2. Vivre le temps de l’Avent: apprendre à attendre

2

Série d’articles proposée par le SNPLS pour nous accompagner à vivre la fin de cette année liturgique dans les conditions particulières du nouveau confinement national.

La méditation de l’Écriture sainte irrigue toute liturgie, à travers les multiples lectures et les diverses prières proclamées, mais aussi les gestes et attitudes, qui en reçoivent leur signification profonde. Cette signification se renforce encore par son enracinement dans l’année liturgique qui déploie le mystère du Salut en Christ tout au long du temps. Ce deuxième moment de confinement s’inaugure alors que l’année liturgique arrive à son terme. Ce contexte rend plus pressante encore l’invitation à suivre les grandes lignes de force mises à disposition par la liturgie pour aider chacun à entrer dans la grâce du temps présent, en toute occasion.

 

Apprendre à attendre,

la grâce du temps de l’Avent

Entrer dans l’Avent, c’est accepter d’être dépossédé de sa propre attente ! Alors que les derniers temps de l’année liturgique ont inscrit dans la vie chrétienne, l’espérance de la venue du Seigneur face à la fin du monde, il serait facile de vouloir trouver la réponse par soi-même. Pourtant, elle ne peut être que de l’ordre du Don. C’est là toute l’opportunité offerte par le temps de l’Avent : non pas seulement faire patienter jusqu’à Noël, mais apprendre à attendre selon le cœur de Dieu, lui qui ne cesse d’attendre l’homme. Il prend patience envers vous, car il ne veut pas en laisser quelques-uns se perdre, mais il veut que tous parviennent à la conversion (2P 3, 9).

D’ailleurs, le temps de confinement, ou l’impossibilité de rejoindre une communauté dominicale, risque de nous étourdir et de nous enfermer dans notre seule attente personnelle. Cette dernière deviendrait alors le diapason de ce que nous espérons. Face au manque, le danger est grand d’en vouloir aux autres comme à soi-même : trop tièdes et pas assez courageux, trop extrêmes et pas assez sensibles aux difficultés de l’instant, trop social et pas assez spirituels. D’une certaine façon, l’attente met au jour ce qui est notre désir le plus profond : est-ce d’accueillir Dieu tel qu’il est et comme il vient à notre rencontre, ou est-ce d’accueillir un dieu qui nous ressemble et vient pallier nos manquements ?

 

Es-tu celui qui doit venir
visiter nos prisons,
libérer nos mains,
éclairer nos visages
d’un bonheur sans déclin ?

Tu es l’Autre que nous attendons,
Jésus, notre semblable,
tu es le plus proche voisin,
l’Emmanuel dans nos prisons.

Es-tu celui qui doit venir
nous tracer le chemin,
libérer nos pas,
relancer notre marche
à ton rythme divin ?

Tu es l’Autre que nous attendons,
Jésus, guide fidèle,
tu es le témoin de nos pas,
l’Emmanuel sur nos chemins.

Durant les quatre semaines de l’Avent, la liturgie donne une belle pédagogie pour sortir de nos étroitesses et de nos impasses. C’est dans la figure de Jean, le Précurseur, que va se cristalliser cet apprentissage. Lui-même se défait progressivement de sa propre attente, en accueillant la manière dont Dieu va répondre à celle de son Peuple. Moi, je vous ai baptisés avec de l’eau ; lui vous baptisera dans l’Esprit saint (Mc 1, 8). Face au questionnement de ses contemporains, Jean-Baptiste ne leur propose pas une réponse toute faite, mais les oriente vers Celui qui vient. De la même manière que la liturgie nous en fait faire l’expérience, le prophète rappelle que le monde ne se suffit pas à lui-même et qu’il ne court pas vers sa perte. Est-ce toi qui me bâtiras une maison pour que j’y habite ? Le Seigneur t’annonce qu’il te fera lui-même une maison (2S 5.11). Aussi, en annonçant la venue du Christ, Jean ne dévoile pas seulement l’accomplissement de la promesse faite à Israël, mais le geste ultime de la manifestation de Dieu : Je serai pour lui un père ; et lui sera pour moi un fils (2S 7, 14).

