Les rites de la messe : du bon usage de la communion aux malades

14 mai 2015 : Une laïque apporte la communion à domicile. Paris (75), France.

14 mai 2015 : Une laïque apporte la communion à domicile. Paris (75), France.

Dès l’an 150, saint Justin en nous donnant la première description de la messe dans sa première Apologie, n°67, signale que « l’on envoie leur part (des aliments consacrés, c’est-à-dire de l’eucharistie) aux absents, par le ministère des diacres ».

L’actuel Rituel des sacrements pour les malades redit pour nous l’importance du geste (n°27) :

« Porter la communion à un malade est un geste de foi et une démarche  fraternelle  de la communauté eucharistique envers ses membres  absents : un membre de l’assemblée eucharistique (prêtre ou laïc désigné à cet effet) apporte à celui qui ne peut y participer  le réconfort de la Parole et le pain ou le vin eucharistique partagé dans l’assemblée. De cette manière, le malade reste uni à cette assemblée et il est soutenu par ce geste de fraternité chrétienne. »

Beaucoup de chrétiens l’ont compris, et notamment ceux qui sont engagés dans la pastorale  de la santé. Mais, à circuler en France et à participer  dans des endroits divers à la messe dominicale, on doit reconnaître que cette pratique n’est pas aussi généralisée qu’il le faudrait.

La communion aux malades peut être portée n’importe  quand et par n’importe quel fidèle. C’est la première raison d’être de la réserve eucharistique gardée dans le tabernacle. Mais nous parlerons ici de celle qui découle de la messe du dimanche, en nous référant :

–   au Missel carré d’autel,  p. 446 ;
–   au Rituel des sacrements pour les malades, du n° 27 au n° 51 ;
–   au Rituel de l’eucharistie en dehors  de la messe,  du n° 54 au n° 67.

L’eucharistie confiée au visiteur

Lorsqu’il  participe  à la célébration  eucharistique, le fidèle qui va porter la communion à un malade peut, bien sûr, en arrivant devant la personne qui la distribue, demander une hostie supplémentaire. Mais à cette démarche isolée, on préférera une autre, plus communautaire et plus liturgique.

Après le geste de paix ou, mieux, entre l’Amen de la prière eucharistique et la monition du Notre Père, le prêtre qui préside invite à le rejoindre  autour de la table de l’autel  tous ceux qui vont porter l’eucharistie, à l’assemblée  dans un instant, ou aux malades après la messe. Le Missel (voir Missel carré d’autel, en bas de la page 446) prévoit deux formules au choix que le prêtre prononce  pour bénir et envoyer  les distributeurs  ou les porteurs. Il va de soi que, selon le n° 242 de la PGMR, ces fidèles peuvent communier sous les deux espèces.

Cette pratique est donc préférable, car elle considère la communion portée aux malades comme un acte liturgique qui concerne toute l’assemblée  et non seulement l’un de ses membres agissant individuellement. Elle suppose en outre que le prêtre qui préside ait été averti avant le début de la messe et ait pu faire prier toute l’assemblée  pour ces malades à la prière universelle, voire même – en certaines occasions – dans la prière eucharistique : « Sur nous tous enfin et, particulièrement  sur les malades de notre paroisse … »

Notons enfin que certaines assemblées, pour mieux marquer le caractère communautaire de ce geste, ont choisi de le placer entre la bénédiction et l’envoi ou, mieux, entre l’Amen de la prière après la communion et la bénédiction.

Quelques remarques pratiques

–   Le Rituel des sacrements pour les malades (n°31) dit qu’on portera l’eucharistie dans une  custode  ou par un autre  moyen  approprié. La custode  est, en effet, le moyen le plus simple et le plus significatif. À défaut, on prendra une jolie petite boîte sur laquelle  rien n’est inscrit ou une jolie pochette pliée en neuf.

–   Si l’état du malade ne lui permet pas d’avaler du solide, on peut lui donner l’eucharistie sous la seule espèce du vin. On veillera alors plus encore à la beauté et à la sûreté du flacon.

–   Les personnes qui entourent  le malade peuvent communier avec lui  (infirmière, garde-malade…). Mais celui qui porte la communion et qui a déjà communié à la messe ne le refera pas.

–   Il est normal  que certains  malades  souhaitent  communier au moment  de la communion de la messe télévisée.  Mais on se rappellera  que la communion aux malades  est un acte liturgique de la communauté locale et que le porteur accomplit un ministère. Il ne pourra donc pas s’effacer complètement devant l’image ou laisser l’eucharistie au malade pour qu’il se communie lui-même  au moment  de la communion de la messe télévisée. Il fait partie du signe sacramentel de l’eucharistie qu’elle soit donnée et reçue.

