• Prières sur le thème de la Création

    Jésus nous enseigne à prier. Il se retirait souvent dans la nature pour prier (Luc 6, 12) et nous pouvons suivre son exemple. Voici quelques propositions de prières sur le thème de la Création.

  • Cheminer avec saint Joseph : propositions spirituelles du diocèse de Bordeaux

    Le diocèse de Bordeaux a édité un livret proposant trois liturgies domestiques autour de la figure de saint Joseph et sept semaines de prière au saint, à vivre seul(e), en famille, ou petit groupe, en communion avec toute l’Eglise.

  • Accompagner par la prière nos proches hospitalisés, malades ou en fin de vie

    14 avril 2020 – La rédaction de l’hebdomadaire Magnificat propose un guide permettant aux fidèles de se tenir, par la prière, “au chevet” de leurs proches malades, des personnes hospitalisées, éprouvées par la maladie, atteintes du virus COVID-19, et des personnes en fin de vie, (…)

  • L’office des défunts : accompagner par la prière ceux qui nous ont quittés

    La rédaction de l’hebdomadaire Magnificat propose un guide permettant aux fidèles d’accompagner, par la prière, leurs proches défunts. On y trouve l’office des défunts, tiré de la liturgie des Heures et deux autres temps de prières au pied de la croix, et autour de la lumière.

  • S’unir par la prière aux funérailles d’un proche

    25 mars 2020 – En ce temps de confinement, vivre le deuil d’un proche devient plus douloureux encore. Le diocèse de Saint-Etienne a publié une proposition de temps de prière à vivre à la maison pour s’unir à un temps de funérailles.

  • COVID-19 et crise sanitaire : Se confier à la Vierge Marie

    24 mars 2020 – « J’ai 83 ans. A la résidence, nous respectons les mesures imposées pour nous. Mais un cas vient de se déclarer et les 75 résidents doivent obligatoirement rester dans leur chambre. J’aimerais recevoir une prière à la Vierge Marie afin qu’elle nous protège et que Dieu nous bénisse (…)

  • La prière de guérison : que dit l’Église ?

    Que dit le Catéchisme de l’Église Catholique sur les prières de guérison ?

  • Par la prière familiale, entrer dans la prière de l’Église

    La prière est perçue aujourd’hui comme une démarche intime, personnelle, privée : « Je prie où je veux, quand je veux et je dis à Dieu ce que je veux » ; elle devient une sorte de dialogue intérieur avec soi-même. Pour faciliter l’accès à la prière communautaire (en couple, en famille) la participation à un mouvement chrétien ou à un groupe de prière est une expérience irremplaçable.

  • La prière pour les morts : pourquoi et comment prier ?

    Au début du mois de novembre, l’Église célèbre, dans deux fêtes conjointes, les saints et les défunts. Nous sommes invités, dans le même mouvement, à rendre grâce à Dieu pour les innombrables saints et saintes qu’il nous a donnés et à le prier pour la masse, innombrable elle aussi, des défunts que, nous le savons, Dieu n‘oublie pas.

  • Liturgie des funérailles : prier pour les défunts, dans la foi et l’espérance

    L’Eglise a pour vocation de porter les familles marquées par le deuil, c’est son ministère de compassion. Elle a aussi pour mission de prier pour les défunts dans la liturgie, que ce soit dans la célébration des funérailles ou dans la diversité des célébrations liturgiques. Pourquoi ?

  • L’examen de conscience, la prière d’alliance ignatienne

    « Laissez-vous réconcilier avec Dieu » nous dit saint Paul. C’est un grand travail ! N’est-ce pas une manière de confesser son amour pour lui ? Lorsque la parole de Dieu met l’être en mouvement, elle le prépare à se laisser faire par l’Esprit Saint qui l’habite. Mais c’est un long apprentissage.

  • La prière du Rosaire

    A son origine, le rosaire est la prière de ceux qui ne sont pas assez savants pour lire les Psaumes, en particulier les “frères” dans les monastères. De même qu’il y a 150 psaumes, le Rosaire est composé de 150 Je vous salue Marie répartis en 15 dizaines précédées d’un Notre Père. Pendant chaque dizaine, on médite un mystère du Christ.

  • La prière de l’ordination épiscopale

    Les prières d’ordination (épiscopale, presbytérale ou diaconale) sont adressées à Dieu, le Père de Jésus-Christ. Leur introduction comporte toujours l’expression de sa louange, de manière comparable à celle que l’on trouve au début des prières eucharistiques. La prière d’ordination épiscopale met plus spécifiquement l’accent sur la paternité de Dieu qui s’exprime en termes de tendresse, de réconfort (2Co 1, 3), d’attention aux plus humbles (Ps 112, 6).

  • La prière de dédicace d’une église

    La dédicace d’une église est l’acte solennel par lequel un édifice est voué définitivement au culte. Elle est célébrée par l’Église locale rassemblée dans la diversité de ses membres autour de son évêque. Celui-ci prononce la prière de dédicace avant de procéder à l’onction de saint chrême de l’autel et des murs de l’église.

