Destin du mystère pascal dans la Christologie

Veillée pascale

Veillée pascale

Par Jean-Louis Souletie

 

Résumé

Le mystère pascal a retrouvé sa place au centre de la liturgie dans le renouveau conciliaire de Vatican II.

L’expression du salut s’était en effet focalisée jusqu’alors dans une théologie de la rédemption essentiellement fondée sur la satisfaction. Ces catégories théologiques inspiraient de manière caractéristique la sacramentaire et la liturgie. La critique historique de la Bible, l’édition critique des Pères, en particulier de la patrologie grecque, ont permis un retour à l’Écriture qui ouvre à nouveau la richesse de la Bible pour l’expression de la foi pascale.

Cette « détente » du vocabulaire a permis le déploiement d’une variété de christologies pascales qui s’orientent aujourd’hui vers une réflexion liée à la genèse de l’Église dans la ligne des premiers paragraphes de Lumen gentium. Dès lors, s’ouvre une réflexion prometteuse sur la place de la liturgie et sa dimension pascale dans l’ecclésiologie contemporaine. Si la liturgie est, en effet, « le sommet auquel tend l’action de l’Église, et la source d’où découle sa vertu », elle est tout en même temps le lieu où se réalise l’œuvre pascale du Christ continuée dans l’Église (SC 10 et 6).

 

Télécharger l’article ci-contre.

Article extrait de la revue La Maison-Dieu, n°240, 2004, p 59-87

 

Sur le même thème