contemplez-le, pauvre visage,

Pauvre cadavre après la croix, et recevez

Au cœur comme un labour reçoit,

Le grain qui tombe pour semer

En vous sa Pâque !

 

Agneau de Dieu sur notre terre

Cote H35-76 – Nouvelle cote HP35-76 – Editeur ADF

Auteur(s) Cl. Bernard – Compositeur(s) H. Dumas

1

Agneau de Dieu sur notre terre,

Librement descendu dans l’enfer de la souffrance,

Béni sois-tu pour ton offrande

A la gloire du Père !

2

Agneau de Dieu livré aux hommes,

Serviteur méprisé, sans un mot sous les outrages,

Béni sois-tu de croire à Pâques

Dans la nuit de l’exode !

3

Agneau de Dieu, Seigneur et Maître,

Élevé sur la croix comme signe de l’Alliance,

Béni sois-tu pour l’espérance

Que tu donnes à tes frères !

4

Agneau de Dieu dans les ténèbres,

Tu remets ton esprit. Grain tombé comme semence,

Béni sois-tu pour ta naissance

Au jardin de lumière !

Pour ton corps qui se livre aux pécheurs

Cote HP46-64-5 – Nouvelle cote HY46-64-5 – Editeur CÆCILIA

Auteur(s) D. Rimaud – Compositeur(s) A. Langree

1

Pour ton corps qui se livre aux pécheurs, béni sois-tu !

Pour ton corps partagé comme un pain,

Ton corps de Dieu où ton peuple prend corps,

Ton corps de Dieu où chaque homme est vivant,

Béni sois-tu pour ton sang

Qui consacre le monde !

2

Pour ton corps abattu de tristesse, béni sois-tu !

Pour ton corps enfermé dans la nuit,

Ton corps de Dieu où revivent les morts

Ton corps de Dieu où se lève le jour,

Béni sois-tu pour ton sang

Qui consacre le monde !

3

Pour ton corps tout couvert de crachats, béni sois-tu !

Ton corps lacéré par les fouets,

Ton corps de Dieu où la guerre est vaincue,

Ton corps de Dieu où la terre est nouvelle,

Béni sois-tu pour ton sang

Qui consacre le monde !

4

Pour ton corps que l’on jette en prison, béni sois-tu !

Pour ton corps condamné à mourir,

Ton corps de Dieu qui grandit parmi nous,

Ton corps de Dieu qui remplit l’univers,

Béni sois-tu pour ton sang

Qui consacre le monde !

Mystère de la croix

Cote H52-34 – Editeur JUBILUS

Auteur(s) D. Rimaud – Compositeur(s) E. Daniel

Ouverture

Mystère de la Croix, Lumière de l’Histoire ;

Scandale du calvaire, Puissance du salut ;

Silence de la Croix, Promesse de victoire ;

Notre espérance est dans la Croix de Jésus.

Anamnèse

Nous rappelons ta mort, Ta mort sur le Calvaire !

Nous célébrons ta Gloire, Ta Gloire dans les cieux !

Jésus ressuscité, Nous attendons ton règne :

Viens dans ton règne de justice et de paix !

Nous rappelons ta mort, Nous chantons ta victoire !

Pour finir

La Croix du Fils de Dieu, le Trône de sa Gloire.

Hymne à la Croix

Cote H55-36 – Editeur KINNOR

Auteur(s) Taulignan – Compositeur(s) H. Dumas

Refrain

Dieu saint, Dieu fort, Dieu immortel

Prends pitié de nous !

 1

Ô Croix resplendissante de lumière,

Abîme de la Sagesse, trésor de tous les biens,

Ô Croix, trône où le Christ en gloire est assis,

Nous t’adorons.

2

Ô Croix, buisson ardent de la Révélation,

Vigne au sang vermeil, ô lèvres de bénédiction.

Ô Croix, bois d’ombre et de fraicheur où murmure l’Esprit,

Nous t’adorons.

