Fleurir à la Toussaint

Composition florale pour la Toussaint

Composition florale pour la Toussaint

Par Nicole Morel d’Arleux, ancien membre du bureau de Fleurir en Liturgie

 

Fêter la Toussaint, c’est fêter tous les saints, connus et inconnus, qui vivent et partagent la joie de Dieu. Nous leur demandons de nous aider dans notre vie quotidienne.

Ce n’est que depuis le XXe siècle que Pie X insère cette fête sur la liste des huit fêtes, dites d’obligation. La fête de tous les saints devient une fête chômée.

La date choisie est le 1er novembre.

C’est le début de l’automne : quelle chance pour nous ! La nature se pare de tous ses éclats avant d’entrer dans l’endormissement de l’hiver.

Les lieux

Tout d’abord pour cette fête, nous pourrions faire un bouquet à l’accueil, si l’espace à l’entrée de l’église le permet. Les éléments seront les mêmes que ceux utilisés dans la composition pour l’espace liturgique.

Puis, près de l’autel, une composition.

La forme du bouquet

Elle pourrait être ascensionnelle, mais généreuse.

Le contenant

Vase droit, rond… toujours en rapport avec la forme du bouquet que nous souhaitons faire.

Ce serait une bonne occasion d’utiliser une souche, si nous nous servons comme éléments des branches de nos forêts.

Rappelons que le contenant ou la souche stabilise la composition et l’« enracine ».

Cet enracinement peut être souligné aussi en enlaçant le contenant par une belle branche morte

Les feuillages

Nous n’aurons que l’embarras du choix. Il suffira de se promener pour trouver des branches de hêtre, d’érable ou tout autre arbre, des branches bien colorées de forsythia fort beau à cette saison (il prend des couleurs d’automne très intéressantes) ou d’arbustes de nos forêts et jardins.

Pour la base, nous avons les feuilles d’hosta, de bergenia ou de fougère…

Les fleurs et les fruits

La nature est bien généreuse avec les fleurs de fin de saison (dahlias, chrysanthèmes …).

Utilisons de belles et grosses fleurs.

Les arbustes sont couverts de fruits (pyracantha, viburnum…)

Essayons les branches couvertes de fruits rouges ou orangés.

Une autre idée : une composition plus simple, mais accompagnée d’un grand nombre de lumignons multicolores. Les différentes couleurs des fleurs ou lumignons feraient penser à tous ces hommes et femmes, cette multitude de ceux qui ont été « sanctifiés dans la plénitude de l’amour de notre Seigneur Jésus ». L’Église nous propose cette vision de gloire au seuil de l’hiver, profitons en.

Télécharger l’article complet en PDF :

N. Morel d’Arleux – Fleurir à La Toussaint

Sur tv.catholique.fr

Un Temps pour la Création

Comment vivre ce temps, pleinement ? Eléments de réponse avec Elena Lasida, chargée de mission écologie et société à la Conférence des évêques de France.

Approfondir votre lecture

  • 31 Décembre 2011 : Christ en croix lors des vêpres et du Te Deum à la Bas. Saint Pierre, Rome, Vatican.

    L’hymne du « Te Deum » : A toi, Dieu, notre louange !

    Cette hymne A toi, Dieu, notre louange ! est placée par la liturgie des Heures en conclusion de l’Office des lectures des dimanches (sauf en Carême), des solennités et des fêtes. Cette composition de Nicetas, qui était évêque en Roumanie à la fin du IVe siècle, l’Église l’a transmise précieusement et en a fait le chant privilégié des actions de grâce.

  • Flyer espace liturgique 2019 2020

    A Paris, une formation théologique sur les lieux de célébration

    A Paris, l’Institut Supérieur de Liturgie propose un cours-séminaire à trois voix sur le thème : « L’espace de célébration : une épiphanie de l’Église ». D’octobre 2019 à mai 2020, ce cycle de 8 matinées d’enseignement et de formation permettront d’aborder sur le plan théologique, liturgique et architectural la question de l’espace de célébration.

  • LMD 296 couverture

    La Maison-Dieu n°296 : Liturgie et inculturation

    Le numéro 296 de la revue d’études liturgiques et sacramentelles La Maison-Dieu s’intitule « Inculturation. La liturgie de Vatican II dans le monde contemporain ». Ce volume de la revue trimestrielle du SNPLS, édité par le Cerf, est paru au mois de juin 2019 aux éditions du Cerf.