La Semaine sainte : une unité à l’épreuve du temps et de l’espace

18 avril 2014: Adoration du Christ en croix le Vendredi Saint à la paroisse de Notre-Dame du Val (77).

18 avril 2014: Adoration du Christ en croix le Vendredi Saint à la paroisse de Notre-Dame du Val (77).

La Semaine Sainte, et de manière inclusive, le Triduum et la vigile pascale, constituent le cœur de l’année liturgique et l’expression déployée du mystère pascal. Objet de réforme liturgique avant même le concile Vatican II, la Semaine Sainte a été rendue accessible aux fidèles, notamment en restaurant des horaires des célébrations en cohérence avec leur signification.

Cette revitalisation visait une meilleure participation des fidèles aux célébrations et s’appuyait sur la redécouverte théologique de l’unité du mystère pascal du Christ, lequel est au cœur de la foi chrétienne : « si le Christ n’est pas ressuscité, notre proclamation est sans contenu, votre foi aussi est sans contenu » (1 Co 15, 14).

En 2003, le Service national de la catéchèse avait engagé une réflexion intitulée Aller au cœur de la foi, questions d’avenir pour la catéchèse ?  Prenant appui sur le déroulement de la vigile pascale, elle avait trouvé un écho important auprès de nombreuses communautés chrétiennes. 

Pourtant, la participation actuelle des chrétiens aux célébrations paroissiales demeure incertaine et interroge les responsables pastoraux. Par ailleurs, on voit aussi des chrétiens convaincus qui passent la semaine sainte dans un monastère, voulant honorer, par ce choix, sa dimension spirituelle de « retraite ».

Si la richesse de la semaine sainte n’est pas à démontrer, comment se fait-il qu’elle soit si peu perçue dans son unité ? Quels pourraient-être les ressorts de signification à mettre en valeur qui rendraient un tel déploiement de la liturgie de l’Église, pertinent pour aujourd’hui ? Ce questionnement ne cherche pas à donner des « recettes liturgiques » pour rendre les célébrations plus attractives (!) mais à réfléchir aux résonnances potentielles de la semaine sainte pour nos contemporains.

Un regard sur les pratiques actuelles nous conduira à nous interroger sur les significations de la semaine sainte, ouvrant le champ à une réflexion théologique sur la manière de la célébrer aujourd’hui.

Les articles du dossier

Les pratiques telles que nous pouvons les observer dans les diocèses et les paroisses font apparaître un morcellement de la Semaine sainte. Quand elle est perçue comme «  semaine », c’est à dire un temps qui commence le dimanche des Rameaux et s’achève le jour de Pâques (théoriquement avec les vêpres), c’est le plus souvent comme une succession de jours et non dans son unité. Parmi les célébrations prévues pour chaque jour,  la plupart des chrétiens en paroisse choisissent celles auxquelles ils vont participer. Les mises en œuvre liturgiques sont aussi en difficulté, réalisées parfois sans grande différence d’avec les messes du temps ordinaire ou à l’inverse, faisant l’objet d’une surcharge de rites.

  • Servants d'autel, au cours de la liturgie eucharistique.

    Une Semaine sainte surchargée

    Avec ses célébrations liturgiques et ses exercices de piété, la Semaine sainte connaît une forte implication des fidèles. La tentation est grande de profiter de leur présence pour ajouter aux rites prévus, de nouveaux rites qui saturent l’espace rituel, et ce, à des fins pédagogiques.

  • 25 mars 2016 : Vendredi saint. Chemin de Croix au Colisée à Rome, Italie.

March 25, 2016: Way of the Cross. Good Friday, Rome, Italy.

    Hypertrophie du Triduum pascal ?

    Lundi, mardi, mercredi saints : trois jours sans relief, coincés entre la ferveur du dimanche des Rameaux et la splendeur du Triduum pascal ? Trois jours qui font partie de la Semaine sainte sans y jouer un rôle prépondérant, trois jours qui ont leur mot à dire.

  • Sainte femme tenant un vase de parfum et le linceul, détail de la Mise au tombeau, groupe sculpté du 1er quart du XVIe s., égl. Saint-André, Joigny (89), Bourgogne, France.

    L’onction à Béthanie dans le contexte de la semaine sainte

    L’évangile du lundi saint est l’épisode de l’onction à Béthanie (Jn 12, 1-11). Pourquoi un tel choix ? Qu’apporte cette lecture en ce début de Semaine sainte ?

  • 18 avril 2014 : Lecture de la Passion le Vendredi Saint à la paroisse de Notre-Dame du Val (77), France.

April 18, 2014: Way of the Cross on Good Friday travelling to the parish of Our Lady of the Valley, Bussy-Saint-Georges, France.

    Lieux, temps, rites : difficultés ressenties lors de la Semaine sainte

    Plus de cinquante ans après la promulgation de la Constitution sur la liturgie, les célébrations de la Semaine Sainte ne suscitent plus l’enthousiasme des fidèles des années 70. Est-ce la conséquence d’une baisse générale de la pratique ? N’est-ce pas aussi la conséquence d’une compréhension incomplète des rites et d’une organisation pastorale défaillante ?

  • 6 août 2015 : Jeune homme priant durant l'office pour l'unité des Chrétiens, lors du festival "Welcome to Paradise", organisé par la communauté du Chemin Neuf et qui a rassemblé 2000 jeunes du monde entier à l'abbaye d'Hautecombe, Saint-Pierre-de-Curtille (73), France.


August 6, 2015: "Welcome to Paradise festival", 2000 young adults came from around the world to Hautecombe abbey (73), France.

    Temps personnel, temps pascal

    L’homme vit dans le temps séquencé de l’histoire mais le mystère pascal transcende l’histoire et fait irruption comme temps de Dieu dans le temps de l’homme, récapitulant dans l’unité, le mystère de la mort vaincue par la vie.

  • 27 novembre 2016 : Célébration de la messe dominicale, 1er dimanche de l'Avent. Inclination profonde des prêtres et diacres devant l'autel. Paroisse Saint-Ambroise, Paris (75), France.

    « Détendre la sacramentalité » de la Semaine sainte

    Reconsidérer la semaine sainte à la lumière d’une réflexion théologique issue de la sacramentaire permet de mieux la saisir dans son lien dynamique à l’année liturgique et à la célébration dominicale, transfiguration du temps.

Conclusion

La Semaine Sainte unifie des réalités qui sont traversées par des oppositions : le temps est à la fois une continuité et un mémorial, l’espace liturgique reste permanent mais intègre le déplacement, l’assemblée se constitue d’individualités, les rites oscillent entre familiarité et étrangeté. Si la théologie peut rendre compte de l’unité du mystère pascal qui habite les célébrations de la semaine sainte, il n’en reste pas moins que les résonnances avec la vie concrète des personnes ne peut se faire par décalque. La pratique ponctualiste lors de cette semaine rend plus difficile une expérience chrétienne unifiée du mystère pascal du Christ.

Pourtant l’unité du mystère pascal dans son expression liturgique n’est pas immobile mais constituée d’éléments vivants qui se répondent et mettent chaque fidèle en mouvement. Ne serait-ce pas en raison de sa capacité à tenir ensemble ce qui semble opposé, et à intégrer ces oppositions dans un mouvement dynamique et vivant, que la semaine sainte revêt une véritable portée sacramentelle et une pertinence actuelle ?