Prières hors célébration des funérailles

prière, chaisePar Michèle Tondeur, Responsable des équipes funérailles du diocèse de Clermont

Lors des obsèques, la célébration à l’église, au crematorium ou au cimetière n’est pas le seul lieu où s’exprime la prière de l’Église. En effet, au-delà des temps de célébrations liturgiques, la compassion de l’Église entoure le défunt et sa famille dès le moment du décès.

Prières au moment de la mort

Les équipes d’aumônerie qui accompagnent les mourants et leurs familles dans les hôpitaux ou les maisons de retraites sont alors amenées à proposer une prière auprès du défunt : prière du rituel ou prière spontanée au moment de la mort ou juste après.

Prières avec les familles en deuil

En accompagnant les familles dans le deuil, les équipes « funérailles » découvrent combien ces dernières ont besoin de « dire » leur défunt, de revenir sur les moments joyeux ou difficiles de sa vie, de rappeler son enfance, son travail, ce qu’il a donné de lui même aux siens et aux autres. Les personnes qui rencontrent les familles en deuil leur donnent du temps, de l’écoute ; elles accueillent une vie pour ce qu’elle est, elles vivent la compassion et offrent à Dieu ce qu’elles ont reçu… Elles peuvent alors proposer aux familles de vivre un temps de veillée. Même si le corps du défunt est au funérarium, rien n’empêche les proches de se retrouver avec voisins et amis pour se souvenir et exprimer la vie. Inévitablement lors de l’échange, seront abordés le sens de la vie et de la mort, le lien avec la foi en Dieu, l’espérance en la résurrection que le Christ nous a promise. Lorsqu’un temps de prière est proposé, bien des familles acceptent.

Le livre Dans l’espérance chrétienne[1], suggère de choisir et de développer ce temps de prière avec les familles de diverses manières : veillée autour de la parole de Dieu ; veillée psalmique ; veillée avec la Vierge Marie et les saints ; veillée familiale.

Pourquoi ne pas en parler aux familles croyantes et à celles qui semblent vouloir se tourner vers Dieu ? Faute de proposer une prière, nous passons souvent à côté de ce qui pourrait être un moment fort, chaleureux, plus personnel, un moment où les petites choses de la vie, si importantes pour les proches, peuvent être rappelées, où un dernier hommage peut être prononcé, à l’image d’un petit-fils qui lisait les cinq pages qu’il avait écrites pour rendre hommage à sa grand-mère, moment qui ne pouvait trouver place dans la célébration.

Des étapes douloureuses à vivre

L’ouvrage Dans l’espérance chrétienne offre aussi des moments de prière pour accompagner certaines étapes difficiles à traverser au moment du deuil. Toutes les propositions ne sont pas forcément à réaliser, mais face à la diversité des situations, on pourra choisir celles qui conviendront le mieux pour accompagner les familles.

La mise en bière et la fermeture du cercueil

La disparition d’un visage marque un pas vers la séparation définitive. Si le rituel propose des prières, on peut prendre aussi le texte suivant : « L’adieu au visage »[2].

Le départ du corps

La famille escorte son défunt vers l’église ou le crématorium. Là encore une invitation à la prière peut permettre d’accompagner la famille dans cette étape.

Quand le corps doit être transféré à l’église quelques temps avant la célébration

Il est accompagné par la prière de l’Église qui rappelle le lieu du baptême et invite les vivants à se tourner vers Dieu dans l’écoute de sa Parole.

Autres temps de prière qui suivent la célébration à l’église ou au crématorium

Le dimanche qui suit le jour de la célébration à l’église

Au cours de la messe dominicale, le célébrant invite l’assemblée à prier pour les défunts qui ont été accompagnés dans la paroisse durant la semaine. Les familles et les amis y ont été conviés lors de la cérémonie d’obsèques.

Le jour de la Toussaint

Selon les lieux, des prêtres vont dans les cimetières pour une prière dans laquelle sont réunis tous les saints d’hier et d’aujourd’hui.

Le 2 novembre, jour des défunts

Les familles endeuillées de l’année sont invitées à rejoindre la communauté paroissiale pour une messe où sera nommé leur défunt. Selon les propositions, elles pourront faire un geste souvenir.

Au crématorium

Les familles qui ont vécu un temps de prière pour leur défunt sont invitées une fois par an à participer à la messe dans une église avec l’équipe qui est en charge de cette prière au crématorium.

Prière pour tous

Si la famille fait une image souvenir du défunt, il arrive d’insérer au dos, une phrase des textes lus à la célébration, ou une prière. ■

1. Mgr Dominique Lebrun, Mgr Philippe Guéneley (éd.), Dans l’espérance chrétienne (Célébrations pour les défunts), Paris, Desclée-Mame, 2009. // [2] Extrait de : Service de pastorale sacramentelle du diocèse de Lyon, Devant la mort (textes non bibliques), Paris, Éditions de l’Atelier, 2007.
2. Extrait de : service de pasorale de sacramentelle du diocèse de Lyon, Devant la mort (textes bibliques), Paris, Editions de l’Atelier, 2007.

Approfondir votre lecture