Comment accompagner les fiancés dans leur cheminement vers le mariage ?

15 mars 2015 : Temps de prière. Groupe de fiancés préparant leur mariage avec les Centres de préparation au Mariage (CPM). Paroisse Notre-Dame, Créteil (94), France. February 8, 2015 : Marriage preparation, parish of Notre-Dame de Créteil (94),France.

15 mars 2015 : Temps de prière. Groupe de fiancés préparant leur mariage avec les Centres de préparation au Mariage (CPM). Paroisse Notre-Dame, Créteil (94).

Par Pascal Sarjas, ancien responsable PLS du diocèse de Metz et actuel recteur du Grand Séminaire de Lorraine (Metz)

« Pour une bonne préparation au mariage, un temps suffisant est nécessaire » disent les préliminaires du Rituel au numéro 15. Ce temps comportera donc tout un cheminement qui permettra aux fiancés de renouveler leur foi et de donner un nouvel élan à leur vie chrétienne.

Dans un certain nombre de paroisses, cette préparation recouvre aujourd’hui des étapes différentes et complémentaires alliant une réflexion avec d’autres couples, une préparation plus personnelle, des invitations à rejoindre la communauté qui célèbre le dimanche.

Comment favoriser ce cheminement ?

Dans notre paroisse, une réflexion a été menée sur ce temps de préparation et plusieurs aspects ont été retenus pour favoriser ce cheminement.

Soigner l’accueil

Soigner l’accueil de ces jeunes lorsqu’ils se présentent en vue de leur mariage. Pour la plupart ils ont pris leurs distances par rapport à la vie de l’Eglise, et ils s’interrogent sur ce qui va leur être demandé à cette occasion. Au-delà de l’inscription pour harmoniser les calendriers, une première rencontre personnelle permet souvent de les rassurer et de leur présenter les différentes étapes de la préparation et de la célébration de leur union sacramentelle. Cela est aussi l’occasion de laisser émerger leurs propres questions, leurs propres souhaits et d’entrer dans un dialogue sur le sens de cet engagement.

Des rencontres

Leur permettre de rencontrer d’autres couples mariés et d’autres qui comme eux se préparent à cette étape de leur vie. Il apparaît très important de favoriser le partage avec d’autres couples mariés ou fiancés afin de sortir d’une conception trop personnalisée du mariage.

  • Une réunion pour ouvrir le dossier, donner le document qui leur permettra de préparer la célébration, leur expliquer ce qui sera nécessaire pour eux de prévoir dans leur planning.
  • Une rencontre dans le cadre du centre de préparation au mariage (CPM) qui leur offrira le temps de la réflexion sur les quatre piliers de l’engagement chrétien au mariage : la liberté, la fidélité, l’indissolubilité et la fécondité.
  • Une ou deux rencontres de réflexion et de partage autour des textes de la Bible qu’ils ont choisis pour la célébration.

C’est un temps de découverte et d’approfondissement du message évangélique, sorte de catéchèse biblique où chacun peut exprimer son propre cheminement de foi. Ces rencontres se font avec cinq couples maximum pour favoriser ces échanges. Les réunions s’organisent comme une sorte de liturgie de la Parole. A leur arrivée, une Bible est disposée sur la table, un cierge prêt à être allumé, donnant ainsi une dimension spirituelle à l’échange. Pour la lecture des extraits choisis par les uns et les autres, c’est dans la Bible ouverte que l’on prend le texte. La fin de la rencontre est marquée par la récitation de la prière du Notre Père. On aura pris soin de l’introduire et d’avoir donné le texte lui-même.

  • … avec la communauté chrétienne

Permettre une rencontre avec les chrétiens du secteur au cours d’un dimanche particulier. Dans notre paroisse, c’est une manière de dire aux chrétiens se réunissant habituellement que des jeunes sont en cheminement vers l’engagement au mariage. C’est aussi la possibilité aux jeunes couples de rencontrer telle ou telle personne de leur connaissance appartenant à la communauté chrétienne. Cette reconnaissance mutuelle suscite des échanges fraternels qui dépassent le cadre formel du bon voisinage pour se situer sur une dimension qui touche au sens de la vie. Désormais ils ne seront plus anonymes dans la rue !

Ce dimanche de l’Alliance, comme il a été appelé, est vécu de la manière suivante :

9h, accueil avec une possibilité de prendre un café-brioche

9h20, présentation de la rencontre et témoignage de deux couples mariés sur leur façon de vivre leur engagement comme chrétien

10h, échange en petits groupes, couples de fiancés et membres de la communauté chrétienne, sur ce que la foi apporte dans leur vie quotidienne.

11h, invitation à participer à l’eucharistie dominicale, à la fin de laquelle le rituel de bénédiction des fiancés, proposé dans le nouveau rituel du mariage, est mis en œuvre.

