Qu’est-ce que le sacrement de pénitence et de réconciliation ?

9 mars 2018 : Une jeune femme priant lors de la célébration de pénitence dans la basilique Saint Pierre au Vatican.

9 mars 2018 : Une jeune femme priant lors de la célébration de pénitence dans la basilique Saint Pierre au Vatican.

« Je cherche à en savoir plus sur la confession et sur le sacrement de pénitence et réconciliation ? »

Quelques éléments de réponse.

En bref, le Rituel distingue deux formes du sacrement :

  1. Une forme qui correspond à la démarche personnelle qu’un fidèle accomplit auprès d’un prêtre avec aveu, demande de pardon et absolution. Les parties étant contrition ou regret du péché éclairé par la Parole de Dieu, aveu, pénitence donnée par le prêtre comme signe de la conversion, et absolution, c’est-à-dire le pardon donné par le ministère de l’Eglise « au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit ».
  2. Une forme intégrée dans une célébration communautaire où l’écoute de la Parole de Dieu qui éclaire la dénonciation du péché est amplifiée par la lecture publique, avec la prière d’intercession commune et la démarche personnelle de ceux qui le souhaitent auprès d’un des prêtres présents.

Dans des cas exceptionnels de nécessités déterminés par le Droit avec autorisation de l’évêque, cette forme peut se célébrer avec confession et absolution générales (ou collectives).

Selon ces deux formes, « ceux qui s’approchent du sacrement reçoivent de la miséricorde de Dieu le pardon des offenses qu’ils lui ont faites ; en même temps, ils sont réconciliés avec l’Eglise que leur péché a blessée et qui coopère à leur conversion, par la charité, l’exemple et la prière. » (Rituel, finale de l’article 7, p. 13 et Lumen Gentium, n°11).

Les célébrations pénitentielles correspondent à la forme communautaire avec prière commune, écoute de la Parole, invitation à l’examen de conscience et à la contrition, demande de pardon. Mais elles ne comportent pas de démarche spécifique conduisant à l’aveu individuel et absolution. Elles ont souvent valeur de préparation à la démarche sacramentelle qui peut avoir lieu ultérieurement.

Remarque : Le pardon peut toutefois être acquis de plusieurs manières lorsqu’il s’agit de péchés véniels, c’est-à-dire, qui n’ont pas un caractère de gravité marqué (défaillances légères ou quotidiennes). Parmi les modalités qui caractérisent cette dimension pénitentielle de la vie chrétienne, l’Eglise retient traditionnellement : le pardon mutuel, la prière, le jeûne, le partage et les différentes formes d’entraide, l’effort pour sortir de son égoïsme, le refus de l’injustice, l’engagement apostolique.

Pour aller plus loin :

  • Célébrer la pénitence et la réconciliation. Rituel, Chalet Tardy, 2008 (édition 1991) qui donne la portée théologique et pastorale des formes sacramentelles et des célébrations pénitentielles .
  • Le Guide Célébrer : Laissez-vous réconcilier avec Dieu, Cerf, 1999
  • Série de rubriques parue dans la revue Célébrer : entre le n° 332 (nov.-déc 2004) et le n°353 de juillet 2007 sous le titre « Célébrer la pénitence et la réconciliation »
Monique Brulin, théologienne, Professeur honoraire de l’Institut Catholique de Paris

Sur le même thème

  • « Seigneur, Dieu de l'univers, fais-nous revenir ; que ton visage s'éclaire, et nous serons sauvés. » (Ps. 79)

    Vivre la pénitence : les pistes du rituel

    « Dieu fais-nous revenir » (Psaume 79). Ce cri du psalmiste devient souvent le nôtre, lorsque nous réalisons, qu’à cause de notre faiblesse ou du péché, nous avons besoin de renouer avec lui ou tout simplement d’intensifier notre vie baptismale. Chacun alors pense spontanément au sacrement de la pénitence et de la réconciliation, qui représente le chemin de la conversion privilégié dans l’Eglise latine depuis le Moyen Age jusqu’à une période récente. Or l’épidémie nous prive de ce chemin.

  • « Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
selon ta grande miséricorde, efface mon péché. »

    En route vers Pâques, engager une démarche de contrition du cœur

    La situation exceptionnelle de pandémie du coronavirus empêche de recevoir l’absolution sacramentelle. Mais, dans le sillage de ce que le pape François a proposé dans son homélie du 20 mars, il est possible et bon de vivre un chemin de contrition et de demande de pardon à Dieu avec, pour les fautes graves, « la ferme résolution de recourir le plus tôt possible à la confession sacramentelle », afin de recevoir effectivement le pardon de ses péchés.

  • « Reviens, je te guérirai de ton infidélité, je t'aimerai profondément, car ma colère a disparu. Je serai comme la rosée, tu fleuriras comme un lys et tu prendras racine comme un arbre du Liban. »

    COVID-19 : « Si tu ne trouves pas de confesseur… »

    « J’ai besoin du sacrement de réconciliation. Mes pasteurs ne peuvent venir me voir pour que je puisse confesser mes péchés. Que faire ? » Ce message rejoint bien d’autres reçus par les évêques et les prêtres dans toutes les régions marquées par la crise sanitaire. Le confinement prive les catholiques de la possibilité habituelle de se confesser en ce temps de conversion qu’est le Carême. Dans son homélie de la messe du vendredi 20 mars à la chapelle Sainte Marthe, le pape François lui‑même s’est fait l’écho de cette difficulté à pouvoir vivre la confession sacramentelle.