Chanter à l’Ascension

Bible ascension

Par Pierre Fourney, Département national de Musique Liturgique

Placée 40 jours après Pâques (nombre ô combien symbolique) et 10 jours avant la Pentecôte, la fête de l’Ascension marque une étape essentielle de l’année liturgique : la fin du séjour terrestre de Jésus et l’envoi en mission des apôtres : « De toutes les nations, faites des disciples ».

Présentation en musique de la fête de l’Ascension

Le chant incontournable de cette fête est certainement le Psaume 46 qui donne à ce départ, à cette montée au ciel du Christ vers son Père, une allure à la fois triomphale et joyeuse :

« Tous les peuples battez des mains, acclamez Dieu par vos cris de joie…Dieu s’élève parmi les ovations, le Seigneur aux éclats du cor… »

Joseph Samson a tiré de ce texte éclatant « sonnez pour votre dieu, sonnez ! » une version particulièrement expressive dont est tirée l’antienne « Dieu monte parmi l’acclamation » présente depuis un demi-siècle dans tous les psautiers. Et son « vieux camarade » Claude Goudimel s’en est inspiré, quatre siècles avant lui, pour écrire le choral « Frappez dans vos mains » (J 21) qui est encore aujourd’hui un joyeux chant d’entrée pour l’ascension.

Les autres chants feront sentir à la fois cette joie et cette montée à laquelle nous semblons être entraînés par le Christ :

Aujourd’hui notre Seigneur monte au ciel ; que notre cœur y monte avec lui …

– Liturgie des Heures, Sermon de Saint Augustin pour l’Ascension

La fête de l’Ascension nous emporte dans cette dynamique verticale qui est celle des mystiques et des contemplatifs de l’invisible comme Olivier Messiaen qui y a consacré une de ses plus belles œuvres pour orgue.

Et même si notre raison d’être n’est pas de « rester là à regarder le ciel » (comme le disaient les anges de l’évangile), mais bien de continuer sur terre l’œuvre du Christ, la grande promesse indissolublement liée à cette fête : « et maintenant, je suis avec vous jusqu’à la fin du monde » nous dit aussi que nous sommes désormais, comme le disaient d’eux-mêmes les premiers chrétiens, des citoyens du ciel.

Propositions de chants pour l’Ascension

Dans les promotions épiscopales, aucun chant propre à l’Ascension (lettre « J ») n’a été promu.

Toutefois, le chant J 5 : « Dans la joie, le Seigneur est monté » de M. Godard convient tout à fait à cette solennité.

Il existe également des chants dans le répertoire du temps Pascal (lettre « I »), qui ont deux séries de paroles : l’une pour Pâques, l’autre pour l’Ascension :

  • CNA, 491/ I 13 : « Le Seigneur est monté aux cieux, Alléluia » (2e texte de « le Seigneur est ressuscité, Alléluia »)
  • CNA 487/ I 169 : « Loué sois-tu , ô Jésus Christ » (2e texte de « Christ est vraiment ressuscité »)
  • CNA 486/ D 24-72-1 : « Christ est monté aux cieux, Alléluia » (2e texte de « Christ est ressuscité, Alléluia »)

 

vignette-site-secli

 

Commander ces partitions sur le site du SECLI :

secli.cef.fr

 

 

Approfondir votre lecture

  • 260_450_perugin-ascension-b5ccc

    L’Ascension du Christ par Le Pérugin

    Par Norbert Hennique, Ancien directeur du Département national d’art sacré   Sollicité en 1495 par les bénédictins de la ville de Pérouse, Pérugin consacre trois années à la réalisation d’un retable pour le maître-autel de leur église. Seules la partie centrale et la lunette, représentant l’Ascension du Christ, sont aujourd’hui conservées au musée de Lyon. […]

  • Détail d'un baptistère, Fleur Nabert, église de Schiltigheim (67), France, 2008

    Proposition de chants pour la Pentecôte

    Détail d’un baptistère, Fleur Nabert, église de Schiltigheim (67), France, 2008 A partir des promotions épiscopales de chants liturgiques, voici ce que le SNPLS suggère pour la Pentecôte. Plusieurs sortes de chants différents existent et trouvent une place selon le genre d’assemblée, et selon l’emplacement au cours de la liturgie. La lettre de cotation liturgique […]

  • cierge pascal

    Des cendres au feu de la Pentecôte   

    Par Bénédicte Ducatel, Collaboratrice à Magnificat   La logique naturelle veut que l’on passe du feu aux cendres ; du feu chaleureux, qui consume tout, aux cendres inertes et froides. Le feu consume ce qui le fait vivre si bien qu’il en meurt. La liturgie nous fait entrer dans une autre logique, la logique divine, qui met […]