Catéchèse du pape : « Avec le signe de croix, nous rappeler de notre baptême »

Juin 2010 : Une mère et sa petite fille dans le sanctuaire dédié à Mère Marie Theotokos à Loppiano, ville construite par les Focolari, où vivent ensemble laïcs consacrés, familles, religieux et prêtres. Loppiano, Toscane, Italie. June 2010: A little girl takes holy water to make the sign of the cross at the Maria Theotokos Shrine in Loppiano, a little town of the Focolare Movement. Loppiano, Toscane, Italy.

Juin 2010 : Une mère et sa petite fille dans le sanctuaire dédié à Mère Marie Theotokos à Loppiano, ville construite par les Focolari, où vivent ensemble laïcs consacrés, familles, religieux et prêtres. Loppiano, Toscane, Italie.

Par le pape François, Audience générale du 18 avril 2018

Cet article est extrait d’une série de catéchèses du pape François sur le baptême.

Chers frères et sœurs, bonjour !

En ce temps de Pâques, nous poursuivons les catéchèses sur le baptême. La signification du baptême ressort clairement de sa célébration, c’est pourquoi nous tournons notre attention vers celle-ci. En considérant les gestes et les paroles de la liturgie, nous pouvons saisir la grâce et l’engagement de ce sacrement, qui est toujours à redécouvrir.

Nous en faisons mémoire dans l’aspersion avec l’eau bénite que l’on peut faire le dimanche au début de la Messe, ainsi que dans le renouvellement des promesses baptismales au cours de la veillée pascale. En effet, ce qui a lieu pendant la célébration du baptême suscite une dynamique spirituelle qui parcourt toute la vie des baptisés ; c’est le début d’un processus qui permet de vivre unis au Christ dans l’Église. C’est pourquoi revenir à la source de la vie chrétienne nous conduit à mieux comprendre le don reçu le jour de notre baptême et à renouveler l’engagement d’y répondre dans la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui. Renouveler l’engagement, mieux comprendre ce don, qu’est le baptême, et nous rappeler le jour de notre baptême. Mercredi dernier, j’ai demandé de faire un devoir à la maison, et à chacun de nous de se rappeler la date de son baptême, quel jour j’ai été baptisé. Je sais que certains d’entre vous le savent, d’autres pas ; que ceux qui ne le savent pas le demandent à leurs parents, à ces personnes, aux parrains, aux marraines … qu’ils demandent : « Quelle est la date de mon baptême ? ». Parce que c’est une renaissance et le baptême est comme un deuxième anniversaire. Comprenez-vous ? Il faut faire ce devoir à la maison, demander : « Quelle est la date de mon baptême ? ».

Appelé par son nom

Tout d’abord, pendant le rite de l’accueil, on demande le nom du candidat, parce que le nom indique l’identité d’une personne. Quand nous nous présentons, nous disons immédiatement notre nom : « Je m’appelle ainsi », nous sortons ainsi de l’anonymat, l’anonyme est celui qui n’a pas de nom. Pour sortir de l’anonymat, nous disons tout de suite notre nom. Sans nom, on reste un inconnu, sans droits ni devoirs. Dieu appelle chacun par son nom, en nous aimant individuellement, dans l’aspect concret de notre histoire. Le baptême éveille la vocation personnelle à vivre en chrétiens, qui se développera pendant toute la vie. Et il implique une réponse personnelle et pas empruntée avec un « copier-coller ». En effet, la vie chrétienne est tissée d’une série d’appels et de réponses : Dieu continue à prononcer notre nom au cours des années, en faisant retentir de mille façons son appel à devenir conformes à son Fils Jésus. Le nom est donc important ! Il est très important ! Les parents pensent au nom à donner à leur enfant déjà avant la naissance : cela aussi fait partie de l’attente d’un enfant qui, dans son nom, aura son identité originale, également pour sa vie chrétienne liée à Dieu.

Le don de la foi

Certes, devenir chrétiens est un don qui vient d’en haut (cf. Jn 3, 3-8). On ne peut pas acheter la foi, mais la demander oui, et la recevoir en don oui. « Seigneur, offre-moi le don de la foi », c’est une belle prière ! « Que j’aie la foi » est une belle prière. La demander en don, mais on ne peut pas l’acheter, il faut la demander. En effet, « le baptême est le sacrement de cette foi, avec laquelle les hommes, illuminés par la grâce de l’Esprit Saint, répondent à l’Évangile du Christ » (Rituel du baptême des enfants, Introd. gén., n. 3). La formation des catéchumènes et la préparation des parents, comme l’écoute de la Parole de Dieu pendant la célébration même du baptême, tendent à susciter et à réveiller une foi sincère en réponse à l’Évangile.