Es-tu celui qui doit venir
ébranler nos silences,
libérer nos voix,
accorder nos paroles
à ton Verbe divin ?

Tu es l’Autre que nous attendons,
Jésus, Verbe et réponse,
tu es notre unique chanson,
l’Emmanuel dans nos silences.

Es-tu celui qui doit venir
féconder nos déserts,
libérer nos cœurs,
éveiller nos semences
par les eaux du Jourdain ?

Tu es l’Autre que nous attendons,
Jésus, Source d’eau vive,
tu es le printemps pour le grain,
l’Emmanuel dans nos déserts.

Au terme de cet Avent, pourra alors résonner l’invitation à accueillir la réponse que Dieu adresse à l’homme quand il se tourne vers Lui. À la manière de Marie, son Annonciation dévoile l’ultime étape de cette dépossession à laquelle ce cheminement nous a préparés. Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole (Lc 1, 38). Accueillir la Parole du Seigneur d’un cœur sincère, reconnaître ce don et rendre grâce, offre à chacun de porter le fruit qu’Il attend. Notre attente n’est finalement que le signe de celle de Dieu lui-même à notre égard. Ainsi, aucun don de grâce ne vous manque, à vous qui attendez de voir se révéler notre Seigneur Jésus-Christ (1 Co 1, 7).

Es-tu celui qui doit venir
et qui vient chaque jour
libérer nos vies,
ranimer notre souffle
au passage du tien ?

Tu es l’Autre que nous attendons,
Jésus, Sève du monde,
tu es le Vivant qui revient,
l’Emmanuel, Dieu-avec-nous.

Retrouvez enregistrements mp3 et partitions en PDF de cette hymne et de tant d’autres sur le site de Voix Nouvelles !

La liturgie, ressource spirituelle

  • 1. Vivre la fin de l’année liturgique

    4 novembre 2020 - Les ultimes semaines de l’année liturgique ne se contentent pas d’égrener les dernières minutes qui restent à vivre. (...) Elles offrent une véritable pédagogie afin de saisir, alors que ces temps sont les derniers, comment le monde n’avance pas vers sa perte, mais vers la plénitude de la communion avec Dieu.

  • 3. Vivre Noël : messe de Minuit, messe du Jour

    Décembre 2020 - C’est en nous, au plus bas, que Jésus s’invite cette nuit : Descend vite ! Aujourd’hui il faut que je demeure chez toi (Lc 19, 5). Le Mystère de Noël est donc abyssal : en nous comme en Dieu. (...)

  • 4. Vivre l’Octave de Noël et fêter la Sainte Famille

    Décembre 2020 - L’Octave de Noël, c’est Noël dans le cœur de Marie, dans le prisme de son regard, dans l’embrasure de sa maternité. Il est heureux que l’An neuf commence dans ce « point de vue » que la première concernée par le Mystère a patiemment élaboré.

  • 5. Vivre l’Epiphanie et le Baptême du Christ

    Décembre 2020 - L’Épiphanie, traditionnellement fixée au 6 janvier, est l’ancêtre et la doyenne de Noël : c’est cette fête qui est apparue la première, en Orient, avant que celle du 25 décembre ne vînt en quelque sorte la concurrencer.

Approfondir votre lecture

  • Communiqué au sujet du passe sanitaire

    La CEF considère que les règles en cours actuellement restent valables : à savoir l’utilisation du gel hydro alcoolique, le port du masque et tout autre mesure sanitaire liée à la pratique du culte.

  • La Maison-Dieu n°304 : La liturgie au miroir de la crise sanitaire

    Cet ouvrage rapporte cinq conférences du colloque annuel de l’Institut supérieur de liturgie (Theologicum de l’Institut catholique de Paris) qui voulait contribuer aux recherches théologiques actuelles suscitées par la crise sanitaire, notamment en théologie des sacrements et de la liturgie.

  • Pâques – trame pour une liturgie domestique

    En cette période où la crise sanitaire empêche les catholiques de participer normalement à la liturgie dominicale, le site du SNPLS relayera chaque semaine une proposition pour vivre une liturgie domestique : en famille, en maison de retraite ou en petit groupe, voire seul(e) mais en communion d’esprit avec d’autres.