L’Ascension du Christ peinte par Le Pérugin

260_450_perugin-ascension-b5cccPar Norbert Hennique, Ancien directeur du Département national d’art sacré

Sollicité en 1495 par les bénédictins de la ville de Pérouse, Pérugin consacre trois années à la réalisation d’un retable pour le maître-autel de leur église. Seules la partie centrale et la lunette, représentant l’Ascension du Christ, sont aujourd’hui conservées au musée de Lyon.

Restant dans un plan à deux dimensions, la composition s’organise de manière symétrique autour d’un axe central allant de la terre au ciel et reliant, par un jeu de gestes et de regards, la Vierge Marie, le Christ et Dieu le Père.

De part et d’autre de la Vierge, sont placés les douze apôtres et saint Paul, figure importante de l’Église primitive.

Au-dessus d’eux, le Christ apparaît dans une mandorle. Entre les différents niveaux, des anges jouent de la musique. A l’arrière, se déploie dans la profondeur un paysage panoramique traité selon les règles de la perspective aérienne : dans un camaïeu de bleus, on distingue une petite ville fortifiée, au bord d’une rivière serpentant au creux d’une vallée entourée de montagnes.

Le rythme régulier des figures, les poses gracieuses et la douceur des visages des personnages, la luminosité des couleurs intenses et contrastées, composent une image à la fois imposante et subtile. Pérugin met au point dans ce retable un style classique qui préfigure l’art de son élève Raphaël.

Approfondir votre lecture

  • 7 Juin 2014 : Lecture de l'Evangile lors de la Vigile de Pentecôte présidée par Mgr Michel AUPETIT, év. de Nanterre. Egl. Saint Pierre Saint Paul. Colombes (92) France.

    Célébrer la Pentecôte

    La réforme liturgique du concile Vatican II a modifié bien des choses et, entre autres, la façon de célébrer la Pentecôte. On a voulu d’abord insister sur l’unité du temps pascal. Nous redécouvrions cette unique fête de cinquante jours, avec deux sommets, Pâques et la Pentecôte.

  • Évangéliaire ouvert un Dimanche de Pâques.

    Naître aujourd’hui à la vie de Dieu : le mystère pascal

    À la fin de l’été 1993, je travaillais avec un groupe d’étudiantes et d’étudiants de l’Institut de pastorale de Montréal sur les rapports entre liturgie et justice sociale. Alors que je tentais de leur expliquer ma compréhension de leur articulation dans leur commun enracinement dans le mystère pascal, je fus interrompue par un participant – un animateur de pastorale très engagé – qui me lança :

  • 23 mai 2010 : Seaux à eau bénite et buis pour l'aspersion lors de la messe de Pentecôte, Beauvais (60), France.

    Le rite pénitentiel et l’aspersion durant le Temps pascal

    On a tous vu, une fois ou l’autre, au début d’une célébration eucharistique solennelle ou télévisée, le président asperger généreusement l’assemblée d’eau bénite. Utilisant souvent un bouquet de branches de cèdre ou d’olivier, il s’exécute en traversant la foule tandis qu’un chant festif souligne le caractère baptismal de l’action posée.