  • Le Propre de la fête de l’Assomption

    Les oraisons, antiennes et préface de la messe, les hymnes des offices propres à la Solennité de l’Assomption de Marie, le 15 août. Le 15 août, l’Église fête l’Assomption de la Vierge Marie. « Au terme de sa vie terrestre, l’Immaculée, Mère de Dieu a été élevée en Son corps et en Son âme à la gloire du Ciel ».

  • Prier le Notre Père : pour que son règne advienne

    Par le père Philippe Loiseau. Le temps de l’Avent est particulièrement approprié pour redécouvrir la prière du Notre Père. De même que l’Avent oriente l’Église vers l’avènement définitif du Règne de Dieu en tension avec le temps présent, de même les sept demandes du Notre Père sont reliées entre elles par un double dynamisme en opposition :

  • Noël et la piété populaire

    L’Avent et Noël sont accompagnés de nombreuses manifestations populaires qu’il est bon de conserver tout en leur redonnant un sens compréhensible aujourd’hui. Tout en rappelant la priorité des célébrations de l’année liturgique sur les autres pratiques de dévotion, le Directoire sur la piété populaire et la liturgie présente les significations des différentes expressions et traditions qui ont cours à l’occasion de la fête de Noël. Il suggère aussi d’en privilégier certaines et d’en garder pour les autres années.

  • Notre Père et éthique

    Pour bien situer la dimension éthique du Notre Père, il faut avoir à l’esprit que son registre propre est la prière, et non l’éthique. Cependant quelques points communs les rapprochent.

  • Prier en famille : une proposition inspirée de la Liturgie des Heures

    La prière familiale est un exercice chrétien de grande importance, c’est une manière de conduire les enfants sur le chemin de Dieu et de marcher avec eux sur la route de la rencontre.

  • La liturgie des Heures, prière trinitaire

    Comme toutes célébrations liturgiques, la liturgie des Heures met en lumière l’union intime qui existe entre l’Église en prière et le Christ en prière. Dans la constitution Laudis canticum, promulguant l’Office divin restauré par décision du concile Vatican II, Paul VI le soulignait :

  • L’origine de la Liturgie des Heures

    La Liturgie des heures, cette prière mal connue et parfois mal aimée, plonge ses racines dans l’expérience bouleversante de la rencontre du Christ ressuscité. C’est là qu’elle se tient et se maintient depuis l’origine ; c’est là qu’elle conduit le priant d’hier et d’aujourd’hui. Une telle expérience mérite que l’on s’interroge sur la place de la prière des heures dans la vie de l’Église en jetant, tout d’abord, un regard en arrière afin de comprendre d’où vient la Liturgie des Heures que l’Église nous invite à prier aujourd’hui.

  • Chant liturgique et expérience spirituelle

    On a beaucoup écrit sur la spiritualité, mais on peine à définir l’opération mystérieuse par laquelle l’être humain, imprégné de vie divine, essaye de s’ouvrir à cette vie, d’en jouir et d’en vivre à son tour en communion avec d’autres. Nous allons toutefois nous donner quelques repères, même sommaires, afin de fonder une réflexion sur ce thème en ce qu’il est lié à la pratique du chant liturgique.

  • Proposer une prière communautaire au cimetière le 2 novembre

    À l’occasion de la Commémoration des fidèles défunts le 2 novembre, beaucoup vont au cimetière pour porter des fleurs sur les tombes et pour se souvenir de la mémoire des défunts proches. Voici le canevas d’une prière proposée par les équipes de funérailles d’une paroisse.

  • Accompagner des catéchumènes dans la découverte des rites : prier, ça s’apprend ?

    « Un de ses disciples lui dit “Seigneur, apprends-nous à prier …” » (Luc 11,1). Le Notre Père reçu de Jésus s’est transmis aux fidèles. Mais prier s’apprend-il ? La prière n’est-elle pas d’abord un élan spontané, un cri du cœur ? Les rites ne risquent-ils pas d’enfermer la relation avec Dieu dans le formalisme ? La question vaut pour tout chrétien, mais elle se déplace pour le catéchuménat : est-il nécessaire qu’un catéchumène découvre les rites ? Faut-il des règles, pour donner goût à la prière ? L’enjeu est ici de préciser à la frontière entre catéchèse et liturgie, comment initier le catéchumène à la vie liturgique de la communauté ?

  • Lectio divina, la lecture sainte dans un groupe

    La Bible

    Lire à plusieurs un texte biblique apporte généralement une autre dimension à la lecture sainte. Mais comment procéder ? Voici une proposition parmi d’autres. Elle fonctionne dans un groupe de 5 à 10 personnes. Le texte biblique est choisi parmi ceux qu’offre la liturgie de la messe.