Les hymnes dans l’Histoire

Bréviaire et office du soir

Par Marie-Armelle Girardon

Déjà dans les premières communautés chrétiennes, on rencontre les hymnes :

  • Dans plusieurs épîtres de saint Paul, on trouve des réminiscences d’hymnes chantées dans les assemblées chrétiennes, bien avant que ne soient rédigés les Evangiles. Ainsi Ep 5.14- Ph 2. 5-ll – Col 1, 15-20 et l Tm 3, 16 : « … Christ manifesté dans la chair, justifié par I ‘Esprit, apparu aux anges, proclamé chez les païens, accueilli dans le mande par la foi, enlevé au ciel dans la gloire. »
  • Au début du IIème siècle. Pline le Jeune écrivait à Trajan au sujet des chrétiens de Bithynie :

« Ils ont coutume de chanter en chœurs alternés des hymnes au Christ comme à un dieu. »

  • Saint Basile (329-379) présente comme antique l’hymne que nous chantons encore : Joie et lumière et le Gloire à Dieu de la Messe et de l’office du matin (PTP, p. S83) date aussi de cette époque.
  • Le père de l’hymnodie latine est Saint Ambroise qui fit de l’hymne un instrument pastoral pour transmettre la saine doctrine de façon simple
  • et mélodieuse. C’est de lui que nous tenons les hymnes des petites Heures :

« Voici le temps, Esprit très saint …

Le jour est dans tous son éclat …

O toi qui es sans changement

Avant la fin de la lumière … »

Tous ces textes constituent le début d’un étonnant répertoire qui, au Moyen Âge, atteindra près de 30 000 hymnes (dom 75 seulement se trouvaient encore dans le bréviaire romain d’avant Vatican II). Elles expriment en termes poétiques le mystère célébré, et on y trouve l’expression de la foi constante de l’Eglise adaptée au génie de chaque peuple et de chaque époque. Paul VI disait déjà en 1966 : « Il convient de conserver les trésors des moments les plus inspirés de la piété chrétienne, sans pour autant sceller lèvres de l’Eglise d’aujourd’hui de sorte qu’il n’en puisse sortir quelque chant nouveau, si vraiment le souffle de l’Esprit l’y habilite. »

Approfondir votre lecture

  • Février 2016 : Christ Pantocrator de la cath. Santa Maria Nuova (Sainte Marie la neuve) de Monreale, Sicile, Italie.

    Le Gloire à Dieu

    Au Kyrie eleison succède, sauf pendant l’Avent et le Carême, l’hymne Gloire à Dieu. Ici, le chant n’accompagne pas le rite (il ne se passe rien pendant le chant) ; le chant est le rite. Cela aura des implications sur sa mise en œuvre.

  • Session à à Saint Pierre qui Vire

    L’hymne, une parole d’aujourd’hui

    L’hymne assure au sein de la prière des Heures un rôle introductif. Porte d’entrée de la prière, elle contribue à créer un climat où le dialogue entre Dieu et son peuple va pouvoir se déployer et prendre sa mesure à l’aune de mots humains.

  • Mai 2010 : "Te Joseph celebrent agmina caelitum", hymne des laudes de la St Joseph, Vitrail de la chap. de la Providence, Rouen (76), France.

May 2010: Stainglass, La Providence, Rouen, France.

    L’hymne dans la liturgie des Heures

    Mai 2010: « Te Joseph celebrent agmina caelitum », hymne des laudes de la St Joseph, Vitrail de la chap. de la Providence, Rouen (76), France. Avec les psaumes, les lectures, et les prières (oraisons, prières litaniques, Notre Père), l’hymne est l’un des quatre éléments principaux de la structure de la Liturgie des Heures. Les autres éléments, […]