Fêtes, solennités, mémoires … les degrés des célébrations liturgiques

11 avril 2010 : Cierge pascal allumé lors du dimanche in albis. Egl. Saint Severin. Paris (75) France. April 11th, 2010 : Eastern candle. Saint Severin ch. Paris (75) France.

11 avril 2010 : Cierge pascal allumé lors du dimanche in albis. Egl. Saint Severin. Paris.

Par Paul De Clerck

« Car un jour est différent des autres jours, une heure, des autres heures » – Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince.

Les jours liturgiques

« Chaque jour est sanctifié par les célébrations liturgiques du Peuple de Dieu. Le premier jour de la semaine, ou Jour du Seigneur,…l’Église célèbre le mystère pascal » (Normes, n° 4).

Les autres célébrations se divisent, selon leur importance, en solennités, fêtes et mémoires, auxquelles s’ajoutent les féries.

Les solennités, comme Noël, Épiphanie, Annonciation, Pâques.., commencent la veille avec les premières vêpres, parfois avec une messe propre de vigile.

Les fêtes qualifient les jours comme la Présentation du Seigneur au Temple, les fêtes d’Apôtres ou la Nativité de Marie, etc.

Les mémoires, obligatoires ou facultatives, honorent des saints considérés comme plus importants, tels Basile ou ou Thérèse d’Avila.

Les féries correspondent aux autres jours, sans particularité.

De la variété dans les célébrations

Comment donc faire de la diversité avec le même ? La réponse est simple : en variant le menu du repas! C’est la recette magique de l’Année liturgique.

Ces réalités sont présentées dans les Normes universelles de l’année liturgique (1969), particulièrement dans son premier point : Les jours liturgiques. Elles commencent par souligner que « chaque jour est sanctifié par les célébrations liturgiques du Peuple de Dieu », l’Eucharistie et l’Office divin.

Puis elles présentent, en premier, le dimanche, le Jour du Seigneur : « en vertu d’une tradition apostolique qui remonte au jour même de la Résurrection du Christ, l’Église y célèbre le mystère pascal. C’est pourquoi le dimanche doit être tenu pour le jour de fête primordial » (n° 4).

Les solennités, fêtes et mémoires correspondent principalement aux fêtes du Christ et des saints. Parmi ces derniers, ceux qui ont grande importance sont célébrés dans l’Église universelle ; la célébration des autres demeure facultative ; ceux qui ne sont pas inscrits au calendrier universel sont laissés à la dévotion particulière d’une Église, d’une nation ou d’une famille religieuse.

Intérêt pastoral et mise en œuvre

Le proverbe le dit bien : « L’ennui naquit un jour de l’uniformité » ! Le calendrier liturgique est une machine à faire de la différence. Le fait que les normes liturgiques établissent des degrés divers de célébration doit inciter les pasteurs à varier les modalités de célébration, notamment leur ampleur. Comment donc ?

Les divers temps liturgiques ont chacun leur couleur, au sens propre du terme puisqu’aux solennités les vêtements sont blancs ; ils sont violets en Carême et rouges aux fêtes des martyrs.

Il convient aussi d’adapter le programme musical au degré festif du jour, pour passer du calme quotidien aux éclats des solennités et aux réjouissances des fêtes.

On sera également attentif à la durée des célébrations. On respectera la longueur de la Vigile pascale et ses nombreuses lectures. On veillera à ne pas célébrer de la même manière le dimanche et les jours de semaine.

On peut songer à des déplacements : une procession dans l’église ou à l’entour pour solenniser une fête locale. Sans oublier, bien évidemment, la variation possible des prières eucharistiques dont la quatrième comporte quatre variantes !

Approfondir votre lecture

  • 23 mars 2012: Mains de femme en prière avec un chapelet sur un livre de psaumes.Egl. Saint Pierre de Montmartre, Paris (75), France.

March 23rd, 2012: Woman's hands praying with a rosary on an open book of psalms. Saint Pierre de Montmartre Church, Paris (75), France.

    Le temps ordinaire, un espace pour une conversion paisible

    L’année liturgique présente, dans sa structure, une alternance de temps forts, nettement caractérisés, et de temps dits « ordinaires ». Ces temps ordinaires n’ont cependant rien de quelconque. On n’y célèbre pas un aspect particulier du mystère chrétien, mais on y chemine au fil des jours vers le Père, dans la lumière du Christ, accompagnés par l’Esprit.

  • 4 février 2010 : "Les pèlerins d'Emmaüs" oeuvre du peintre d'ARCABAS, Musée d'Art Sacré Contemporain dans l'Egl. de Saint-Hugues-de-Chartreuse entièrement consacré aux oeuvres du peintres ARCABAS (travaux réalisés entre 1953 et 1991). Isère (38), France.

February 04, 2010 : The musée d'art sacré contemporain in the Ch. of Saint-Hugues-de-Chartreuse. Monumental paintings and creations by ARCABAS, painter born in 1926. Isère, France.

En publiant cette photo, vous vous engagez à verser des droits à l'ADAGP.

    L’année liturgique, chemin de conversion

    Chaque année, le temps liturgique nous fait parcourir tout le mystère du Christ. À travers le cycle pascal, les fêtes fixes, la succession des dimanches, ce sont les grands mystères de la foi que les chrétiens sont invités à célébrer. Il y a là comme une catéchèse permanente, un voyage initiatique qui permet aux baptisés de se réapproprier toutes les dimensions de leur foi, au cœur de leur propre histoire et de celle de l’humanité.

  • 10 Septembre 2012 : Réalisation du vitrail pour l'église Ozanam de Cergy-Le-Haut (95) dans les ateliers Loire. Lèves (28), France.

September 10, 2012: Creation of the religious stained glass for the church Ozanam at Cergy-Le-Haut (95) in the workshops Loire. Levès (28), France.

    L’art du vitrail, un chemin de lumière

    A l’âge d’or des cathédrales, une relation ambiguë liait l’homme et le temps. Encadré par l’Eglise, le temps revêtait une symbolique forte et prégnante. Temps cyclique, l’année était rythmée par les saisons, les travaux des champs et les fêtes religieuses. Profane et sacré s’interpénétraient ainsi au point que nos cathédrales en portent toujours les traces : elles portent en elles le symbole du temps.