Pourquoi une promotion de chants pour la liturgie ?

Pour une bonne compréhension et une meilleure utilisation des promotions de chants pour la liturgie, par le Département musique sacrée du CNPL (aujourd’hui SNPLS). Cet article est paru dans Documents épiscopat, en mars 1996.

Dans une lettre adressée aux Évêques de France, Mgr Moutel présentait le sens et le but du travail entrepris afin de promouvoir des chants pour la liturgie.

Il ne s’agit pas de remplacer intégralement le répertoire actuel des paroisses par ces chants, ni de les utiliser obligatoirement tous. L’expérience prouve, en effet, que la plupart des paroisses, ne peuvent, en général, intégrer que deux ou trois chants nouveaux par an. Certes, des paroisses ou communautés s’en approprieront facilement plusieurs, mais d’autres, aussi respectables, trouveront que ces chants dépassent leurs possibilités.

Avec ces promotions, il ne s’agit ni de décourager ceux qui ont des moyens plus faibles, ni de rejeter les auteurs dont les œuvres ne figurent pas dans les listes actuelles.

Il s’agit de regarder ces chants comme des références et de tendre, dans la composition et l’utilisation d’un répertoire, à une meilleure expression de la foi.

Parce qu’on ne chante pas ses émotions mais le mystère révélé, les sources bibliques sont indiquées : on pourra ainsi mieux réaliser l’articulation entre les chants et la Parole ; derrière ces références, il y a des pistes d’homélie.

Parce que la gestion du répertoire des chants fait partie des moyens missionnaires, des indications sont fournies sur l’utilisation liturgique. Qu’on permette de rappeler ceci :

a) Pour la mémoire de la foi, n’utilisons les chants que pour le rite et le temps pour lesquels ils ont été écrits.

b) N’obligeons pas l’assemblée à en apprendre constamment de nouveaux : elle ne les mémorise pas.

c) Pensons que l’assemblée n’est pas dans la situation de la chorale. À cause des nombreuses répétitions, la chorale peut se lasser d’un chant que l’assemblée n’aura eu l’occasion de chanter que deux ou trois fois.

d) Prendre en compte, quand on projette d’introduire un chant nouveau, le fait qu’il ne figure pas dans les livrets de la paroisse.

Enfin, pour aider à une bonne mise en œuvre, quelques lignes attirent l’attention sur différents points.

Bon travail missionnaire !

Approfondir votre lecture

  • Livres de chants.

    Répertoire et liturgie : si on choisissait autrement nos chants ?

    « Le prêtre, en organisant la messe, considérera davantage le bien du peuple de Dieu que ses inclinaisons personnelles » (Présentation générale de la liturgie des Heures 352). L’enjeu du chant dans la liturgie est ici défini : le bien du peuple de Dieu. Et quel est ce bien, sinon l’expérience spirituelle du mystère pascal ? Que peut-on en déduire pour le choix des chants ? Couleur liturgique et attitude spirituelle, deux critères essentiels pour choisir un répertoire.

  • Abbaye de Sept Fons, Dompierre sur Besbre (03), France.

    Musique liturgique : l’emploi du répertoire historique pendant le Carême

    Peut-on utiliser le « trésor » musical de l’Eglise dans nos liturgies ? Comment ? A quelles conditions ? Que faire des motets, hymnes, psaumes hérités de plusieurs siècles par des compositeurs de grand talent, parfois au rang de chef d’œuvre ? Voici une proposition de répertoire historique pour le Mercredi des Cendres et le temps du Carême.

  • XXVIIème festival de musique sacrée de Sylvanès

    Musique liturgique : l’emploi du répertoire historique pour les Rameaux et la Semaine sainte

    Peut-on utiliser le « trésor » musical de l’Eglise dans nos liturgies ? Comment ? A quelles conditions ? Que faire des motets, hymnes, psaumes hérités de plusieurs siècles par des compositeurs de grand talent, parfois au rang de chef d’œuvre ? Voici une proposition de répertoire historique pour le temps de la Passion : le Dimanche des Rameaux et la Semaine sainte.