Ordinaire

Du latin ordinarius : « qui est selon l’ordre ». L’Ordinaire par excellence est l’évêque, principe du sacrement de l’ordre en son diocèse, et ministre principal de toute la liturgie.

L’ordinaire de la messe est constitué par la succession organisée des parties invariables de la célébration eucharistique : on oppose l’ordinaire au propre. On appelle « temps ordinaire » l’ensemble des trente-quatre semaines qui se succèdent ordo veut dire « suc­cession ») dans l’intervalle des cycles de Noël et de Pâques (voir Année liturgique).

Dom Robert Le Gall – Dictionnaire de Liturgie © Editions CLD, tous droits réservés

Tout le lexique :
  1. a
  2. b
  3. c
  4. d
  5. e
  6. f
  7. g
  8. h
  9. i
  10. j
  11. k
  12. l
  13. m
  14. n
  15. o
  16. p
  17. q
  18. r
  19. s
  20. t
  21. u
  22. v
  23. w
  24. x
  25. y
  26. z
  • Le Missel à travers l’histoire

    Il s’agit ici de situer le Missel dans l’histoire ce qui revient à présenter sa nature et son objet, au-delà de la simple normalisation et régulation liturgique de l’ordinaire de la messe.

  • Missel du prêtre, missel des fidèles ?

    Qu’il soit improprement appelé le livre du prêtre ou déployé dans de multiples éditions à destination de tous les fidèles, le missel veut faire naître la prière eucharistique de l’Église.

  • Le Missel romain, un livre à explorer

    En explorant les différentes parties du Missel romain, nous découvrons le caractère organique de la messe et son déploiement liturgique.

  • Messe ou Eucharistie ?

    La messe est le mot habituellement utilisé pour désigner la célébration du sacrement de l’Eucharistie. On peut alors s’interroger : l’Eucharistie se confond-elle avec la messe ?

  • Des Ordinaires pour des temps liturgiques précis

    Avent, Temps de Noël, Carême, Temps pascal … la question d’avoir des Ordinaires propres à des temps liturgiques donnés mérite d’être posée. Mais avant, il convient tout d’abord de s’entendre sur le terme « Ordinaire » lui-même.