La pénitence a-t-elle un sens ?

March 5, 2014 : Ash wednesday celebration, Paris (75) France.

5 mars 2014 : Mains du prêtre au-dessus du plateau recueillant les Cendres pour la célébration d’entrée en Carême, paroisse Saint-Denys du Saint-Sacrement, Paris (75) France.

Durant le temps du Carême, nous sommes appelés à suivre le Christ qui, poussé par l’Esprit Saint, passa quarante jours dans le désert où il mena un combat spirituel dont il sortira victorieux. Tout au long de ce temps liturgique, nous sommes appelés à vivre d’une manière plus intense la foi de notre baptême et à discerner les priorités de notre vie. Durant le Carême, nous sommes invités à partager, à prier, à jeûner et à faire pénitence. Mais la pénitence a-t-elle un sens ? C’est le thème du dossier que nous vous proposons.

Nous verrons que le Carême est le temps privilégié pour vivre la pénitence dans une démarche personnelle et ecclésiale. Lors du rite de l’imposition des cendres, le prêtre prononce la phrase : « Convertissez-vous et croyez à l’évangile » (Mc 1, 15). Il nous invite ainsi à recevoir l’annonce de la bonne nouvelle du salut qui nous est offert et à ouvrir nos cœurs.

Dans ce dossier, nous ferons le lien entre le sacrement de pénitence et de réconciliation et le baptême, sacrement de pardon qui rétablit la grâce mais également avec l’eucharistie, célébrée « pour la multitude en rémission des péchés ». Nous verrons comment la signification de la pénitence a évolué à travers l’histoire. Nous découvrirons l’importance de la Parole de Dieu dans le sacrement de réconciliation.

Pour les enfants, la première célébration de réconciliation fait partie d’un itinéraire catéchuménal dont le baptême, la confirmation et l’eucharistie forment l’ossature sacramentelle.

Nous vous proposons une réflexion sur la célébration pénitentielle non sacramentelle, son application, son organisation et sa structure.

Nous verrons que pour les néophytes et les recommençants, le sacrement de pénitence a toute son importance puisqu’il rappelle le baptême.

Nous découvrirons que le déplacement dans l’espace liturgique peut aider le pénitent à vivre le pardon. Enfin, pour la liturgie des cendres, nous vous proposons le chant « Revenez à moi de tout votre cœur », son usage et sa mise en œuvre.

Que ce temps de Carême soit un temps de conversion et qu’il nous prépare à vivre pleinement la joie du mystère pascal.

Les articles du dossier

Approfondir votre lecture

  • Célébrons « notre Dieu, riche en Miséricorde » (Eph 2,4)

    L’année de la miséricorde est commencée. Une année pour redécouvrir, approfondir cette dimension capitale de notre foi. Une année pour expérimenter que la miséricorde est appelée à habiter toute notre vie. Une année pour laisser Dieu ouvrir notre cœur à sa miséricorde.

  • L’Église et l’art contemporain, un dialogue fécond

    En 2009, alors qu’il célèbre le dixième anniversaire de la Lettre aux artistes de son prédécesseur, le pape Benoît XVI dit : « je désire exprimer et renouveler l’amitié de l’Eglise et du monde de l’art, une amitié consolidée dans le temps … Cette amitié doit être sans cesse affirmée et soutenue, pour être authentique et féconde, adaptée à son époque, et tenir compte des situations et des changements sociaux et culturels. »

  • Servir la prière de l’assemblée par la musique et par nos voix : bilans et perspectives

    Le chantre-animateur de l’assemblée, la chorale liturgique, l’organiste sont les trois grandes fonctions musicales de la liturgie : Où en sommes-nous ? Vers où pouvons-nous aller ? Les Journées nationales de musique liturgique organisées par le département de Musique Liturgique du SNPLS les 28 et 29 septembre 2018 ont été l’occasion de tenter de faire le point sur leurs évolutions, leurs utilités, leurs limites. Nous publions ici les textes cibles et les réactions qu’ils ont suscitées chez les intervenants dans le cadre des tables rondes programmées lors de ces journées.