3

Ô Croix, bois d’où jaillit la vie,

Médecin des malades, remède des pêcheurs,

Ô Croix par qui le mal est vaincu et la mort anéantie,

Nous t’adorons.

 4

Ô Croix, chemin de ceux qui se sont égarés,

Route sûre et guide des aveugles,

Ô Croix, arche qui mène au port du salut,

Nous t’adorons.

5

Ô Croix, sagesse et puissance de Dieu,

Evangile de la gloire du Christ,

Ô Croix c’est par toi que la joie vient dans le monde,

Nous t’adorons.

Ô mon peuple, que t’ai-je fait ?

Sous-titre IMPROPERES DU VENDREDI SAINT

Cote HL50-41 – Editeur EUROPART

Auteur(s) AELF – Compositeur(s) E. Lebrun

Antienne :

Ô mon peuple, que t’ai-je fait ? En quoi t’ai-je contristé ?

Réponds-moi !

Ô Dieu saint, Ô Dieu fort, Ô Dieu immortel, prends pitié de nous.

1

T’ai-je fait sortir du pays d’Egypte

Pour qu’à ton Sauveur tu fasses une croix ?

2

T’ai-je quarante ans guidé dans le désert et nourri de la manne,

T’ai-je fait entrer en terre assez belle pour qu’à ton serviteur tu fasses une croix ?

3

Moi, j’ai planté ma plus belle vigne, tu n’as eu pour moi que ton amertume, et du vinaigre pour ma soif

D’une lance tu m’as ouvert le cœur, à moi, ton Sauveur!

4

Moi j’ai pour toi frappé l’Egypte, j´ai fait mourir ses premiers-nés :

Toi, tu m´as livré, flagellé !

5

Moi, je t´ai fait sortir d´Égypte, j´ai englouti le Pharaon, je l’ai noyé dans la Mer rouge

Toi, tu m´as livré aux grands prêtres !

 6

Moi, devant toi, j´ouvris la mer :

Toi, tu m´as ouvert de ta lance !

7

Moi, devant toi, je m´avançai dans la colonne de nuée,

Toi, tu m´as conduit à Pilate !

8

Moi, j´ai veillé dans le désert et de la manne je t´ai nourri,

Toi, tu m´as frappé, flagellé !

9

Moi, aux eaux vives du rocher, je t´ai fait boire le salut,

Toi, tu me fis boire le fiel, m´abreuvas de vinaigre !

10

Moi, j´ai pour toi frappé les rois, les puissants rois de Canaan :

Toi, tu m´as frappé d´un roseau !

11

Moi, dans ta main, j´ai mis un sceptre, je t´ai promu peuple royal :

Toi, tu as placé sur ma tête la couronne d´épines !

12

Moi, je t´ai par ma toute puissance exalté :

Toi, tu m´as pendu au gibet de la croix !

Approfondir votre lecture

  • Pupitre.

    Chants et œuvres de musique sacrée pour vivre la Semaine Sainte chez soi en temps de confinement

    Ces pistes de chants et de musique liturgique sont proposées par le département Musique du SNPLS afin d’accompagner les propositions de célébrations liturgiques à domicile des diocèses, paroisses, et d’aider chacun à vivre et célébrer cette Semaine Sainte « confinée » à la maison, que ce soit seul, en communauté, en famille, entre colocataires …

  • Rite du lavement des pieds, le Jeudi saint.

    Proposition de chants pour la Semaine Sainte

    En plus de la sélection proposée pour le temps du Carême pour les chants de l’ordinaire, offrande et communion, voilà les compléments de chants liés aux spécificités de la Semaine Sainte en cette année C.

  • partition 6

    Quels chants choisir pour le temps du Carême ?

    Et si le temps du Carême nous invitait à redécouvrir les moments de silence dans nos liturgies ? À l’image des quarante jours que Jésus a passé au désert, nos célébrations sont plus sobres et dépouillées. Elles laissent davantage de place au recueillement et au silence :