Diacres et liturgie : contempler le Christ serviteur

Par Catherine Pic, rédactrice en chef de Célébrer

Contempler le Christ serviteur

En 1964, le Concile Vatican II envisageait une restauration du diaconat, comme ordre permanent[1]. Le pape Paul VI le rétablit trois années plus tard [2]. Aujourd’hui, dans chacun de nos diocèses, des hommes d’origines diverses, mariés ou célibataires, sont appelés par leur évêque à devenir signe du Christ serviteur, au milieu du monde en recevant l’ordination diaconale.

« Si moi le Seigneur et le maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. C’est un exemple que je vous ai donné, afin que vous fassiez vous aussi, comme j’ai fait pour vous »[3]. Pourquoi ordonner des diacres permanents puisqu’en lisant ces quelques versets, chacun de nous entend et reçoit l’appel du Christ à se faire serviteur de son frère?

Servir ses frères n’est pas si facile. S’abaisser devant le pauvre et le petit, nous oblige à vivre dans l’humilité et la confiance. Peut-être pas tant au moment où nous nous abaissons que dans le quotidien de nos vies, lorsque nous consentons à ce qu’un autre se fasse serviteur pour nous. Avant de servir notre frère, il nous faut accepter qu’un autre nous serve. Humilité de celui qui se reconnaît dépendant. Confiance dans le geste et le regard de celui qui vient vers nous, pour nous servir.

N’est-ce pas ce que signifie le diacre dans la liturgie ? À première vue, le diacre se tient toujours un peu en arrière et presque muet. Il ne sert à rien. Pourtant, il nous rappelle que le Christ est présent au milieu de nous comme celui qui sert. Les diacres de nos paroisses nous invitent à contempler le Christ serviteur. Par leurs gestes et leurs attitudes, ils conduisent nos regards non pas sur eux, mais sur Celui qui s’est abaissé par amour pour chacun de nous.

Contemplons le Christ, dépouillé de son vêtement, agenouillé devant nous. Il est venu pour nous servir. Nous avons besoin de Lui. Acceptons de nous laisser faire, remettons-nous à lui avec confiance et humilité. Nous pourrons alors nous relever et aller servir nos frères, avec lui, dans le monde où nous vivons.

 

[1]Lumen Gentium 29

[2] Paul VI, Lettre apostolique, Sacrum Diaconatus Ordinem, 18 juin 1967.

[3] Jean 13, 14-15

 

Sur le même thème

  • Oranger du Mexique, chrysanthèmes blancs et lisianthus.

    Fleurir pour une ordination diaconale

    « Nos frères Jean-François et Jean-Luc vont être identifiés au Christ serviteur et devenir avec Lui sacrement de la présence de Dieu auprès des petits et des pauvres… Montrez-nous le chemin des plus pauvres. » C’est lors de la Journée mondiale des pauvres instituée par le pape François que Mgr Scherrer, évêque de Laval, a ordonné deux nouveaux diacres.

  • 15 Septembre 2011 : P. Frédéric MOUNIER, et P. Gustave LUSASI TAMPIKU lors de la Messe du jeudi matin célébrée par les trois prêtres membres de la Fraternité Missionnaire des Prêtres pour la Ville (FMPV) d'Aubervilliers. Egl. Notre Dame des Vertus, Aubervilliers (93), France.   
September 15th, 2011 : A Missionary Brotherhood of Priests for the City. Aubervilliers (93) France.

    Les bénédictions au cours d’une célébration

    Pendant une célébration chrétienne qui est dans le Christ, structurée par un échange de bénédictions entre Dieu et les hommes, l’Eglise est appelée à recevoir ou à prononcer diverses bénédictions. Mais qu’est-ce que cela produit en elle ?

  • Accueil du presbyterium, réception du nouvel évêque cathédrale Saint-Etienne, Meaux

    Les « ministres ordonnés » : l’évêque, le prêtre et le diacre

    Du latin ordinatio : « action de mettre en ordre », « action d’orga­niser la distribution des charges », l’Ordination se déroule au cours d’une cérémonie solennelle qui confère le sacrement de l’ordre. L’acte essentiel de l’ordination épiscopale, presbytérale et diaconale est l’imposition des mains suivie de la prière consécratoire. Le caractère épiscopal est requis pour procéder validement à des ordinations.