Célébration pénitentielle non sacramentelle

13 avril 2011: Les jeunes d'Anuncio animent la célébration de pénitence et de réconciliation à la paroisse Saint Louis des Français de Madrid. Une dizaine de jeunes d'Anuncio (7 Français, 1 Anglaise, 1 Espagnol et 1 Colombienne) vivent en communauté depuis octobre 2010 à la Casa Anuncio pour un an de vie de prière et de formation sur la foi catholique, et d'apostolat en organisant le Festival Anuncio aux JMJ. Madrid, Espagne. April 13, 2011: Casa Anuncio at Madrid, a group of youths live in community for a year to prepare the Anuncio Festival at the WYD (World Youth Day). Madrid, Spain.

13 avril 2011: Les jeunes d’Anuncio animent la célébration de pénitence et de réconciliation à la paroisse Saint Louis des Français de Madrid.

Par le père Louis Groslambert, Prêtre, responsable de la pastorale sacramentelle et de la musique liturgique, diocèse de Belfort Montbéliard

On sait que la conversion est un chemin de progression avec les autres ; leur soutien est utile pour tenir dans l’effort. Le témoignage communautaire ecclésial qu’ils donnent lorsqu’ils écoutent la Parole et font un geste de pénitence encourage à reprendre le chemin de l’alliance.

Leur valeur théologale

Bien qu’on ne les appelle pas « célébrations de la réconciliation », ce terme étant réservé aux célébrations sacramentelles, elles ont une valeur théologale certaine. « II est très souhaitable que les chrétiens puissent participer à des célébrations qui ne comportent pas le signe sacramentel de la réconciliation. Les célébrations de la pénitence ont valeur en elles-mêmes comme révélant le caractère ecclésial de la pénitence1 ».

Leur application

Pour les chrétiens privés de l’Eucharistie

Il s’agit de faire en Église, l’expérience communautaire de l’appel et de l’attente de Dieu à notre égard. « Elles peuvent permettre aux chrétiens que leur situation publique prive de l’Eucharistie (par exemple, les divorcés remariés), de se joindre à une démarche communautaire ecclésiale. »

En vue d’une initiation des enfants

On peut reconnaître à ces célébrations une réelle valeur pédagogique. Il ne s’agit plus comme en catéchèse de tenter de faire comprendre ce qu’est le péché mais « elles trouvent leur place dans le cadre de l’initiation des enfants à une démarche pénitentielle en Eglise.

Étape pour des adultes vers la réconciliation sacramentelle

Dans ce cadre, ces célébrations constituent « une utile préparation à la confession en aidant à approfondir et exprimer de manière communautaire la résolution permanente de conversion. »

Organisation

Qui célèbre ?

Dans le cas où l’on ne dispose pas de prêtres, elles peuvent être organisées par un diacre, un catéchiste ou un autre membre de l’assemblée chrétienne concernée.

Quand ?

Elles peuvent intervenir comme étapes d’une réconciliation sacramentelle vers laquelle elles sont orientées. Par exemple, une célébration communautaire peut avoir lieu au début des temps privilégiés comme l’Avent et le Carême. Elle signifie alors le désir d’une communauté d’entrer dans une démarche commune de pénitence. Et un délai relativement long de quelques semaines est laissé aux pénitents pour rencontrer les prêtres qui se rendront davantage disponibles pour cette période. A la fin de ce temps privilégié, une célébration plus festive réunit tous ceux qui veulent dire leur action de grâce au Seigneur pour le pardon reçu.

Cette suggestion d’ouvrir l’Avent et le carême par une célébration non sacramentelle n’est pas originale. Elle reprend en effet le projet de l’Église instituant le mercredi des cendres pour ouvrir le carême, laissant un délai de quarante jours jusqu’à la réconciliation célébrée autrefois le jeudi saint. D’autres moments conviendraient à des célébrations pénitentielles non sacramentelles : les vigiles de Pentecôte, du 15 août et de Toussaint ainsi que les pèlerinages.

Leur structure

Leur structure est celle qui est observée habituellement dans les célébrations de la Parole de Dieu et qui est proposée dans le rituel pour la réconciliation de plusieurs pénitents : après l’homélie et la méditation de la Parole de Dieu, l’assemblée exprime son repentir et son désir de conversion par une prière litanique ou par tout autre moyen capable de promouvoir la participation de tous. Ces célébrations ne comportent ni aveu individuel, ni absolution.

Dans le choix de ses lectures, l’Église pourrait faire entendre l’appel à la conversion du prophète Joël (Jl 2,12-18), l’exhortation de saint Paul à se laisser réconcilier (2 Co 5, 20-6, 2) et l’évangile qui fonde la triple observance de l’aumône, du jeûne et de la prière (Mt 6, 1-18). Cette proclamation serait suivie en signe de pénitence, d’une réception des cendres comme nous y invite le prophète Joël.

Enfin, sur le chemin de la conversion, les fidèles pourraient rencontrer le prêtre en cours de carême, et tous rendraient gloire à Dieu pour la réconciliation le jeudi saint.

Le rituel fournit donc un canevas de célébration laissant une grande liberté de réalisation. Ces célébrations pénitentielles sont considérées par l’Église comme « un élément important dans l’équilibre des diverses expressions liturgiques pénitentielles. »

 

1. Toutes les citations sont issues de Célébrer la pénitence et la réconciliation, Rituel, Chalet-Tardy, Paris, 1978, n° 51 à 53, p. 26 et 27

Approfondir votre lecture

  • « Seigneur, Dieu de l'univers, fais-nous revenir ; que ton visage s'éclaire, et nous serons sauvés. » (Ps. 79)

    Vivre la pénitence : les pistes du rituel

    « Dieu fais-nous revenir » (Psaume 79). Ce cri du psalmiste devient souvent le nôtre, lorsque nous réalisons, qu’à cause de notre faiblesse ou du péché, nous avons besoin de renouer avec lui ou tout simplement d’intensifier notre vie baptismale. Chacun alors pense spontanément au sacrement de la pénitence et de la réconciliation, qui représente le chemin de la conversion privilégié dans l’Eglise latine depuis le Moyen Age jusqu’à une période récente. Or l’épidémie nous prive de ce chemin.

  • « Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
selon ta grande miséricorde, efface mon péché. »

    En route vers Pâques, engager une démarche de contrition du cœur

    La situation exceptionnelle de pandémie du coronavirus empêche de recevoir l’absolution sacramentelle. Mais, dans le sillage de ce que le pape François a proposé dans son homélie du 20 mars, il est possible et bon de vivre un chemin de contrition et de demande de pardon à Dieu avec, pour les fautes graves, « la ferme résolution de recourir le plus tôt possible à la confession sacramentelle », afin de recevoir effectivement le pardon de ses péchés.

  • « Reviens, je te guérirai de ton infidélité, je t'aimerai profondément, car ma colère a disparu. Je serai comme la rosée, tu fleuriras comme un lys et tu prendras racine comme un arbre du Liban. »

    COVID-19 : « Si tu ne trouves pas de confesseur… »

    « J’ai besoin du sacrement de réconciliation. Mes pasteurs ne peuvent venir me voir pour que je puisse confesser mes péchés. Que faire ? » Ce message rejoint bien d’autres reçus par les évêques et les prêtres dans toutes les régions marquées par la crise sanitaire. Le confinement prive les catholiques de la possibilité habituelle de se confesser en ce temps de conversion qu’est le Carême. Dans son homélie de la messe du vendredi 20 mars à la chapelle Sainte Marthe, le pape François lui‑même s’est fait l’écho de cette difficulté à pouvoir vivre la confession sacramentelle.