Fleurir à l’Assomption

23 avril 2011: Décoration florale. Thérèse (67ans), compose les bouquets pour la paroisse Saint Séverin depuis 1987. Paris (75), France. April 23, 2011: Flower arranging, Saint Séverin parish. Paris (75), France.

23 avril 2011: Décoration florale. Thérèse (67ans), compose les bouquets pour la paroisse Saint Séverin depuis 1987. Paris (75), France.

Par Nicole Morel d’Arleux, Ancien membre du département Fleurir en liturgie

C’est au milieu des vacances, c’est l’éblouissement de l’été.
Ce jour-là, nous fleurissons tout spécialement Marie, la Vierge, la Mère de Dieu, la première qui monte au ciel, qui nous précède, qui nous attire et nous fleurissons aussi, comme à chaque eucharistie, la Pâque du Seigneur.

Les lieux

Il peut y avoir deux endroits.

Très souvent dans une église, il y a une statue de la Vierge, non loin de l’espace liturgique. Il semble que, tout spécialement ce jour, il faudrait la fleurir avec plus de magnificience que d’habitude.

Puis près de l’autel, une composition ascensionnelle, élancée.

La forme du bouquet

Nous l’avons dit élancée, ascensionnelle. Cette forme semble tout à fait appropriée pour cette fête, qui rappelle que Marie est montée au ciel.

Le contenant

En rapport avec la forme du bouquet que nous souhaitons réaliser.

Il peut être :

  • en verre, la transparence et la lumière jouent avec les éclairages ;
  • en terre, ou dans une souche avec des éléments plus rustiques.

Le contenant assure l’ancrage de la composition.

Les feuillages

Ils donneront l’élan de la composition par des branches fines et élancées (hêtre, forsythia, charme, graminées, etc.) ou tout autre selon la région – souvent une seule variété suffit, mais l’on peut « asseoir » la composition avec un feuillage plus fort et plus dense à la base de la composition (ou bouquet).

Les fleurs

Sans doute les mêmes, dans le bouquet de la Vierge et la composition au pied de l’autel. Elles sont diverses et variées en cette période de l’année, cependant les lys blancs évoquent toujours le côté virginal et marial.

Tout cela comme d’habitude sera en fonction de l’église, de son style, des couleurs et des fleurs que nous trouverons, soit dans la nature, soit dans le jardin, soit au marché. Toujours, cette recherche d’harmonie indispensable à toute réalisation florale. Sans oublier la légèreté des graminées ni la simplicité d’éléments rustiques.

Il n’y aura que l’embarras du choix puisque nous sommes en été, totues les couleurs sont présentes et permises. Faut-il choisir le blanc ou le bleu ? Pourquoi pas, et pourquoi pas toute autre couleur. Il faut noter que le bleu dans une église n’est pas souhaitable, peu visible.

Naturellement, nous rechercherons la beauté et la simplicité et nous offrirons cette ou ces réalisations à l’assemblée sans explication.

Télécharger l’article complet en PDF :

Sur tv.catholique.fr

Un Temps pour la Création

Comment vivre ce temps, pleinement ? Eléments de réponse avec Elena Lasida, chargée de mission écologie et société à la Conférence des évêques de France.

Approfondir votre lecture

  • ALSACE : PAYSAGES - SOUS-BOIS- ROUTE ET CHEMIN EN CAMPAGNE - ARBRE FRUITIER ( POMME ).

    L’été, le temps des pèlerinages

    Le pèlerinage est une expérience personnelle vécue à la suite d’une décision volontaire dont les motivations peuvent être multiples. Mais quelles que soient les motivations, le pèlerin s’engage dans une démarche particulière qui peut le modifier, le transformer. Le pèlerinage est une forme particulière de piété personnelle qui peut être communautaire. La pratique des pèlerinages est universelle et se retrouve dans toutes les cultures.

  • LMD 266 Marie juin 2011

    La Maison-Dieu n°266 consacré à Marie dans le mystère de l’Église

    Le volume N°266 de La Maison-Dieu consacré à Marie est paru en juin 2011 aux éditions du Cerf.

  • Flambeaux de la Procession Mariale, Lourdes (65), France.

    Le Propre de la fête de l’Assomption

    Oraisons, antiennes et préface de la messe, hymnes des offices. Le 15 août, l’Église fête l’Assomption de la Vierge Marie. « Au terme de sa vie terrestre, l’Immaculée, Mère de Dieu a été élevée en Son corps et en Son âme à la gloire du Ciel ». C’est en ces termes qu’en 1950, le Pape Pie XII a défini la foi catholique relative à l’Assomption.