Circonstances particulières pour des funérailles

funérailles 1
  • « Que Dieu, le Père plein de tendresse,
le Dieu de qui vient tout réconfort,
nous apporte la consolation. »

    Deuil et après-confinement : célébrer l’eucharistie en mémoire des défunts

    Les familles en deuil ont célébré les funérailles d’un proche à l’église au cours du confinement en l’absence des membres de plus de 70 ans, leurs amis et de la communauté paroissiale. Dans certaines situations, la célébration à l’église n’a pas été possible. Voici des propositions de célébrations pour vivre le temps d’adieu, en famille ou en communauté paroissiale, avec la prière de l’Église avant de se rendre au cimetière.

  • Un cimetière à la campagne.

    COVID-19 : Célébrer les funérailles au lieu de l’inhumation

    Le contexte épidémique et les dispositifs de confinement des personnes ont des conséquences sur les dispositifs pastoraux dans les diocèses concernant la célébration des funérailles. Cette note propose une piste pour célébrer des funérailles au lieu de l'inhumation, si le passage par l'église n'est pas ou plus possible.

  • Cimetière de village.

    Faire mémoire des fidèles défunts, après le COVID-19

    La crise sanitaire que nous traversons prive souvent les familles et les proches d'un défunt de l'accompagner pleinement jusqu'à son inhumation. Et même si les églises continuent à accueillir pour les obsèques, l'impossibilité pratique pour beaucoup de s'y rendre pour la célébration d'adieu ou la réduction à un nombre restreint de participants entraînent des souffrances, puisqu'une étape importante du processus de deuil ne peut se déployer normalement. Cette situation va durer.

  • « Avant de commencer la célébration, il sera bon de disposer un petit espace-prière avec par exemple une croix et une bougie allumée à côté.  »

    Crise sanitaire COVID-19 et confinement : s’unir par la prière aux funérailles d’un proche

    En ce temps de confinement, vivre le deuil d'un proche devient plus douloureux encore. Le diocèse de Saint-Etienne a publié une proposition de temps de prière à vivre à la maison pour s'unir à un temps de funérailles.

  • 14 mars 2018 : Funérailles d'une religieuse de la communauté Salésienne de Marie Immaculée. Egl. Saint Jean Baptiste de Belleville. Paris (75), France.

    COVID-19 : Indications générales pour la célébration des funérailles en France

    Le contexte épidémique et les dispositifs de confinement des personnes ont des conséquences sur les dispositifs pastoraux dans les diocèses concernant la célébration des funérailles. Voici quelques éléments de discernement, à apprécier selon les diocèses et leurs pratiques pastorales.

  • 30 juin 2017 : Petit cimetière de Sant'Antonino surplombant la mer, Haute Corse, France.

30 June 2017: small cemetery of Sant'Antonino above the sea, Corsica, France.

    Funérailles : quand le corps est absent

    Il arrive que le corps d'un défunt soit absent parce qu'il a disparu et que l'on n'a pu le retrouver. On connaît la douleur de familles qui doivent vivre la séparation, non seulement du fait de la brutalité de l'événement cause de la disparition mais aussi du fait de l'absence, de l'impossibilité de marquer la séparation par les rites funéraires.

  • 1er Novembre 2011 : La Toussaint dans un cimetière de la région parisienne. France.

    Célébration en l’absence de corps : don à la science, disparition en mer ou en montagne, inhumation à l’étranger

    Il n’est pas rare aujourd’hui de devoir célébrer des funérailles sans corps, les raisons en sont multiples : disparition en mer ou en montagne, don du corps à la science, décès et inhumation à l’étranger, un temps de prière et d'adieu en l'absence de corps est prévu. Le deuil est difficile à entreprendre car l’absence de dépouille ne rend pas la perte tangible.

  • Crémation

    Célébration en présence d’une urne

    Par Mireille Toulemonde, Diocèse de Lyon, avec l’aide du guide pastoral des funérailles du diocèse de Quimper. Préambule La célébration de funérailles autour du corps est toujours à privilégier. Pour 3 raisons :  - La certitude que le corps est[...]

  • 1er Novembre 2011 : La Toussaint dans un cimetière de la région parisienne. France.

    Ritualiser le deuil d’un bébé mort-né

    « Ce n’est rien, tu en auras d’autres », s’entend bien souvent dire une femme qui perd son bébé pendant la grossesse. Mais les questions et les douleurs enfouies demeurent. Des médecins se sont battus pour que les enfants morts avant terme ne pèsent plus comme des fantômes sur leurs parents et comme des « riens » aux yeux de la société.

COVID-19 : Accompagner les familles en deuil

Foi, espérance, charité : par-delà le confinement, que fait l’Église pour accompagner les familles en deuil ?

funérailles retour