Pour une bonne lecture de la Parole de Dieu

9 octobre 2011: Lecture par un jeune laïc lors de la messe célébrée dans le cadre des Etats Généraux du Christianisme organisés par La Vie, Lille (59), France.

9 octobre 2011: Lecture par un jeune laïc lors de la messe célébrée dans le cadre des Etats Généraux du Christianisme organisés par La Vie, Lille (59), France.

Par le SNPLS

« Parle Seigneur, ton serviteur écoute. » (1 S 9, 10)

L’écoute est une attitude-clé de la Bible mais aussi pour nous aujourd’hui. Pour qu’il y ait une bonne écoute, il faut une bonne lecture. Celle-ci manifeste que cette Parole nous est donnée d’un Autre. Lors de l’Eucharistie dominicale, l’ambon sera le lieu de la proclamation.

Il est nécessaire de préparer cette lecture en lisant préalablement le texte que l’on doit proclamer. Il est souhaitable que le lecteur ait une bonne diction, la maîtrise de la vitesse d’élocution, du rythme, des pauses, du ton, de la respiration et aussi de l’utilisation du micro. Pour cela, le lecteur doit savoir suffisamment à l’avance quelle lecture il aura à lire et à quel moment. Ainsi il pourra le méditer seul, en équipe ou en assemblée et en certains cas découvrir à quel genre littéraire il appartient.

Lors de la messe, lorsque la première lecture s’achève, il ne faudra pas se précipiter pour lire ou chanter le psaume. De même, prenons le temps d’une « respiration » avant de lire la seconde lecture ou d’entonner l’acclamation de l’Evangile. Laissons le texte résonner et agir dans les cœurs. C’est aux lecteurs à trouver le rythme juste.

La façon de se déplacer, la tenue, la respiration avant de commencer et le regard porté à l’assemblée pour établir une communication ont leur importance. Le lecteur gardera ensuite les yeux sur le Livre durant la lecture.

La lecture du psaume sera préparée avec une attention particulière pour rendre le caractère poétique.

Durant la liturgie de la Parole, Dieu parle à son peuple. Les lecteurs sont au service de ce dialogue. Nous sommes invités à accueillir cette parole et à y répondre.

Nous sommes invités à nous nourrir de la Parole pour pouvoir en vivre comme nous le ferons ensuite pour le pain de l’Eucharistie.

Approfondir votre lecture

  • Jésus guérit un aveugle. Mosaïque, première moitié du VIe siècle. Basilique Saint- Apollinaire-le-Neuf de Ravenne. Illlustration du colloque ISEO et ISL 2020.

    « Dieu guérit-il encore ? » : une question au cœur des réflexions du Colloque des Facultés en janvier

    En janvier 2020, l’Institut Supérieur de Liturgie, l’Institut Supérieur d’Études Œcuméniques, l’Institut de Théologie Orthodoxe Saint-Serge, l’Institut Protestant de Théologie de Paris co-organisent trois journées de débats et de formation sur le thème : « Dieu guérit-il encore ? Ressources liturgiques, discernement œcuménique ». Les participants réunis à Paris autour de ce thème se verront proposer un temps de réflexion et d’échanges sur les ressources liturgiques et spirituelles des églises chrétiennes face aux souffrances humaines.

  • 30 avril 2010 : Projet de l'église Saint Thomas construite sur l'emplacement de la Chapelle du Pont des Planches, Vaulx en Velin (69), France.

    Art sacré : notre espace dédié aux appel à projets dans les diocèses

    Le département Art sacré du SNPLS propose un espace dédié aux appels à projets artistiques lancés par les diocèses, afin de faciliter la rencontre entre les porteurs de projets et les artistes.

  • 5 mars 2019 : Illustration du Carême. Se connecter avec un téléphone portable sur une application catholique, ici celle de Prions en Eglise. France.

    Fête de la Nativité de la Vierge Marie, le 8 septembre

    Au mois de septembre, en semaine, l’Église fête trois fêtes mariales, la naissance de Marie, le nom de Marie et les douleurs de Marie. Moins solennelle que l’Assomption, la Nativité de Marie est fêtée avec joie par le peuple chrétien, comme celle de Jean-Baptiste. L’une et l’autre annoncent l’aurore du salut. Dans la prière, la naissance de Marie et sa maternité divine sont mises en relation.