« Revenez à moi de tout votre cœur », chant pour la liturgie des Cendres

Imposition des cendres lors de la messe des Cendres en l'égl. Saint François de Molitor. Paris (75), France.

Imposition des cendres lors de la messe des Cendres en l’égl. Saint François de Molitor. Paris (75), France.

Par Julien Courtois, Ancien responsable du département Musique SNPLS

Le chant « Revenez à moi de tout votre cœur » (GX 94) conviendra parfaitement pour la liturgie des cendres puisqu’il puise dans les textes de la liturgie du jour. Ces textes nous invitent à la pénitence et au recueillement grâce la musique d’André Gouzes dans une simplicité et un dépouillement qui correspondent tout à fait à l’entrée en Carême.

Texte :

Daniel Bourgeois & Jean Philippe Revel

Musique :

André Gouzes

Éditions musicales :

Sylvanès

Sources bibliques et liturgiques

Les textes du refrain et des versets sont inspirés des lectures du mercredi des Cendres :

  • Livre de Joël 2, 12-18 : Appel à la pénitence

« Revenez à moi de tout votre cœur, dans le jeûne, les larmes et le deuil ! »

« Déchirez vos cœurs et non pas vos vêtements, et revenez au Seigneur votre Dieu car il est tendre et miséricordieux, lent à la colère et plein d’amour, renonçant au châtiment. »

« Qui sait ? Il pourrait revenir, il pourrait renoncer au châtiment et vous combler de ses bienfaits. »

« Celui qui n’a pas connu le péché, Dieu l’a pour nous identifié au péché des hommes, afin que, grâce à lui, nous soyons identifiés à la justice de Dieu. »

« Or c’est maintenant le moment favorable, c’est maintenant le jour du salut »

  • Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 6, 1-6. 16-18 : L’aumône, la prière et le jeûne comme Dieu les aime.

« Prie ton Père qui est la dans le secret »

« Quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage »

Usage liturgique

Il s’agit d’un répons pour les vigiles du mercredi des cendres. Ce chant convient également très bien comme chant d’entrée de la messe des cendres ou pour accompagner la liturgie des cendres durant laquelle on pourra prendre le temps de déployer l’ensemble des strophes, comme un écho à la liturgie de la Parole.

Mise en œuvre

Le refrain peut facilement être repris par l’assemblée. Il est toutefois souhaitable de chanter la polyphonie, dans la mesure du possible. Pour le refrain, bien respecter l’indication métronomique (noire à 60) afin de ne pas respirer au milieu de la première phrase (après « moi »). Eviter également de trop rallonger l’avant dernière syllabe de « tendresse ». Il est préférable de réserver la cantillation des strophes à un petit chœur (ou quatuor) en polyphonie ou bien à un soliste (ou un groupe de chant à l’unisson) accompagné si possible par un instrument polyphonique (orgue, guitare, cithare…).

Extrait du dossier La pénitence a-t-elle un sens ?

Approfondir votre lecture