Cette messe dominicale est unique pour l’ensemble de la paroisse et regroupe l’ensemble des groupes chorals, ce qui lui donne un caractère festif.

A l’issue de la messe un verre de l’amitié prolonge les échanges.

Permettre une expérience liturgique

Il peut apparaître rapide de proposer l’eucharistie à ces couples qui pour la plupart n’en ont pas l’habitude, voire n’y sont absolument pas initiés. La question se pose régulièrement dans la relecture de ces dimanches de l’Alliance faite par l’équipe d’animation. Ce qui peut valoir comme argumentaire, c’est l’importance pour ces jeunes de prendre conscience que des chrétiens se rassemblent chaque dimanche, de voir la manière dont ils célèbrent leur foi au Christ ressuscité (dans presque chacune des rencontres, des jeunes manifestent leur surprise « on ne dit plus tout en latin », « les chants étaient beaux », « c’est différent de ce que j’imaginais »…). L’expérience faite de la liturgie dominicale semble ici importante pour donner à cette préparation une dimension ecclésiale visible et offrir à ces jeunes un regard nouveau sur la communauté célébrante.

Un accompagnement personnalisé

Permettre un accompagnement personnalisé pour chacun des couples par le ministre qui présidera à leur mariage. Au cours de deux ou trois rencontres particulières, les fiancés sont appelés à échanger sur leur projet de vie commune, à préparer leur déclaration d’intentions, à partager plus personnellement sur leur chemin de foi, à préparer les éléments de la célébration de leur union.

Une réflexion sur ce cheminement

Quelques difficultés et questions subsistent quant à ce parcours proposé à ceux qui demandent la célébration du sacrement de mariage.

Comment donner une dimension plus ecclésiale à la célébration du mariage elle-même ?

Les chrétiens, hormis les membres de la chorale ou quelques personnes de leur quartier, ne se sentent pas forcément concernés. Les assemblées de mariage ne sont parfois pas initiées à la dimension spirituelle de cette célébration liturgique, ni même aux rites de l’Eglise… les réponds sont difficiles, la participation aux chants est ténue, la gestion des photographes et caméras peut être tendue…

Comment favoriser une proposition mystagogique alors que bien des couples, après leur mariage, « passent à autre chose, à d’autres priorités » ? L’invitation à une nouvelle rencontre reste le plus souvent sans réponse.

Malgré ces questions, il s’avère que cette proposition de cheminement par étapes dans le temps qui précède la célébration du mariage imprime une expérience dans la mémoire de ces jeunes couples. Souvent à la suite d’une naissance, ils sont en quête d’une nouvelle proposition de réflexion en lien avec leur mission d’éducateur qu’ils pressentent comme fondamentale dans la vie de leur enfant. Et dans ce cadre ils souhaitent intégrer cette dimension spirituelle qu’ils ont eux-mêmes reçus au temps de leur mariage.

C’est une nouvelle étape dans leur propre cheminement, c’est une nouvelle occasion pour l’Eglise de vivre un compagnonnage avec ces personnes pour les mener au Christ.

Article extrait de la revue Célébrer n°373 

Approfondir votre lecture

  • 22 novembre 2013 : Livraison de la nouvelle version de la bible à la librairie La Procure, Paris (75), France.

    La Parole de Dieu dans la préparation des sacrements

    Pour préparer à un sacrement, les rituels offrent un appui certain ! Mais il peut arriver que nous ne voyions pas le lien entre le geste à faire et la parole de Dieu à proclamer. On choisit, privilégie l’un par rapport à l’autre. Que faire ?

  • Idée de rencontre, complémentarité, choisir deux contenants identiques ou de taille différente, des végétaux s'étirant l'un vers l'autre

    Fleurir pour un mariage

    Comment les équipes liturgiques peuvent-elles accompagner le fleurissement de l’église lors de la célébration d’un mariage ?

  • 8 février 2015 : Groupe de fiancés préparant leur mariage avec les Centres de préparation au Mariage (CPM). Paroisse Notre-Dame du Sacré-Coeur, Maisons Alfort (94), France.

February 8, 2015 : Marriage preparation, parish of Notre-Dame du Sacré-Coeur, Maison-Alfort (94), France.

    Préparer les fiancés à la liturgie du mariage

    Le contexte paroissial de mon ministère est pauvre humainement et chrétiennement. Les deux tiers des personnes demandant le mariage à l’Église sont non catéchisées, et parmi celles-ci un quart sont non baptisées. Pour beaucoup, le lien à Dieu existe tout en étant ténu, et passe par l’Église à l’occasion du mariage. La culture liturgique de ces personnes est réduite à la participation à tel mariage ou sépulture ou baptême.