L’Ascension du Christ peinte par Le Pérugin

260_450_perugin-ascension-b5cccPar Norbert Hennique, Ancien directeur du Département national d’art sacré

Sollicité en 1495 par les bénédictins de la ville de Pérouse, Pérugin consacre trois années à la réalisation d’un retable pour le maître-autel de leur église. Seules la partie centrale et la lunette, représentant l’Ascension du Christ, sont aujourd’hui conservées au musée de Lyon.

Restant dans un plan à deux dimensions, la composition s’organise de manière symétrique autour d’un axe central allant de la terre au ciel et reliant, par un jeu de gestes et de regards, la Vierge Marie, le Christ et Dieu le Père.

De part et d’autre de la Vierge, sont placés les douze apôtres et saint Paul, figure importante de l’Église primitive.

Au-dessus d’eux, le Christ apparaît dans une mandorle. Entre les différents niveaux, des anges jouent de la musique. A l’arrière, se déploie dans la profondeur un paysage panoramique traité selon les règles de la perspective aérienne : dans un camaïeu de bleus, on distingue une petite ville fortifiée, au bord d’une rivière serpentant au creux d’une vallée entourée de montagnes.

Le rythme régulier des figures, les poses gracieuses et la douceur des visages des personnages, la luminosité des couleurs intenses et contrastées, composent une image à la fois imposante et subtile. Pérugin met au point dans ce retable un style classique qui préfigure l’art de son élève Raphaël.

Approfondir votre lecture

  • « Nous te supplions de consacrer toi-même les offrandes que nous apportons : sanctifie-les par ton Esprit pour qu’elles deviennent le corps et le sang de ton Fils, Jésus Christ, notre Seigneur » (Prière eucharistique III)

    L’Esprit Saint dans la liturgie

    Le dernier samedi du Temps pascal, l’oraison d’ouverture de la messe nous fait demander : « Au terme de ces fêtes pascales, accorde-nous, Dieu tout-puissant, de garder la Pâque de ton Fils présente dans toute notre vie. »

  • Partition du chant de l'Ave Maria.

    Dans les temps qui courent, oser chanter l’espérance

    Combien de fois a dû résonner depuis deux mois, dans la douleur et l’absence des proches, l’antienne du De Profundis : « Je mets mon espoir dans le Seigneur, je suis sûr de sa parole ». La vertu théologale de l’espérance vient nous chercher au plus profond de notre foi en ce temps de confinement. De manière singulière, cette période permet d’approfondir à la maison la prière de l’Eglise dans la liturgie des Heures, et de psalmodier parmi bien d’autres ce verset : « Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ; espère le Seigneur ».

  • Vitrail de l'Ascension du Seigneur.

    Célébrer la fête de l’Ascension en famille, en « Église domestique »

    Cette célébration liturgique domestique a été composée par le diocèse de Besançon pour la solennité de l’Ascension, fêtée cette année le 21 mai 2020.