« Les bénédictions », troisième volume de la collection « Célébrer »

Collection Célébrer - Les bénédictions, éd. Mame, septembre 2019.

Collection Célébrer – Les bénédictions, éd. Mame, octobre 2019. En couv. : Envoi en mission d’une famille pour l’association Le Rocher, Paray-le-Monial, 4 août 2018. © Louis Lefèvre/Communauté de l’Emmanuel.

Ouvrage collectif sous la direction d’Arnaud Toury, prêtre du diocèse de Reims.

Le troisième volume de la collection « Célébrer », consacré aux bénédictions, paraîtra le 20 septembre 2019 chez Mame. Un ouvrage pour redécouvrir le sens profond des rites de bénédictions et accueillir celles-ci comme source jaillissante de la grâce divine.

Bénir – littéralement « dire du bien » – est la forme première de l’action divine. Bénir est aussi l’une des actions rituelles les plus universelles. Dieu crée le monde en le bénissant, en l’ordonnant au bien. Les hommes lui répondent en bénissant son nom, et en bénissant en son nom les personnes, les lieux et les choses. Les bénédictions apparaissent ainsi comme une manière courante pour les hommes de prendre part à l’oeuvre de Dieu.

L’éventail liturgique des bénédictions se déploie des bénédictions sacramentelles (bénédiction baptismale, eucharistique, nuptiale …) aux actes de piété populaire (bénédiction de voiture, de maison, d’objets pieux…).

Avant-propos

Le présent ouvrage est une invitation à redécouvrir l’importance des bénédictions pour la vie de l’Église. Il propose d’approfondir le sens de ces pratiques rituelles, en écho au Livre des bénédictions qui offre un large éventail de schémas de célébrations adaptées à la diversité des situations et des demandes.

Après une ouverture liturgique, on trouvera ici de quoi alimenter la réflexion théologique et anthropologique, par des articles qui mettent en relief la portée spirituelle et éthique de l’acte de bénir.

Des apports de type mystagogique mettent en résonance l’expérience liturgique avec son enracinement biblique et ses conséquences dans la vie des fidèles. Des articles plus brefs nous invitent à poser notre regard sur quelques-unes des formes que prend la bénédiction dans la vie liturgique, pour éveiller notre attention et nous redire l’intérêt de telles célébrations.

Présentation du troisième volume

Rangés spontanément dans la catégorie des rites de dévotions populaire, parfois regardées avec un certain dédain, les bénédictions sont pourtant parmi les actions rituelles les plus fondamentales de l’expérience croyante universelle. La vie chrétienne en est constamment ponctuée, comme autant d’échos temporels de la Parole divine éternelle : signe de croix sur le futur baptisé, bénédiction solennelle ou non, lors des célébrations, bénédiction nuptiale, bénédiction du corps du défunt, etc.

Bénir – littéralement : « bien dire, dire du bien, dire le bien » – est la forme première de l’agir divin par sa Parole toute-puissante, aussi bien dans l’acte de création que dans l’oeuvre du salut : Dieu crée et sauve le monde en le bénissant, en l’ordonnant au bien. La révélation de cette attitude divine s’achève dans l’événement pascal de la mort et de la résurrection du Christ, manifestation de sa miséricorde pour tous les hommes.

Aussi la prière se fait-elle réponse à cette bénédiction qui vient de la bouche de Dieu. La prière de bénédiction est avant tout l’action de bénir Dieu, de dire et de clamer que tout bien vient de lui, qu’il est la source de tout bien. C’est d’ailleurs la prière que formule le Seigneur Jésus, au moment d’entrer dans sa passion : « Pendant le repas, Jésus ayant pris du pain et prononcé la bénédiction, le rompit, leu leur donna » (Mc 14, 22). Depuis ce jour, la bénédiction se révèle comme une des attitudes fondamentales du chrétien, une des formes essentielles de sa prière.

Bénir les personnes et les choses apparaît alors comme une participation des hommes à l’action même de Dieu. Il ne s’agit pas d’un acte superstitieux ou magique, mais d’un acte rituel missionnaire et proprement évangélisateur qui ne saurait donc pas être regardé comme une forme secondaire de la sacramentalité. Ainsi, l’épiclèse eucharistique ressort elle-même, et par excellence, de la bénédiction, comme cela apparaît dans la prière eucharistique I : la demande faite à Dieu de bénir les offrandes y tient lieu d’appel à l’Esprit saint.