Tous, visiteurs et malades,  fonderont  leur pratique sur le n°15 du Rituel de l’eucharistie en dehors de la messe, qui cite lui-même le n°3a de l’Instruction sur le mystère eucharistique du pape Paul VI :

« On enseignera soigneusement aux fidèles ce qui  suit. Même lorsqu’ils communient en dehors de la célébration  de la messe, ils s’unissent intimement au sacrifice qui perpétue celui de la croix ; ils participent  à ce banquet sacré où, par la communion au corps et au sang du Seigneur,  le peuple de Dieu participe  aux bienfaits du sacrifice pascal, renouvelle  l’alliance nouvelle scellée par Dieu avec les hommes une fois pour toutes, dans le sang du Christ ; ce banquet  eucharistique, dans la foi et l’espérance, préfigure et anticipe le banquet eschatologique dans le Royaume du Père, en annonçant la mort du Seigneur jusqu’à ce qu’il vienne. »

Il semble utile de rappeler d’abord, tant l’étonnement est général lorsqu’on en parle, qu’il existe un Rituel de l’eucharistie en dehors de la messe1. Il comporte quatre chapitres :

1. Le rite ordinaire de la communion dans une célébration  communautaire qui n’est pas la messe (c’est tout à fait le cas des ADAP) ;

2.La communion et le viatique portés au malade par un ministre extraordinaire (c’est le cas de la communion portée par un laïc) ;

3. Les différentes formes de culte à rendre à l’eucharistie :

– l’exposition de l’eucharistie (salut du Saint-Sacrement) ;

– les processions eucharistiques ;

– les congrès eucharistiques ;

4. Annexe (références bibliques, prières, chants, ).

Il est vrai qu’il existe aussi des livrets ou des pages dans certains missels des fidèles qui présentent des matériaux pour aider un laïc qui porte la communion à faire de cette démarche une célébration  liturgique. Mais les éléments ainsi fournis sont toujours le résultat d’une sélection et, surtout, les textes de présentation  et les notes pastorales en sont absents. Or il est de la plus grande importance qu’ils soient connus  pour que soient  bien saisis le sens, le contenu  et les façons de faire de chaque action.

On  ne dira  pas pour  autant  que  chaque  fidèle  doit  posséder  tout  le Rituel.  Mais  il  est indispensable que  chaque  aumônerie  d’hôpital ou  de clinique,  chaque paroisse de grande ville et chaque secteur rural puisse le mettre à la disposition  de tous ceux qu’il  concerne,  et organise  de temps à autre une réunion autour de lui, pour confronter les façons de faire de chacun avec ce que l’Église propose.

À la maison

Le début de ce chapitre présentait les règles générales de la communion aux malades et ce qui se passe à la messe avec les fidèles qui la portent.

Voici maintenant ce qui se passe à la maison, ou dans une chambre d’hôpital.

D’abord,  un minimum d’aménagement est souhaitable. Sur une table pas trop encombrée par ailleurs, on déplie une nappe sur laquelle  on pose le récipient contenant  l’hostie. On aura également  préparé et disposé sur la nappe un crucifix, un cierge et un petit bouquet de fleurs (peut-être apporté par la personne qui porte la communion).

La célébration  (car selon le n° 16 de notre Rituel,  il s’agit bien d’une célébration) compte plusieurs actions.

–   L’entrée en célébration  : c’est la salutation  amicale  du porteur au malade  et à ceux qui l’entourent, qui peut aboutir à une salutation  liturgique : « Paix à cette maison et à tous ceux qui l’habitent. »

–   La préparation  pénitentielle comportant  une invitation à la pénitence,  l’élément pénitentiel (les trois invocations de la messe : « Seigneur Jésus, envoyé … » ou une autre formule qui s’en inspire, ou le Je confesse à Dieu, ou l’acte de contrition, etc.) et la prière pour le pardon : « Que Dieu tout-puissant nous fasse miséricorde … »

–   La parole de Dieu : c’est évidemment celle de la liturgie du jour ou un extrait qui  convient  le mieux,  mais  on tiendra  compte  de l’état  de réception  dans lequel se trouve la personne malade.

–   La prière commune : ce peut être la prière universelle  de la messe paroissiale ou une prière improvisée. Là aussi, l’état du malade commandera la longueur (et même l’existence) de l’action.

–   La communion elle-même : comportant la récitation du Notre-Père, la formule :

« Heureux  les invités… », le don de l’eucharistie au malade  selon le mode qui conviendra  à son état de santé (dans la main, sur la langue, et même, si c’est le seul moyen,  par le vin consacré, comme nous l’avons dit) et une oraison d’action de grâce.

–   La conclusion  comporte une bénédiction : « Que le Seigneur nous bénisse… », à laquelle  on peut ajouter un Je vous salue Marie, ou un chant, si c’est possible. À noter que la formule de la bénédiction, comme la demande  de pardon ci- dessus, est la formule officielle, mais qui passe du « vous » au « nous » si c’est un laïc qui la dit.

Le rite bref

Il comporte  seulement  la salutation, les formules  : « Heureux … » et « Seigneur je ne suis pas digne … », et le don de l’eucharistie.

Il peut avoir lieu :

–   lorsque la personne qui donne la communion a de nombreux autres malades à visiter ;

–   lorsque le malade est trop fatigué ;

–   lorsque l’entourage réclame  que l’on soit discret, par exemple dans une salle commune d’hôpital ou une chambre à plusieurs lits.

Enfin, il est normal et utile de réunir de temps en temps les personnes qui ont accepté ce service de la communion aux malades, pour qu’elles partagent leurs difficultés et leurs joies, posent leurs questions et complètent leur formation.

 

Cet article est extrait de Du bon usage de la liturgie, Guides Célébrer

1. Rituel de l’eucharistie en dehors de la messe, 2e  édition,  Desclée-Mame, 1996.

Pastorale et célébrations, Chalet - Tardy
GC 15 Des sacrements pour les malades

Approfondir les sacrements des malades

Sur eglise.catholique.fr

Signe de la tendresse du Père

Sur la Web TV

Approfondir votre lecture