Les implications psychologiques de la crémation

Cimetière mur pour urnes

Par le Docteur Michel Hanus, († 2010) psychiatre, psychologue et psychanalyste, auteur d’une thèse intitulée Contribution à l’étude des phénomènes du deuil

La crémation est un problème d’actualité dans notre pays pour deux raisons qui découlent l’une de l’autre. D’une part sa fréquence augmente de manière exponentielle tandis que, de ce fait, la population se trouve de plus en plus souvent confrontée à son absence ou à son défaut de ritualisation, un véritable vide rituel.

Toute réflexion conséquente au sujet de la crémation me paraît devoir s’efforcer d’approfondir le débat sur les quatre points suivants :

– Quelles sont les raisons de ce choix et que signifient-elles ?

– Quelle est la valeur humaine de cette pratique ?

– Comment est-elle vécue par les survivants ou, autrement dit, quelles sont ses interférences avec le travail de deuil ?

– Comment humaniser au mieux, comment ritualiser nos pratiques crématiques ?

Extrait :

La crémation souffre le plus souvent d’un grand vide rituel du fait qu’elle n’est pas encore entrée dans nos traditions, et le deuil souffre toujours de cette absence. Tous les intervenants auprès des familles endeuillées en ont pris d’autant plus conscience que sa fréquence a augmenté. À l’initiative des professionnels funéraires PFG, un groupe de travail interdisciplinaire a été constitué, en 1992, pour réfléchir et travailler à cette question importante. Il comprenait outre des professionnels des entreprises funéraires, des religieux, un crématiste, une sociologue chercheuse en sciences sociales et la Société de thanatologie. On peut regretter que le CNOF (Commission nationale des opérations funéraires) n’ait pas conduit la même réflexion pour arriver à proposer des modifications réglementaires au ministre de l’Intérieur. Le résultat de notre travail a été la mise en place d’un cérémonial, sans valeur officielle mais utile pour accompagner les familles, en particulier dans les cas où il n’a pas eu de funérailles religieuses.

Article extrait de la revue La Maison-Dieu, n°213, 1998, p 69-80.

[…] Télécharger l’article complet ci-contre.

Télécharger l’article complet en PDF :

M. Hanus – les implications psychologiques de la crémation

Approfondir votre lecture

  • Obsèques au crématorium

    Ad resurgendum cum Christo, sur la sépulture des défunts et la conservation des cendres en cas d’incinération

    Le 25 octobre 2016 a été rendue publique l’instruction Ad resurgendum cum Christo sur la sépulture des défunts et la conservation des cendres en cas d’incinération par la Congrégation de la Doctrine de la Foi, avec approbation du Pape François. Comme l’expose le Cardinal Müller, préfet de la Congrégation, le texte entend expliciter théologiquement la préférence de l’Église pour l’ensevelissement des morts, et, partant d’une pratique qui se répand de plus en plus, donner quelques normes en ce qui concerne la conservation des cendres.

  • bougies 2

    Célébration des obsèques au crématorium : les symboles chrétiens

    Qu’en est-il de tous ces symboles et gestes rappelant notre foi baptismale dans la résurrection, dans un espace « inhabituel » tel que le crématorium ?

  • Cimetière mur pour urnes

    Partir sans déranger

    Le choix de la crémation est basé sur des motivations diverses. Cependant la volonté de ne pas déranger et ensuite, de ne pas encombrer, apparaît être la motivation principale. (Enquête Credoc 2007). S’y greffent également l’indifférence face à un passage dans une église et l’incompréhension quant au fait qu’une célébration d’obsèques à l’église doit en principe précéder la crémation et non lui succéder.