Nouveau Directoire sur l’homélie, une parole inspirée de la Parole

15 mai 2015 : Messe d'ouverture présidée par Mgr RAVEL, évêque aux armées françaises, à l'église Sainte-Bernadette, à l'occasion du 57e Pèlerinage Militaire International (PMI) à Lourdes (65), France. May 15, 2015: The International Military Pilgrimage. Lourdes (65), France.

15 mai 2015 : Messe d’ouverture présidée par Mgr RAVEL, évêque aux armées françaises, à l’église Sainte-Bernadette, à l’occasion du 57e Pèlerinage Militaire International (PMI) à Lourdes (65), France.

Le Directoire sur l’homélie de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements a été présenté le 10 février 2015 au Vatican par le cardinal Robert Sarah, préfet du dicastère, Mgr Arthur Roche, secrétaire, le P. Corrado Maggioni, SMM, sous-secrétaire, et M. Filippo Riva, official du Conseil pontifical pour les communications sociales.

Le cardinal Sarah a fait observer que « l’homélie est un service liturgique réservé au ministre ordonné, qui est appelé par vocation à servir la Parole de Dieu selon la foi de l’Eglise, elle n’est pas un discours quelconque, mais une parole inspirée de la Parole de Dieu qui résonne dans une assemblée de croyants, dans le contexte d’une action liturgique, en vue d’apprendre à pratique l’Evangile de Jésus-Christ ».

Le cardinal Sarah a ajouté que l’homélie mettait en cause celui qui la prononce, la technique ne suffisant pas. Il a précisé que . « l’homélie doit exprimer la vie du prêtre ». » Sa préparation demande étude et prière, expérience de Dieu et connaissance de la communauté à qui l’on s’adresse, amour pour les saints Mystères et amour le pour Corps vivant du Christ qui est l’Eglise. »

Pour Mgr Roche, « la prédication dans l’homélie est une des parties principales de la pastorale des ministres, qui consiste à annoncer l’Evangile de Jésus-Christ ». Il a souligné que l’homélie ne peut être improvisée. Le pasteur doit « se demander sans cesse quelles compétences il doit cultiver, quels sont les réels besoins et les attentes de la communauté ». A la suite du pape François, il a souligné que « la préparation de la prédication est une tâche si importante qu’il convient d’y consacrer un temps prolongé d’étude, de prière, de réflexion et de créativité pastorale » (EG n. 145)

Mgr Roche a affirmé qu’une bonne homélie doit « conduire à goûter ce qui sort de la bouche de Dieu, ouvrir les cœurs à l’action de grâce, alimenter la foi dans les œuvres de l’Esprit-Saint, préparer à une communion sacramentelle fructueuse avec le Christ, et exhorter à vivre ce qui est reçu dans le sacrement ». Il a précisé que les talents d’orateur sont inutiles s’ils ne suscitent pas ces effets.

Ce texte a été écrit à partir de la publication d’Innovative Media Inc.

A télécharger au format PDF :

Approfondir votre lecture

  • « Vécue à partir de la contemplation de la Croix et le mystère du Christ, l'intercession offre une source incomparable pour l'action, surtout lorsque le désir évangélique de montrer une proximité se heurte à une limite physique décourageante voire à une opposition hostile. »

    La prière d’intercession, une forme de soin des autres

    « Nous sommes confiés les uns aux autres ». La pandémie du Coronavirus a conduit les hommes à le reconnaître comme jamais auparavant.

  • « Pourquoi célébrer en famille la Parole de Dieu ? »

    Célébrer la liturgie de la Parole le dimanche en famille : pourquoi ? Comment ?

    Devant l’impossibilité de se réunir en communauté paroissiale, beaucoup de familles se demandent comment vivre le dimanche de manière qu’il reste le « jour du Seigneur ».
    La messe à la télévision ou par vidéo est une possibilité. Mais cette possibilité présente l’inconvénient de laisser chacun « spectateur », passif devant l’écran. La tradition de l’Église dispose d’autres ressources, telle la célébration de la liturgie de la Parole, que les difficultés actuelles peuvent nous faire redécouvrir pour célébrer activement en famille.

  • 18 mars 2018 : Elévation de l'évangéliaire durant la messe d'envoi en la cathédrale de Stasbourg, lors des 32e Assises des Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens (EDC). Strasbourg (67), France.

    L’évangéliaire et l’autel

    On peut être surpris lorsque, en tête de la procession d’entrée, on voit un diacre ou un lecteur porter l’évangéliaire et le déposer non pas sur l’ambon mais sur l’autel. Cette manière de faire est conforme à la Présentation générale du missel romain (PGMR) :