Le signe de croix

Si les catéchumènes adultes manifestent en première personne ce qu’ils désirent recevoir en don de l’Église, les enfants sont présentés par leurs parents, avec les parrains. Le dialogue avec eux permet à ces derniers d’exprimer la volonté que les petits enfants reçoivent le baptême et à l’Église l’intention de le célébrer. « L’expression de tout cela est le signe de la croix, que le célébrant et les parents tracent sur le front des enfants » (Rituel du baptême des enfants, Introd., n. 16). « Le signe de la croix, au seuil de la célébration, marque l’empreinte du Christ sur celui qui va lui appartenir et signifie la grâce de la rédemption que le Christ nous a acquise par sa croix » (Catéchisme de l’Église catholique, n. 1235). Pendant la cérémonie, nous faisons le signe de la croix sur les enfants. Mais je voudrais revenir sur un thème dont je vous ai parlé. Nos enfants savent-ils bien faire le signe de la croix ? Très souvent, j’ai vu des enfants qui ne savent pas faire le signe de la croix. Et vous, pères, mères, grands-pères, grands-mères, parrains, marraines, vous devez enseigner à bien faire le signe de la croix, car c’est répéter ce qui a été fait pendant le baptême. Avez-vous bien compris ? Enseigner aux enfants à bien faire le signe de la croix. S’ils l’apprennent quand ils sont enfants, il le feront bien plus tard, quand ils seront grands.

La croix est le signe distinctif qui manifeste qui nous sommes : notre façon de parler, de penser, de regarder, d’agir est sous le signe de la croix, c’est-à-dire sous le signe de l’amour de Jésus jusqu’au bout. Les enfants sont marqués sur le front. Les catéchumènes adultes sont aussi marqués sur leurs « sens », par ces mots : « Recevez le signe de la croix sur les oreilles pour écouter la voix du Seigneur » ; « sur les yeux pour voir la splendeur du visage de Dieu » ; « sur la bouche pour répondre à le parole de Dieu » ; « sur la poitrine pour que le Christ habite au moyen de la foi dans vos cœurs » ; « sur les épaules, pour soutenir le doux joug du Christ » (Rituel de l’initiation chrétienne des adultes, n. 85). On ne devient chrétiens que dans la mesure où la croix s’imprime en nous comme un signe « pascal » (cf. Ap 14, 1 ; 22, 4), en rendant visible, même extérieurement, la manière chrétienne d’affronter la vie. Faire le signe de la croix quand nous nous réveillons, avant les repas, face à un danger, pour se défendre du mal, le soir avant de dormir, signifie nous dire à nous-mêmes et aux autres à qui nous appartenons, qui nous voulons être. C’est pourquoi, il est si important d’enseigner aux enfants à bien faire le signe de la croix. Et, comme nous le faisons en entrant à l’église, nous pouvons le faire aussi à la maison, en conservant dans un petit vase adapté un peu d’eau bénite — certaines familles le font : ainsi, à chaque fois que nous rentrons ou que nous sortons, en faisant le signe de la croix avec cette eau, nous nous rappelons que nous sommes baptisés. N’oublions pas, je le répète : enseigner aux enfants à faire le signe de la croix.

Approfondir votre lecture

  • 30 mars 2008: 26èmes assises nationales des EDC (Entrepreneurs et dirigeants chrétiens) sur le thème "Diriger et Servir", Marseille (13), France.

    Quelques petits gestes de la liturgie

    Dans la célébration liturgique, toute la personne est engagée et les gestes qu’elle pose revêtent autant d’importance que les mots, les chants, les silences. C’est un ensemble d’éléments variés qui fait accéder au mystère et entrer en relation avec Dieu.

  • 01 décembre 2013 : Pour sa deuxième visite à une paroisse de Rome, François se rend dans la paroisse romaine Saint-Cyrille d'Alexandrie où il célèbre une messe. Rome, Italie.

December 1, 2013 : Pope Francis celebrates  a mass at the Parish Church of St. Cirillo Alessandrino in Rome, Italy.

    Catéchèse du pape : « Ne pas arriver en retard à la messe mais en avance »

    Dans la sixième catéchèse qu’il a consacré à la messe et l’eucharistie en 2017, le pape présente les rites d’introduction de la célébration eucharistique et insiste plus particulièrement du signe de la croix.

  • signe de croix

    Le signe de la croix dans les Rituels de l’initiation chrétienne

    (c) CIRIC Par Odette Sarda, théologienne appartenant à la congrégation des Dominicaines. Chargée du catéchuménat dans le diocèse de Marseille depuis 2012, elle a été responsable pendant plus de 20 ans au Service national de pastorale liturgique et sacramentelle, de l’Initiation chrétienne et en particulier du baptême des petits enfants. Elle a également été en charge du dossier […]