Obsèques religieuses selon le décret du 29 octobre 2020

Covid-19, funérailles à Paris (75), France.

Covid-19, funérailles à Paris (75), France.

L’article 47 du Décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire porte sur les lieux de culte. Quelles précisions en déduire sur les obsèques ?

Les lieux de culte restent ouverts

Cet article précise notamment dans son premier alinéa que « Les établissements de culte, relevant de la catégorie V [c’est à dire recevant du « public »] sont autorisés à rester ouverts. Tout rassemblement ou réunion en leur sein est interdit à l’exception des cérémonies funéraires dans la limite de 30 personnes » (I). On se rappelle que les consignes du premier confinement limitaient la participation à 20 personnes.

Selon les lieux et les contextes, il pourra être utile de rappeler aux entreprises de pompes funèbres que le passage par les églises est possible et même qu’il convient de le privilégier, même si la célébration des obsèques peut parfois avoir lieu aussi à la chapelle du cimetière, voire au funérarium. Dans tous les cas, le discernement du lieu de la célébration se fera entre la famille et la paroisse et non entre la famille et les pompes funèbres.

Des conditions sanitaires à respecter

Le même décret précise ensuite que « toute personne de onze ans ou plus qui accède ou demeure dans ces établissements porte un masque de protection », même si le port du masque peut être « momentanément retiré pour l’accomplissement des rites qui le nécessitent » (II).

Par ailleurs, il est de la responsabilité du « gestionnaire du lieu de culte » [le curé] de s’assurer « à tout moment, et en particulier lors de l’entrée et de la sortie de l’édifice, du respect des dispositions mentionnées » (III.). Chacun des membres des équipes funérailles y veillera pour sa part, puisque « le préfet de département peut, après mise en demeure restée sans suite, interdire l’accueil du public dans les établissements de culte si les conditions de leur organisation ainsi que les contrôles mis en place ne sont pas de nature à garantir le respect des dispositions mentionnées au présent article » (IV).

Si l’Eucharistie est célébrée comme cela est envisagé par le rituel, les règles appliquées après le déconfinement de mai 2020 continuent à s’appliquer. 

L’intervention des bénévoles

Même si on y trouve encore de nombreux éléments de réflexion utiles au discernement, les « Indications générales pour la célébration des funérailles en France » proposées en mars 2020 par le SNPLS dans le contexte du premier confinement ne peuvent plus s’appliquer à l’identique dans le contexte actuel.

Par exemple, les nouvelles mesures n’indiquent plus de limite d’âge (70 ans), qu’il s’agisse des participants à ces célébrations ou des acteurs de la pastorale des funérailles. Les bénévoles qui accompagnent les familles en deuil et/ou qui travaillent à l’animation des célébrations sont donc appelés à un discernement personnel concernant leur participation et ils n’hésiteront pas à en parler avec leur curé. Il convient de respecter la crainte de ceux qui se sentent plus fragiles ou qui sont personnes à risque.

Pour recevoir les familles, outre les recommandations de la note de mars et si cela convient, on peut envisager une rencontre directe avec quelques membres de la famille avant la célébration des funérailles, mais en ne dépassant jamais le nombre de six personnes.

Les bénévoles de la paroisse peuvent utiliser l’attestation dérogatoire de déplacement pour la rencontre avec les familles et/ou la participation aux célébrations [4ème case : « déplacements pour assistance aux personnes vulnérables »]. La paroisse peut éventuellement établir une attestation de bénévolat s’inspirant si besoin du justificatif de déplacement professionnel mais on précisera que ce justificatif ne remplace pas l’attestation dérogatoire à remplir chaque fois par le bénévole.

Dans la préparation, on veillera aussi à évoquer la possibilité de vivre plus tard une célébration de requiem, lorsque les conditions permettront à nouveau de réunir tous les membres de la famille. Des propositions de célébrations sont en ligne sur liturgie.catholique.fr

SNPLS, 10.11.2020

  • Suivre la messe sur YouTube, une possibilité dans de nombreuses paroisses pendant le confinement.

    Prier et célébrer au temps du coronavirus

    La France est devenue un important foyer du coronavirus en Europe, conduisant dans un premier temps les autorités à annuler les rassemblements de plus de 100 personnes, puis, à partir du 17 mars, demandant à l'ensemble de la population de demeurer confiné chez soi. Afin de maintenir une vie de prière, et de vivre la communion ecclésiale autour du Christ, voulue par le pape François, voici quelques éclairages et propositions spirituelles et liturgiques.

Approfondir votre lecture

  • cathopic_1539178935365358

    En dehors de la messe, vivre la communion et la fraternité

    Face aux multiples difficultés engendrées par la pandémie, qui obligent à repenser les liens sociaux et les modes d’expression de la fraternité humaine, le pape François invite à ne pas dissocier la manière de vivre sa foi dans une vie liturgique et la façon de la vivre dans une charité active. (…)

  • Les Pèlerins d'Emmaüs, Duccio di Buoninsegna.

    Liturgies domestiques, chemins vers l’Eucharistie

    Les temps du confinement privent les communautés chrétiennes de la célébration de l’Eucharistie. Comment, dès-lors, vivre cette privation dans une prière qui mette chacun en attente de l’Eucharistie et entretienne le désir ? Les liturgies domestiques peuvent nourrir attente et désir à la manière dont le Seigneur (…)

  • cathopic_1539284915890138

    En dehors de la messe, vivre la communion et la fraternité, comment ?

    Face à l’absence de rassemblements communautaires, diverses propositions permettront aux fidèles de célébrer la mort et la résurrection du Seigneur, que ce soit à domicile ou dans leur église paroissiale, durant cette nouvelle période de confinement, et dans l’attente de la possibilité de rassembler les fidèles plus largement dans les semaines à venir.