Cheminer vers la Confirmation : célébration pour le temps de mystagogie

3 avril 2005 : Dimanche in albis - rencontre des néophytes avec Mgr André Vingt-Trois à l'église St-Séverin, Paris.

3 avril 2005 : Dimanche in albis – rencontre des néophytes avec Mgr André Vingt-Trois à l’église St-Séverin, Paris.

L’ouvrage Confirmation : Notes pastorales et propositions de célébrations réunit notamment de propositions ou schémas pour célébrer lors du cheminement. Voici une proposition de célébration pour le temps de la mystagogie.

Comme indiqué dans le chapitre consacré à la mystagogie dans Confirmation : Notes pastorales et propositions de célébrations (pp. 51-55), ce temps peut être vécu au fur et à mesure du cheminement ou constituer une dernière étape qui suit la célébration de la confirmation et de l’eucharistie.

La pédagogie déployée à ce moment-là doit faire droit à ce que le confirmand et chacun des membres de l’équipe d’accompagnement ont vécu au cours de la liturgie. Le but recherché n’est pas de clore l’itinéraire qui a pris corps pendant la préparation mais au contraire, d’ouvrir chaque chrétien et chaque communauté à une nouvelle vie en Christ.

Ce temps de mystagogie peut faire l’objet d’une célébration rassemblant tous les confirmés. Dans ce cas l’évêque du lieu assure généralement un enseignement – une catéchèse mystagogique. Mais d’autres  célébrations sont réalisables dans le cadre paroissial ou avec l’équipe accompagnatrice. La proposition faite ci-dessous est conçue en vue d’une dernière rencontre entre les confirmés et leurs accompagnateurs.

Le schéma de cette célébration peut être adapté aux autres étapes liturgiques proposées pendant l’itinéraire et pour lesquelles il serait profitable de vivre un temps de mystagogie.

Points d’attention

  • La mystagogie n’est pas nécessairement une relecture. Il est souhaitable que soit inclus ce qui a été vécu avant et après la célébration.
  • La mystagogie consiste à prendre du temps pour mieux appréhender le passage de Dieu dans sa propre vie. Elle se différencie d’une révision de vie parce qu’elle est liée à un chemin sacramentel.
  • La mystagogie suppose qu’il y ait capacité à se reconnaître membre d’un corps. Je perçois par exemple, au cours de la célébration, si je suis présent ou non à l’action liturgique, si j’accepte ou je refuse ce que la liturgie me propose de vivre. Ce oui/non est constitutif du « nous » ecclésial. Il s’agit donc d’une expérience commune partagée avec d’autres et qui ne se site pas au plan affectif (« j’aime » ou « je n’aime pas »).
  • La mystagogie n’est jamais une Parole de Dieu écoutée pour soi seulement. Elle ouvre à l’expérience de vie chrétienne. Elle souligne l’importance de la mission et de la communauté.

Aménagement du lieu

Cette célébration ayant lieu dans une salle paroissiale ou chez l’un des accompagnateurs, procéder comme indiqué au début des propositions pour des célébrations de la Parole, p.89.

Déroulement

Le président invite les participants à se mettre debout et  à se marquer du signe de la croix.

Le prêtre ou le diacre salue l’assemblée en disant :

Le Seigneur soit avec vous.

R/ Et avec votre esprit.

Si un laïc préside, il ouvre la célébration en disant :

Louons le Seigneur et rendons-lui grâce,

lui qui nous a parlé en son Fils.

Béni sois-tu, Seigneur !

R/ Béni sois-tu, Seigneur !

Reprendre un des chants à l’Esprit Saint de la célébration de confirmation.

Proclamation de l’Évangile, tous étant debout.

Un membre du groupe se lève et, prenant la Bible ou le lectionnaire déposé sur la table, lit à haute voix, en se plaçant face au groupe, soit l’évangile choisi pour la confirmation, soit une des lectures bibliques proposées par le Rituel de le confirmation (cf. La confirmation et la vie chrétienne à partir du lectionnaire p.39).