La célébration chrétienne des bénédictions vient donc évangéliser, c’est à dire orienter vers sa source et vers sa fin, la requête humaine de protection et de reconnaissance. Elle vient tourner les cœurs et les regards vers le Père donateur de vie par son Fils dans l’Esprit.

Que soient bénis les auteurs des articles qui,composent cet ouvrage ? Et qu’à travers le chemin qu’il propose, les lecteurs s’ouvrent à la puissance de la divine bénédiction !

Arnaud Toury

Sur le même thème

  • 15 décembre 2013 : Bénédiction des fidèles lors du dimanche paroissial de l'Appel (messe de midi), présidé par le P. Emmanuel DUMONT, curé de la Paroisse de la Trinité, Paris (75), France.

Decembre 15, 2013: Benediction during the mass. Eglise de la Trinité, Paris, France.

    Les bénédictions

    La bénédiction représente à la fois le langage de toute prière – dire du bien de Dieu – et la forme première et essentielle des sacramentaux. Bénir consiste à se tourner vers Dieu, à le nommer, à le louer, à lui demander de manifester sa présence. Dans le Christ, Dieu nous bénit et nous le bénissons.

  • 8 février 2015 : Groupe de fiancés préparant leur mariage avec les Centres de préparation au Mariage (CPM). Paroisse Notre-Dame du Sacré-Coeur, Maisons Alfort (94), France.

February 8, 2015 : Marriage preparation, parish of Notre-Dame du Sacré-Coeur, Maison-Alfort (94), France.

    La bénédiction des fiancés

    Les fiançailles sont un événement marquant pour les familles chrétiennes. Il convient donc, pour des personnes supposées aptes à contracter mariage valide, de les célébrer par un rite et une prière commune, pour qu’avec la bénédiction divine ce qui a commencé heureusement s’achève heureusement le temps venu.

  • 24 décembre 2013 : Enfant touche l'enfant Jésus dans la crèche lors de la messe de Noël. Eglise de la Trinité, Paris (75), France.

Decembre 24, 2013: Christmas Mass. Eglise de la Trinité, Paris, France.

    Les dévotions populaires

    La liturgie et la piété populaire sont deux expressions authentiques, quoique non équivalentes, du culte chrétien. De fait, la Constitution sur la sainte Liturgie montre bien qu’au lieu de vouloir les opposer ou de considérer qu’ils sont deux éléments interchangeables, il convient plutôt de les harmoniser: « Les pieux exercices du peuple chrétien […] doivent être […]

Approfondir votre lecture

  • Arbre de Judée, dahlia et feuilles de bergenia. Messe chrismale en la cathédrale de Nanterre.

    L’Alliance, entre désert et jardin

    Dans ce texte, le père Billon retrace l’alliance entre Dieu et les êtres humains qui traverse la Bible de l’arbre de la connaissance du bien et du mal à l’arbre de la croix du Christ. Toute l’histoire de l’alliance rompue et de l’alliance renouvelée se déroule au jardin et dans le désert. Il s’agit de la retranscription d’une intervention donnée dans le cadre de la session nationale Fleurir en liturgie sur le thème « L’Alliance, entre désert et jardin » le 22 novembre 2017.

  • Dédicace de l'église Notre-Dame-du-Rosaire par Mgr Delannoy, Les Lilas (93), France, 30 janvier 2011.

    La dédicace d’une église

    « Un édifice cultuel doit être considéré pour ce qu’il est : il n’est ni une salle de spectacle, ni un musée, ni un bâtiment. Il est un édifice religieux, un signe de transcendance dans notre société sécularisée. Pour les uns, un témoin du passé, pour d’autres un lieu de prière, de recueillement, de célébration toujours actuel, il est un monument digne d’être considéré pour ce qu’il est. »

  • 23 avril 2014 : Une grand-mère et ses petits enfants entrant à l'intérieur de la basilique de Vézelay. Vézelay (89), France.

    Le symbolisme de la porte comme entrée dans le mystère du Christ

    Les civilisations anciennes ont toujours reconnu une dimension symbolique à la porte, qu’elle introduise à la ville, au palais, ou au temple.