La psychologie du deuil en quatre étapes

7 octobre 2015 : Messe de funérailles. Rite de la lumière, qui consiste à prendre la flamme du cierge pascal pour allumer les cierges qui entourent le cercueil. Egl. Saint-Jean-de-Montmartre. Paris (75), France. October 7th, 2015: Funeral mass. Church of St-Jean-de-Montmartre, Paris, France.La perte d’un être cher provoque chez la personne endeuillée un choc qui déstabilise plus ou moins profondément l’équilibre personnel et les relations. L’expression courante « faire son deuil » dit maladroitement le processus psychologique qui permet peu à peu à chacun de se reconstruire pour retrouver un nouvel équilibre. Mais la perte d’un proche n’est jamais l’oubli et la reconstruction à opérer n’est jamais un retour à la stabilité connue avant l’épreuve.

La psychologie identifie quatre étapes successives que chacun doit traverser comme un chemin en apparence bien balisé. En réalité, ce processus de reconstruction est plus ou moins long et compliqué selon les personnes, leur fragilité ou leur capacité de résilience selon l’expression popularisée par Boris Cyrulnik, les circonstances du décès et la force du lien avec la personne disparue.

La première étape est celle du choc : l’annonce du décès ressemble au coup reçu par un boxeur. On parle encore de sidération pour décrire cette forme de paralysie. Le coup reçu plonge dans un état qui coupe du réel : « Ce n’est pas possible. »

La deuxième étape est celle de la déstabilisation. Elle survient rapidement quand la prise de conscience met face à la dure réalité de la mort. L’être aimé n’est plus et grandit peu à peu alors le sentiment de la perte inéluctable : « Jamais plus… ». Le réel s’impose alors comme un puits dans lequel on s’enfonce. On pourrait parler de dépression sauf que le ressenti opère un passage nécessaire, « normal », où s’entremêlent des sentiments ou attitudes apparemment contradictoires : l’écrasement, la culpabilité, le déni, la révolte, le besoin de parler ou le mutisme… La perte inéluctable est là qui met au bord du vide.

Il faut du temps, des semaines, des mois, pour que ce temps commence à laisser place à la troisième étape : l’adaptation. Peu à peu, la personne assimile les conséquences de la perte. Elle est capable d’affronter la situation, d’accepter mieux l’absence pour commencer à se reconstruire. Elle fait face aux questions matérielles et recompose son univers, sa relation à elle-même et aux autres y compris à la personne disparue. Elle intègre le « jamais plus » qui devient un peu plus supportable et émerge peu à peu de l’abîme.

Enfin la dernière phase, celle du rétablissement, ouvre un nouvel avenir possible. Sans jamais oublier l’être cher disparu ni la dureté de l’épreuve, la personne retrouve le goût de vivre, de faire des projets.

Ce lent processus de reconstruction n’est pas un itinéraire balisé dans le temps. Le deuil est un chemin escarpé, fait d’avancées, de longues haltes et même de retours en arrière inattendus. C’est là que l’écoute, la proximité dans la durée sont essentiels, car cela permet de « mettre des mots sur les maux » et de soigner les blessures. Mais parfois la plongée est si violente que la personne reste au fond de l’abîme et ne peut s’en sortir seule. On parle alors de deuils pathologiques au sens où la reconstruction par soi-même devient impossible. Il faut alors la vigilance de l’entourage et l’aide de professionnels pour faciliter la traversée de passages impossibles.

Télécharger la fiche pratique complète :

La psychologie du deuil

funérailles retour

Approfondir votre lecture

  • « Que Dieu, le Père plein de tendresse,
le Dieu de qui vient tout réconfort,
nous apporte la consolation. »

    Deuil et après-confinement : célébrer l’eucharistie en mémoire des défunts

    Les familles en deuil ont célébré les funérailles d’un proche à l’église au cours du confinement en l’absence des membres de plus de 70 ans, leurs amis et de la communauté paroissiale. Dans certaines situations, la célébration à l’église n’a pas été possible. Voici des propositions de célébrations pour vivre le temps d’adieu, en famille ou en communauté paroissiale, avec la prière de l’Église avant de se rendre au cimetière.

  • « Avant de commencer la célébration, il sera bon de disposer un petit espace-prière avec par exemple une croix et une bougie allumée à côté.  »

    Crise sanitaire COVID-19 et confinement : s’unir par la prière aux funérailles d’un proche

    En ce temps de confinement, vivre le deuil d’un proche devient plus douloureux encore. Le diocèse de Saint-Etienne a publié une proposition de temps de prière à vivre à la maison pour s’unir à un temps de funérailles.

  • Un cimetière à la campagne.

    COVID-19 : Célébrer les funérailles au lieu de l’inhumation

    Le contexte épidémique et les dispositifs de confinement des personnes ont des conséquences sur les dispositifs pastoraux dans les diocèses concernant la célébration des funérailles. Cette note propose une piste pour célébrer des funérailles au lieu de l’inhumation, si le passage par l’église n’est pas ou plus possible.