Après un temps de silence, le président invite chaque participant à partager ce qu’il a vécu au cours de la célébration de confirmation. Quelques questions sont proposées pour faciliter l’échange :

  • Qu’ai-je vue (avant même de parler de ce que j’ai entendu !) ? Quels ont été les gestes, les déplacements qui m’ont marqué ? Combien de « portes » symboliques avons-nous franchies ?
  • Quel était le centre de la célébration ? Quel lien est-ce que je fais entre la Parole écoutée – la célébration de l’eucharistie qui est celle du Christ – et non quotidien ?
  • Comment la communauté s’est-elle formée au cours de la célébration, à partir des individualités présentes ? Y a-t-il eu de moments particuliers ?
  • Quelles paroles ont été échangées avec des amis, des proches avant et après la célébration ? Quelles paroles de la célébration me restent en mémoire ?

A partir du partage opéré entre les membres de l’équipe, le président relève telle ou telle expérience qui a résonné avec la Parole de Dieu entendue par tous dans le temps de célébration ou avec celles qui ont fait l’objet du cheminement vers le sacrement.

Le président invite à se lever puis à réciter ou à chanter ensemble le Notre Père, et il poursuit par cette prière :

Réponds à notre prière, Dieu tout-puissant,

et comme au jour de la Pentecôte,

que le Christ, lumière de lumière,

envoie sur ton Église l’Esprit de feu :

Qu’il éclaire le cœur de ceux que tu as fait renaître,

et les confirme dan ta grâce.

Par Jésus,le Christ, notre Seigneur,

qui règne avec toi et l’Esprit Saint,

maintenant  et pour les siècles des siècles.

Tous répondent :

Amen.

Terminer par un chant d’action de grâce proposé pendant la liturgie du sacrement de confirmation.

  • confirmation notes apstorales

    Confirmation, notes pastorales et propositions de célébrations

    Comment préparer et célébrer le sacrement de confirmation face à la diversité des pratiques pastorales et à la multiplicité des confirmands (adultes, personnes en situation de handicap, jeunes de 14-18 ans ou enfants de 8-13 ans) ? L'Association épiscopale liturgique pour les pays francophones (AELF) apporte un éclairage sur ce sacrement et propose des mises en œuvre de célébrations pour soutenir des itinéraires de type catéchuménal.

Approfondir votre lecture

  • Célébration communion

    Catéchèse mystagogique pour la première des communions

    En cette période de l’année où est encore majoritairement célébrée la « première des communions » des enfants – mais aussi celle des jeunes et des adultes – nous vous proposons des points d’appuis pour intégrer une catéchèse mystagogique dans le cadre de la célébration de ce sacrement.

  • 21 juin 2010: Homélie du p. Alexis LEPROUX, vicaire de la paroisse et formateur du groupe EVEN, dans le cadre de la soirée d'évangélisation organisée par le groupe EVEN et l'association ANUNCIO pendant la Fête de la Musique à la paroisse Saint Germain des Près, Paris (75), France. June 21, 2010: The EVEN prayer groupe and ANUNCIO organize a street evangelisation night during the Music Fest, Saint Germain de Près, Paris (75), France.

    Quelques mots sur l’homélie

    À l’articulation de la liturgie de la Parole et de la liturgie de l’eucharistie – l’une et l’autre structurées, ordonnées, inspirées – l’homélie apparaît comme un moment de libre expression, fortement marquées par la personnalité de celui qui la prononce, l’attente de la communauté qui l’accueille, la couleur du temps liturgique qui la nourrit.

  • Confirmation d'adultes du diocèse de Paris, en 2018.

    A quel moment célébrer le sacrement de confirmation ?

    À quel moment dans l’année peut-on célébrer le sacrement de la confirmation ? Dans l’année, le moment privilégié sera le Temps pascal ou, à défaut et par extension, un dimanche du temps ordinaire. En effet, l’initiation chrétienne prend toute sa place dans la célébration de Pâques avec la vigile.