• De la préséance des célébrations liturgiques

    8 Juin 2014 : Messe Solennelle de Pentecôte à Notre-Dame de la Garde, à l'occasion du 150ème anniversaire de la consécration de la baslique, à Marseille (13), France.

    En regardant le calendrier liturgique général, nous remarquons d’emblée que certaines célébrations ont la préséance sur d’autres.

  • Chemin de croix, méditation active de la Passion

    25 mars 2016 : Chemin de croix du vendredi Saint en l'église Notre Dame du Rosaire. Les Lilas (93), France.

    Pour comprendre ce qu’est un chemin de croix, il faut se reporter à Jérusalem au IVe siècle. Égérie, la pèlerine, raconte comment se célébrait la Passion du Seigneur qui commençait dans la nuit du jeudi saint et se poursuivait dans la journée du Vendredi au cours d’une lente pérégrination qui menait les fidèles de l’église de Gethsémani jusqu’au Saint-Sépulcre à travers toute la ville.

  • Sainteté et ritualité

    9 octobre 2016 : Trois mois après l'attentat de Nice, une fidèle catholique dépose un cierge avant la messe dominicale en l'église St Pierre d'Arène, située aux abords de la promenade des Anglais. Nice (06), France.

    Les saints prennent, aujourd’hui, une place croissante dans la vie des croyants. Phénomène de mode ? Besoin de se rassurer ? Envie d’intercesseurs plus faciles à atteindre que la Majesté divine ? Ces questions actuelles nous invitent à regarder la place que l’Église donne aux saints dans la liturgie.

  • Des cendres au feu de la Pentecôte   

    27 mars 2016 : Guillaume CAMILLERAPP, diacre, allume le cierge  pascal au feu nouveau lors de la Vigile pascale à Saint-Malo (35), France.

    La logique naturelle veut que l’on passe du feu aux cendres ; du feu chaleureux, qui consume tout, aux cendres inertes et froides. Le feu consume ce qui le fait vivre si bien qu’il en meurt. La liturgie nous fait entrer dans une autre logique, la logique divine, qui met à mal nos idées préconçues sur le feu et la cendre. Commencé par la cendre, le grand cycle pascal fait jaillir un feu qui ne s’éteint pas et, ce faisant, il structure l’expérience chrétienne.

  • Hypertrophie du Triduum ?

    25 mars 2016 : Vendredi saint. Chemin de Croix au Colisée à Rome, Italie.

March 25, 2016: Way of the Cross. Good Friday, Rome, Italy.

    Lundi, mardi, mercredi saints : trois jours sans relief, coincés entre la ferveur du dimanche des Rameaux et la splendeur du Triduum pascal ? Trois jours qui font partie de la Semaine sainte sans y jouer un rôle prépondérant, trois jours qui ont leur mot à dire.

  • L’origine de la prière des Heures dans l’Église

    07-08 mai 2005 : Moniale des Fraternités monastiques de Jérusalem lisant la prière du jour dans un champ lors du pèlerinage sur les routes de Vézelay (89), France.

    « Que je vive et que mon âme te loue ! » (Ps 118, 175) La liturgie des Heures, cette prière mal connue et parfois mal aimée, plonge ses racines dans l’expérience bouleversante de la rencontre du Christ ressuscité. C’est là qu’elle se tient et se maintient depuis l’origine ; c’est là qu’elle conduit le priant d’hier et d’aujourd’hui.

  • La liturgie des Heures, « un trésor de vie spirituelle »

    23 mars 2012: Mains de femme en prière avec un chapelet sur un livre de psaumes.Egl. Saint Pierre de Montmartre, Paris (75), France.

March 23rd, 2012: Woman's hands praying with a rosary on an open book of psalms. Saint Pierre de Montmartre Church, Paris (75), France.

    Pour comprendre le chemin spirituel que trace la liturgie des Heures, il convient de mettre de côté toutes les images que nous en avons, toutes les expériences que nous avons vécues ici ou là, pour revenir à la source même de ce qui la constitue prière de l’Église.

  • Complies : « À toi ces derniers mots du jour ! »

    7 Juillet 2012 : 2e Nuit des Eglises à l'initiative de la revue Narthex,égl. Sainte Marie Madeleine, Couzon sur Coulange (52), France.

 July 7th, 2011: Second Night of Churches. Churches open their doors all the night for artistic, cultural and spiritual events. Ch. Sainte Marie Madeleine, Couzon sur Coulange (52), France.

    « Complies est la dernière prière du jour, à faire avant le repos de la nuit, même après minuit le cas échéant[1]. » Dernier acte de prière, les Complies ramassent en un bouquet serré toute la dispersion du jour et le dépose entre les mains du Créateur. La nuit, comme une mort à toutes occupations, vient refermer sur la vie son manteau de sommeil : demain, si Dieu le veut, nous quitterons le tombeau de la nuit pour nous lever dans le matin du jour nouveau.

  • Vêpres : « Rendre grâce au soir tombant »

    soir-vepres

    Dans l’ancienne division du temps, en usage chez les Romains, la vigilia vespertina, c’est-à-dire le soir, était la première des quatre parties de la nuit : soir, minuit, chant du coq, matin. On appelait aussi vesper (vénus), l’astre lumineux qui devient visible dans la pénombre grandissante. De là, l’habitude, souvent conservée, de parler des Vêpres pour dire l’office du soir.

  • « Au matin, je me tourne vers toi ! » : la prière de louange

    19 août 2011 : Moine lisant son bréviaire lors de la Via Crucis avec BXVI lors des JMJ 2011, Paseo de Recoletos, Madrid, Espagne.

2011 August 19th : Via Crucis with BXVI during WYD 2011, Paseo de Recoletos, Madrid, Spain

    La prière du matin porte la marque spécifique de l’acte liturgique qu’elle met en œuvre : la louange. L’émerveillement de la louange est à la fois un acte spontané de l’homme et un don de Dieu. À cet égard, le verset d’introduction de l’office est significatif : Seigneur, ouvre mes lèvres et ma bouche publiera ta louange.