Temps de prière à l’occasion du 31 décembre

"La pensée intime, le coeur de chacun est un abîme" (Psaume 64,6) Bible et veilleuse.

“La pensée intime, le coeur de chacun est un abîme” (Psaume 64,6)Bible et veilleuse.

Nous proposons ci-après un temps de prière pour le changement d’année civile, le 31 décembre au soir, dans un secteur pastoral ou une nouvelle paroisse. Mais ce schéma peut s’adapter à toute autre circonstance particulière. Durée prévue : 45 à 50 mn, en soirée.

Certaines circonstances, comme le changement d’année, peuvent être l’occasion pour les paroisses de propose un temps de célébration, pas nécessairement eucharistique. L’accent peut alors être mis sur le pardon, l’action de grâce et la demande. Ainsi, le 31 décembre, on peut proposer une prière de pardon et d’action de grâce pour l’année écoulée mais aussi de souhaits pour l’année à venir.

Ces différentes facettes de la prière sont justement caractéristiques de la Prière de l’Église qu’offre la Liturgie des Heures. On peut donc, largement s’inspirer de sa structure :

  • un temps de louange et d’action de grâce,
  • un temps d’écoute de la Parole,
  • un temps d’intercession.

Ouverture

Une procession d’entrée, avec musique (orgue ou autre instrument / ou chant connu de tous). Les personnes qui se déplacent peuvent être des représentants d’événements paroissiaux marquants de l’année écoulée (première eucharistie des enfants, jeunes et adultes confirmés, enfants et adultes baptisés, jeunes mariés, familles en deuil, accompagnateurs divers, membres du Service évangélique des malades, responsables de la quête de Carême, etc.)

Ces personnes peuvent porter un cierge allumé manifestant la permanence de Jésus, lumière du monde, lumière pour le monde dans le quotidien de nos journées. Les lumières peuvent être déposées autour du cierge pascal allumé pour la circonstance.

  • Accueil par le prêtre (ou le diacre) qui préside et ouvre la célébration : « Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit. Amen. »
  • Salutation : « La grâce de Jésus notre Seigneur, l’amour de Dieu le Père et la communion de l’Esprit Saint soient toujours avec vous… »

Préparation

  • Lecture de 1 Pierre 3, 8.9 (L’assemblée est assise.)

« Soyez tous dans de mêmes dispositions, compatissants, animés d’un amour fraternel, miséricordieux, humbles. Ne rendez pas le mal pour le mal, ou l’insulte pour l’insulte. Au contraire, bénissez, car c’est à cela que vous avez été appelés, afin d’hériter la bénédiction ».

  • Suit un temps de silence durant lequel chacun est invité à ressaisir son année pour la présenter au Seigneur. Avec ses joies, ses réussites, mais aussi avec ses échecs, ses ombres et ses fautes.
  • Le Prêtre conclut : « Que le Seigneur riche en miséricorde nous pardonne nos péchés et nous conduise à la vie éternelle. Amen. »
  • Le prêtre invite alors à la louange : « Et maintenant, comme nous invitait l’apôtre Pierre, bénissons le Seigneur, car c’est à cela que nous avons été appelés. »
  • L’assemblée se met debout et chante l’hymne : « Tenons en éveil la mémoire du Seigneur » C 243-1 (Chants notés de l’assemblée, CNA 591).

Liturgie psalmique

  • Psaume 66 (CNA, p. 83, antienne 2). L’assemblée est assise.
    Après la doxologie, un silence ( silence durant lequel chacun peut redire intérieurement un verset du psaume) suivi de l’oraison psalmique :

« Nous te rendons grâce et nous te bénissons, Père de Jésus, de nous avoir comblés en lui de toute grâce et bénédiction. Tu as dressé entre ciel et terre l’arbre de la croix : que ses bras s’étendent sur le monde, et que son fruit guérissent les nations ; que son geste conduise les hommes au salut, et que les peuples, rassemblés dans le Christ, te louent à jamais. »

  • Psaume 135 (CNA, p. 158, 160 ou CNA 479 ou toute autre mélodie).

Liturgie de la Parole

  • Lecture de Philippiens 1, 1‑11
  • Un silence (durant lequel on savoure un mot, une phrase de la lecture proclamée.)
  • Répons : « Le Verbe s’est fait chair ; Et il a habité parmi nous. » (C’est encore le temps de Noël !)
  • Tous se lèvent alors pour chanter le Magnificat (CNA188, 189, 190 ou toute autre mélodie). Pendant ce temps, le ministre peut encenser l’autel, la croix et le cierge pascal.

Prière de louange et d’intercession

  • Le prêtre introduit : « Notre Dieu est un Dieu qui se laisse touché. »
  • L’assemblée chante le refrain tandis qu’un lecteur dit (ou, mieux, chante, les intentions) :
    Refrain: Béni sois-tu, Seigneur.
    Béni sois-tu pour cette année qui s’ouvre. R/
    Béni sois-tu pour ce monde en croissance. R/
    Béni sois-tu pour l’Église que ton Esprit renouvelle. R/
    Béni sois-tu pour la Terre nouvelle que tu promets. R/
    (Quelques intentions libres)
  • Suit un court silence, avant de reprendre la prière de la même manière :
  • Refrain : Délivre‑nous Seigneur.
    De tout péché et de tout mal. R/
    De l’injustice et de la haine. R/
    De la famine et de la guerre. R/
    Des fléaux et des calamités. R/
    D’une mort imprévue. R/
    De la mort éternelle. R/
    (On peut prolonger la litanie.)
  • Le Notre-Père est introduit par le celui qui préside.

Liturgie d’envoi

  • Bénédiction solennelle (formule triple selon le Missel).
  • Chant d’envoi : « Laudate Dominum, omnes gentes, Alléluia » ou tout autre chant de louange comme « Nous chanterons pour toi, Seigneur (K38) » (CNA n° 569), etc.

Article extrait de la revue Célébrer n°322