Proposition de chants pour la Solennité du Christ, Roi de l’Univers

Partition 4Par Agnès Pinardel-Minier, Adjointe du département Musique du SNPLS

Dans les cotes définissant le temps liturgique, les thèmes et les rites, il n’existe pas (ou pas encore) de lettre spécifique à la solennité du Christ Roi. Plusieurs chants ayant le texte approprié, et appartenant à la liste des promotions épiscopales sont possibles, telsque ceux proposés dans cet article.

En chant d’entrée

  • Hommes nouveaux (I 14-64-1), n°675 du CNA
  • Jour du Vivant (I 34-92-8) n°561 du CNA, couplets 2,3,4
  • Pour avancer ensemble (K 20-38) n° 524 du CNA, couplets 1, 2,3,7

En chant de communion (cote D)

  • Celui qui a mangé de ce pain (D 140-2), n° 321 du CNA, couplets 1,2,3,4
  • En accueillant l’amour (DP 126), n°325 du CNA, couplets 1,2,3
  • Mendiant du jour (D 150), n° 334 du CNA, couplets 1,2,4,5

Pour l’ordinaires de Messe (Kyrie, Gloria, Sanctus, Agnus) il est important de ne pas choisir le même que celui qui sera pris pour le temps de l’Avent (qui commence la semaine d’après), ni de prendre ceux des dimanches précédents (temps ordinaire), la solennité demande une différenciation.

Il est conseillé de prendre dans la liste des promotions épiscopales récentes (2013):

  • Messe de St Vincent de Paul, en entier (AL 51-69)
  • Messe pour st Séverin, Sanctus et Agnus (AL 44-03 et 44-04)
  • Messe de la miséricorde, Kyrie (AL 50-64)
  • Agneau de Dieu de Michel Bouvard (AL 206)

ou des promotions 1993-2011 :

  • Messe upon la mi re, Kyrie et Agnus (AL 42-68-6/AL 35-46-21)
  • St le Seigneur de Gelineau (AL 52-77-15)
  • Sanctus de Dumas (AL 53-97)
  • Kyrie de Gouzes (AL 600)
  • Gloire à Dieu de Daniel (AL 23-09/ CNA 197)
  • La Messe des Anges (grégorien VIII/ CNA 162, 195)
  • Alleluia de Liège (UL 22-79/CNA 215-30)
  • Alleluia du temps de Pâques (IU 56-65)
  • Alleluia O Filii (I 36/CNA 215-19)

En plus des promotions épiscopales, tirés du CNA (chants notés de l’assemblée), le recueil de chants dont le choix a été validé par la Conférence des Evêques et la CIFTL (commission internationale francophone pour les traductions et la liturgie) en 2001, sont appropriés, en chant d’entrée :

  • Christ, Roi du monde (coté M 35), n°539 du CNA, couplets 1,2,3
  • Fais paraître ton jour (Y 53), n°552 du CNA, couplets 3,4,5
  • le Psaume sera le 121 : CNA, pages 148-149

En processionnal de communion :

  • En marchant vers toi, Seigneur (D 380), n° 326 du CNA, couplets 1,3,4,5
  • Pain véritable (D 103), n° 340 du CNA, couplets 1,3, 7
  • Nous formons un même corps (D 105), n° 570 du CNA, couplets 1, 4, 7,8
  • C’est toi, Seigneur, le pain rompu (D 293) n° 322 du CNA, couplets 3,5,6,10,11

En post communion, si l’assemblée n’a pas chanté de chant pendant la communion :

  • Nous chanterons pour toi, Seigneur (K 38), n° 569 du CNA, strophes 1,9,10,14,16

En chant d’envoi :

  • Envoyés dans ce monde (H 20-35), n° 443 du CNA, couplets 2,3,6
  • Dieu est à l’œuvre (T 50), n° 541 du CNA, couplets 2,3,4

Bonne solennité du Christ, roi de l’Univers

Approfondir votre lecture

  • 28 janvier 2011: Salutation lors de la messe, égl. Saint François d'Assise, Paris (75), France.

    La fête du Christ roi de l’univers comme célébration du Mystère Pascal

    C’est avec la fête du Christ-Roi de l’Univers, instituée en 1925 par le Pape Pie XI, que s’achève l’année liturgique.

  • Partition 4

    Proposition de chants pour la Solennité du Christ, Roi de l’Univers

    Dans les cotes définissant le temps liturgique, les thèmes et les rites, il n’existe pas (ou pas encore) de lettre spécifique à la solennité du Christ Roi. Plusieurs chants ayant le texte approprié, et appartenant à la liste des promotions épiscopales sont possibles, tels :

  • Fleurir fête Christ Roi

    Fleurir en la fête du Christ-Roi

    A la fin de l’année liturgique, avec le trente-quatrième dimanche du Temps ordinaire, l‘Église nous invite à célébrer la solennité du Christ-Roi. Le titre de la fête semble évoquer la puissance de Dieu. Pourtant, nous célébrons celui qui n’exerce pas un pouvoir de domination mais qui révèle sa royauté en s’offrant lui-même cloué sur une croix.