Redécouvrir l’intensité spirituelle du Chemin de Croix de Soeur Catherine

Station VIII - Jésus et les femmes de Jérusalem

Station VIII – Jésus et les femmes de Jérusalem

Par le Père Rochon, de l’abbaye de Solesmes

Le chemin de croix, composé de quatorze aquarelles en noir et blanc, peintes par sœur Catherine Bourgeois, connaît une nouvelle croissance.

Les textes scripturaires, méditations et prières choisis par un moine de Solesmes déjà présents en : français, anglais, allemand, italien, espagnol, espéranto, sont désormais accessibles en : portugais, russe, grec, roumain, slovaque et arabe, soit en douze langues différentes.

Sœur Catherine s’est « retirée du monde », comme l’on dit. Ermite, elle vit dans une petite maison voisine de l’abbaye de Solesmes et se donne entièrement à Dieu. Sa peinture manifeste avec bonheur toute la profondeur de sa quête spirituelle…

Le travail artistique de cette religieuse, intéressant par sa simplicité, remarquable par son intensité spirituelle, s’adresse désormais à un grand public, grâce aux nombreuses langues disponibles. Le non emploi de la couleur permet de s’attacher davantage aux expressions remarquables et originales.

Depuis l’antiquité, les pèlerins de Jérusalem souhaitaient parcourir le chemin douloureux de leur Sauveur. Au 15e siècle, les franciscains introduisirent en Europe des reproductions de la Passion et le nombre des stations du chemin de croix se fixa à quatorze.

« A Tours, le 20 septembre 1996, le pape rentre vers 20 heures en hélicoptère chez les sœurs dominicaines où il loge, épuisé par une journée à Sainte-Anne d’Auray, où il a rencontré les familles et les jeunes et célébré la messe solennelle. Il dit à l’évêque, Mgr Jean Honoré : « Je vais aller prier à la grande chapelle, là-bas. » Il commençait à marcher avec difficulté, l’évêque lui dit : « Saint-Père, vous avez vu qu’on vous a aménagé une petite chapelle, à côté de votre chambre. Allez plutôt là. » « Non, non la grande chapelle, la grande chapelle. » Panique chez les sœurs : le ménage n’avait pas été fait depuis longtemps, car elle ne servait presque pas. Arrivé à la chapelle, il dit : « Laissez-moi tranquille ici, revenez dans une heure. » L’évêque le laisse enfin tout seul. Quand il revient une heure après, que voit-il ? Le Saint-Père à genoux devant la dernière station du chemin de Croix. On était vendredi soir. »

Afin de rendre disponible encore plus largement ce chemin de Croix, le site via-crucis accueillerait volontiers des traductions en d’autres langues.

Nous remercions d’avance les bénévoles qui accepteraient de nous procurer ces traductions, notamment dans les langues de l’Extrême-Orient.

Approfondir votre lecture

  • 29 mars 2013 :  Chemin de croix du Vendredi saint à Saint-Nicolas-des-Champs, Paris (75), France.

March 29, 2013 : Good Friday. Way of the cross in Paris (75), France.

    Chemin de croix, de l’évangile aux psaumes

    Cet article intervient en supplément du numéro 389 de la revue Célébrer, paru en janvier-février 2012 – La rubrique Chrétiens en prière (Célébrer, p. 42-43) vous a présenté un chemin de croix composé d’extraits de psaumes. Le voici en intégralité. C’est une évocation de tous ceux qui souffrent aujourd’hui.

  • Croix portée en procession

    L’expérience existentielle et symbolique de la pérégrination

    « Compagnons, nous faut cheminer / Sans faire demeurance. » ces vers dans le chant du pèlerin de Compostelle expriment la dynamique de notre condition humaine. Quoi de plus symbolique que la marche ?

  • Chemin de croix, d'après les aquarelles de Pierre Lafoucrière

    Le chemin de Pâques de la basilique de Paray-le-Monial (71)

    Par Dominique Dendraël, Conservatrice du musée du Hiéron et Marie-Agnès Descourvières, Chargée du service des publics, musée du Hiéron Un chemin de Pâques pour la Basilique de Paray-le-Monial depuis 2011 ! L’exposition retrace la genèse de ce projet mené en collaboration avec les bénédictins de l’abbaye de Ligugé. Elle présente, à travers un ensemble de […]