Le dimanche, jour de l’Église

Assemblée installée sous forme enveloppante à l'occasion de la messe célébrée à S Ignace à Paris dans le 7ème

Assemblée installée sous forme enveloppante à l’occasion de la messe célébrée à Saint Ignace à Paris dans le 7ème.

Par Serge Kerrien, diacre et responsable de la PLS du diocèse de Saint-Brieuc. Il est aussi ancien directeur-adjoint du CNPL (aujourd’hui SNPLS)

Nous poursuivons notre lecture des grandes lignes de la lettre apostolique du pape Jean-Paul II, Dies Domini, sur la sanctification du dimanche, et nous nous interrogeons sur la dimension ecclésiale de la liturgie dominicale.

« Toutefois, l’Eucharistie dominicale, avec l’obligation de la présence communautaire et la solennité particulière qui la distingue, précisément par ce qu’elle est célébrée « le jour où le Christ est ressuscité d’entre les morts et nous a fait participer à sa vie immortelle », (embolisme de certaines prières eucharistiques) souligne avec plus de force sa dimension ecclésiale, se situant comme le modèle des autres célébrations eucharistiques. Chaque communauté, réunissant tous ses membres pour la « fraction du pain », prend conscience d’être un lieu où le mystère de l’Église se réalise concrètement ». (Dies Domini 34).

De ce rappel de la dimension ecclésiale de la liturgie eucharistique dominicale, Jean-Paul II tire des conséquences pastorales éclairant d’un jour particulier les décisions à venir sur la pastorale du dimanche et le type de célébrations à encourager.

L’assemblée eucharistique dominicale

Dès les débuts de l’Église, le dimanche connaît un développement tel que les chrétiens le sanctifient de façon spécifique en tenant une assemblée eucharistique. La dimension communautaire et ecclésiale en est déjà bien perçue. Mais le dimanche n’est pas seulement le jour de la célébration eucharistique ; il comporte des temps de catéchèse et de convivialité. L’assemblée dominicale et ses périphériques deviennent le lieu où se construisent, s’entretiennent et s’affirment l’identité chrétienne et l’Église. En participant à l’assemblée dominicale, le chrétien exprime et réalise son appartenance à l’Église.

La célébration eucharistique est bien cette source à laquelle l’Église vient s’abreuver pour vivre du Christ et le sommet où, en rendant grâce, elle témoigne, comme Église rassemblée, de la Bonne Nouvelle du salut offert au monde.

L’apprentissage de l’Église célébrante, enseignante, servante

Le rassemblement dominical n’a pas comme seul but la célébration de l’eucharistie. A travers ce que celle-ci donne à vivre comme dans ce qui précède et ce qui suit, le chrétien découvre et apprend ce qu’est l’Église. Il apprend que si elle est une, elle n’est pas uniforme. Il découvre que si elle est une institution structurée, elle est d’abord le mystère du corps du Christ. La célébration eucharistique lui fait expérimenter l’acte de louange de l’Église en prière. Le fidèle approfondit et enrichit son sens de l’Église comme lieu du service des autres, de l’apprentissage de la vie fraternelle, comme chemin permanent de conversion et d’engagement dans la vie des hommes. Quant à la catéchèse, elle trouve toute sa place le dimanche, à la fois dans la célébration liturgique, catéchisante par elle-même, et dans des temps spécifiques proposés au cours de la journée pour tous les chrétiens, quel que soit leur âge.

Des conséquences pastorales

Si le dimanche est considéré, depuis les premiers siècles, comme le jour de l’Église, la dimension communautaire doit trouver sa place, tant dans la célébration dominicale que dans le choix des lieux où l’eucharistie est célébrée. C’est là que s’affirme le sens de la communauté et qu’elle se construit. La célébration eucharistique paroissiale prime sur toutes les autres célébrations qui ne peuvent exister sans mise en lien avec l’eucharistie célébrée par le curé chargé de la communion dans sa communauté.

La seconde conséquence tient à la figure de l’assemblée. C’est une assemblée aux visages et aux âges variés qui est appelée à célébrer. Au-delà de la particularité des engagements, des courants de spiritualité, des  mouvements d’Église, des communautés religieuses, tous se retrouvent pour louer le  Seigneur d’une même voix et lui rendre grâce d’un même cœur. L’assemblée favorise ainsi l’apprentissage de l’Église et de la vie ecclésiale particulièrement pour les enfants et leurs parents. Dès lors, à favoriser les messes de groupes, on risquerait, de créer des chapelles au lieu de construire l’Église.

Ainsi, quand la dimension ecclésiale du dimanche est prise en compte et réalisée, le dimanche reste bien ce jour où, autour de l’eucharistie, l’Église se construit comme mystère d’union trinitaire et comme société humaine chargée de porter au monde l’Évangile.

Il convient donc de penser le dimanche en tenant compte des missions de l’Église : célébrer, enseigner, servir. En retrouvant l’ensemble des aspects qu’il recouvre, le dimanche retrouverait des couleurs. Il serait, non seulement le jour où l’assemblée des chrétiens se réunit, mais aussi le jour où la communauté, enseignée et nourrie, sert les hommes et témoigne de la Bonne Nouvelle.

Approfondir votre lecture

  • 27 septembre 2019 : Illustration. Haut de la fontaine de la place Saint Sulpice à Paris et fenêtres éclairées des appartements proches. Paris (75), France.

    COVID-19 et confinement : vivre une liturgie familiale à domicile pour le 5ème dimanche de Carême

    En ces jours de confinement, où les catholiques ne peuvent participer à la liturgie dominicale, les célébrations en ligne (via Facebook, Youtube etc…) se multiplient et elles aident à rester dans la communion. On peut aussi faire le choix d’une célébration plus active, en famille, grâce à des propositions comme celle de l’équipe PLS du diocèse d’Orléans qui met à disposition des fidèles un livret pour conduire et vivre une liturgie domestique en famille, en « Église domestique » (Lumen gentium, n. 11). Voici la trame d’une célébration dominicale à la maison, avec des supports-ressources, pour le 5ème dimanche de Carême, année A.

  • Détail de « Tournesol image i » de Emil Nolde (1867-1956), Hamburger Bahnhof, musée d'art contemporain de Berlin.

    Saison de la Création : quelques pistes pour célébrer une eucharistie

    On trouvera ci-après quelques suggestions en vue de faciliter la préparation et l’organisation des célébrations qui jalonnent la Saison de la Création, du 1er septembre au 4 octobre.

  • 9 mars 2017 : Célébration de la messe, lors de la journée de rencontre nationale autour du synode sur "Les jeunes, la foi et le discernement des vocations". Eglise Saint Honoré d'Eylau, Paris (75), France.

    Le dimanche, jour du Seigneur

    Cette promesse du Christ continue à être entendue dans l’Eglise qui y trouve le secret fécond de sa vie et la source de son espérance. Si le dimanche est le jour de la Résurrection, il n’est pas seulement le souvenir d’un événement du passé : il est la célébration de la présence vivante du Ressuscité au milieu des siens (Dies Domini, 31).