L’« indulgence » et les « indulgences »

24 février 2013 : Offrandes lumineuses à St Nicolas-des-Champs, Paris (75), France.

24 février 2013 : Offrandes lumineuses à St Nicolas-des-Champs, Paris (75), France.

Par André Haquin, Prêtre du diocèse de Namur (Belgique)

Peu de commentateurs se sont intéressés au paragraphe 22 de la bulle d’indiction pour l’Année de la miséricorde, consacré à l’indulgence. La dispute sur les indulgences a marqué la mémoire collective des catholiques. À l’heure du dialogue œcuménique, cette problématique n’est-elle pas devenue anachronique ? Il est utile d’en esquisser l’histoire et d’en dégager la signification essentielle.

Un lourd contentieux

La publication des 95 thèses de Luther contre les indulgences (Wittemberg, 1517) a mis le feu aux poudres. Selon lui, elles contredisent la gratuité du salut de Dieu pour les croyants. Il faut dire aussi que les indulgences s’étaient liées à des questions d’argent, notamment lors des collectes pour la construction de la basilique Saint-Pierre à Rome. Le concile de Trente a répondu à cette critique massive en justifiant le pouvoir spirituel de l’Église. Toutefois, le « Décret sur la justification » admet la thèse paulinienne de la gratuité du salut. Plus près de nous, les pratiques privées de la Toussaint visant à « gagner » l’indulgence plénière en faveur des défunts (purgatoire) auraient dû souligner qu’il s’agissait de prières d’intercession adressées à Dieu.

Une pratique liée au sacrement du pardon

Dans les premiers siècles de l’Église, les pécheurs graves obtenaient la réconciliation et le pardon de leurs fautes au terme d’une rude période de conversion. Par la suite, la « confession » des pénitents ou pénitence « tarifée » a été suivie immédiatement du pardon. De retour chez eux, les chrétiens étaient invités à pratiquer diverses formes de pénitence (satisfaction) proportionnées à leur situation, comme pour « retrouver une santé spirituelle ». Ces « peines temporelles » les ramenaient à la vie selon l’Évangile. Avec le temps, les choses se sont figées et ces pratiques ont pu apparaître comme une sorte de « capitalisation spirituelle » occultant la grâce de Dieu, source de toute sanctification.

Miséricorde divine et indulgence selon le pape François

Le paragraphe 22 parle de l’indulgence au singulier, c’est-à-dire du pardon des péchés offert par Dieu, sur base de la mort et de la résurrection de son Fils, dans l’Église « communion des saints ». Le pardon nous est accordé « cependant que demeure l’empreinte négative des péchés dans nos comportements et nos pensées » (n°22). La miséricorde de Dieu si nous l’accueillons « devient indulgence du Père » qui nous donne de grandir dans l’amour et « d’agir avec charité ». Cette miséricorde « est le lien avec le Judaïsme et l’Islam qui la considèrent comme un des attributs les plus significatifs de Dieu » (n° 23).

Bibliographie

  • B. SESBOÜÉ, « Les indulgences. Problème œcuménique à nouveau posé ? » dans Études, juillet-août 1983, p. 116-121.
  • PAUL VI, « Constitution apostolique Indulgentiarum doctrina sur la révision des indulgences », dans Documentation catholique, n° 1487, 5 février 1967, col. 197-218.
  • La Doctrine de la justification. Déclaration commune de la Fédération luthérienne mondiale et de l’Église catholique, Cerf, 1999 (également sur le site du Vatican).

Approfondir votre lecture

  • 13 avril 2011: Les jeunes d'Anuncio animent la célébration de pénitence et de réconciliation à la paroisse Saint Louis des Français de Madrid. Une dizaine de jeunes d'Anuncio (7 Français, 1 Anglaise, 1 Espagnol et 1 Colombienne) vivent en communauté depuis octobre 2010 à la Casa Anuncio pour un an de vie de prière et de formation sur la foi catholique, et d'apostolat en organisant le Festival Anuncio aux JMJ. Madrid, Espagne.

    Célébration pénitentielle non sacramentelle

    On sait que la conversion est un chemin de progression avec les autres ; leur soutien est utile pour tenir dans l’effort. Le témoignage communautaire ecclésial qu’ils donnent lorsqu’ils écoutent la Parole et font un geste de pénitence encourage à reprendre le chemin de l’alliance.

  • chemin_pardon_espace_liturgique

    Un espace liturgique pour vivre le chemin du pardon

    Aménager une église pour la célébration du sacrement de la pénitence et de la réconciliation, qu’elle soit communautaire ou individuelle, c’est offrir à tous les pénitents un chemin de pardon. À la lumière de la structure de la célébration, cette progression est en quatre étapes, la dernière étant double. Prenons la route de ce chemin de la paix.

  • 7 mai 2015 : Tous les jeudis, environ 1000 personnes se rassemblent pour la prière des malades à St-Nicolas-des-Champs. Paris (75), France.

    La pénitence comme réponse à la miséricorde divine

    Prière devant l’icône de la Miséricorde Divine. Par Philippe Vallin Prêtre du diocèse de Nancy, Philippe Vallin est professeur de Théologie systématique à la Faculté de Théologie catholique de l’Université de Strasbourg où il donne les cours de christologie fondamentale, de sotériologie et d’anthropologie théologique (doctrine de la grâce, eschatologie, création). Depuis 2009, il est […]