Le dimanche, jour du Seigneur

Le premier jour de chaque semaine, qui est appelé jour du Seigneur ou dimanche, en vertu d’une tradition apostolique qui remonte au jour même de la résurrection du Christ, l’Eglise célèbre le mystère pascal. C’est pourquoi le dimanche doit être tenue pour le jour de fête primordial.

– Réf. Parole de Dieu et année liturgique

Le dimanche, « jour du Seigneur »

  • Le dimanche, jour du Seigneur

    Cette promesse du Christ continue à être entendue dans l’Eglise qui y trouve le secret fécond de sa vie et la source de son espérance. Si le dimanche est le jour de la Résurrection, il n’est pas seulement le souvenir d’un événement du passé : il est la célébration de la présence vivante du Ressuscité au milieu des siens (Dies Domini, 31).

  • Vêpres et vigiles comme préparation du dimanche

    Dans le chapitre « La célébration des mystères du Seigneur, le Dimanche », au n°204 de la PGLH, il est noté : « L’office du dimanche commence aux premières vêpres (office du samedi soir) ». Dans ce même document, concernant les vigiles, il nous est rappelé combien il est bon de « veiller » le Seigneur qui vient (n° 70-73).

  • Dimanche et diaconie

    L'Eucharistie, une fraternité à vivre : Faire mémoire du Christ, chaque dimanche, ne saurait se réduire au seul mémorial du repas pascal, sans prise en compte du lavement des pieds et de la recommandation du Seigneur : « C’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous (Jn 13, 15) ».

  • Le mystère pascal au coeur de la liturgie

    « A quoi servirait-il de naître sans le bonheur d'être sauvé. » (Exultet). Le Mystère pascal est au cœur de la liturgie et « l'Eglise célèbre le mystère pascal, en vertu d'une tradition apostolique qui remonte au jour même de la résurrection du Christ, chaque huitième jour, qui est nommé à bon droit le jour du Seigneur, ou dimanche.

  • Le dimanche, jour de l’Église

    Nous poursuivons notre lecture des grandes lignes de la lettre apostolique du pape Jean-Paul II, Dies Domini, sur la sanctification du dimanche, et nous nous interrogeons sur la dimension ecclésiale de la liturgie dominicale.

  • Le dimanche, jour de baptême

    Nous poursuivons notre lecture des grandes lignes de la lettre apostolique du pape Jean-Paul II, Dies Domini, sur la sanctification du dimanche. S’interroger sur le lien entre dimanche et baptême contribue à revivifier le sens du dimanche et à éclaire nos pratiques pastorales.

  • Le dimanche, jour eschatologique

    Nous poursuivons notre lecture des grandes lignes de la lettre apostolique du pape Jean-Paul II, Dies Domini, sur la sanctification du dimanche, et nous nous interrogeons sur la dimension eschatologique propre à ce jour de la semaine.

  • Célébrer le dimanche à partir de la Liturgie des Heures

    Cette proposition pour un temps de prière dominical en communauté s’inspire de la structure de la prière des Heures.

  • Le dimanche, jour de Dieu, jour de l’homme

    Le 31 mai 1998, le Pape Jean-Paul II offrait à l’Eglise sa lettre apostolique Dies Domini sur la sanctification du dimanche. Divisée en cinq chapitres, cette lettre rappelle les fondements du dimanche chrétien, la place essentielle de l’eucharistie dominicale, tout en prenant en compte les dimensions sociologiques du dimanche et son aspect prophétique.

  • Vivre le dimanche autrement ?

    Depuis plusieurs années se développent des propositions riches et variées pour vivre quelques dimanches de l’année de façon renouvelée : temps conviviaux après la messe, petit déjeuners ouvrant à un partage thématique avant la messe, journée dominicale avec différentes étapes d’une catéchèse paroissiale ...

  • A la suite du Temps pascal, accueillir la nouveauté de Dieu dans la liturgie

    Avant d’entrer dans le Temps ordinaire, à la fin du Temps pascal, la liturgie nous donne à prier une très belle oraison de collecte, celle du samedi précédant le jour de Pentecôte : « Au terme de ces fêtes pascales, accorde-nous, Dieu tout-puissant, de garder la Pâque de ton Fils présente dans toute notre vie. »

  • Interpréter l’ordinaire, réflexions d’un organiste

    Flûtes, cromornes, cornets, anches viennent à peine d’avoir coloré le temps de Noël, et me voici confronté au Temps ordinaire. Les pleins jeux et tutti ont accompagné la joie pascale, et déjà le Temps ordinaire s’annonce, un long temps ponctué de quelques fêtes.

  • Accomplissement des écritures et liturgie dominicale

    « Accomplir les Écritures : depuis quelques années, cette formule attire et inquiète. » Présentant en ces termes le deuxième volume du grand œuvre de Paul Beauchamp, L'Un et l'Autre Testament : 2. Accomplir les Écritures, l'éditeur souligne la difficulté d'aborder un motif, dont on pressent par ailleurs l'intérêt, voire l'actualité, eu égard aux nouvelles perspectives affectant la théologie biblique.

  • Quand les hommes se rassemblent

    Espace, fonction, signification : Quand des hommes se rassemblent, ils occupent un espace délimité, qu’il soit à ciel ouvert ou abrité. On peut, dans chaque cas, mesurer cet espace et le circonscrire. C’est le point de vue de l’encombrement, de la superficie ou du volume occupés.

  • temps ordinaire

    L’ordinaire de la messe, du temps, du lieu

    Par Serge Kerrien, Diacre permanent et délégué épiscopal au diocèse de Saint-Brieuc pour les questions de catéchèse et catéchuménat, pastorale sacramentelle et liturgique, formation, pèlerinages et pardons   Le dictionnaire définit généralement « l'ordinaire » comme ce qui est habituel,[...]

Le dimanche et les temps liturgiques

  • Dimanche de la Parole de Dieu : propositions liturgiques pour une célébration eucharistique

    Le pape François a publié le 30 septembre 2019 une lettre apostolique, Aperuit illis, dans laquelle il institue le troisième dimanche du temps ordinaire comme « Dimanche de la Parole de Dieu », cette année le 26 janvier. Voici les propositions des services diocésains de la catéchèse et de la pastorale liturgique et sacramentelle du diocèse de Strasbourg pour une célébration eucharistique en paroisse lors du Dimanche de la Parole de Dieu.

  • Dimanche de la Parole de Dieu : un guide liturgique et pastoral pour célébrer avec l’Église

    A l'occasion du 26 janvier 2020, troisième dimanche du Temps Ordinaire, choisi pour célébrer le Dimanche de la Parole de Dieu, le Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation propose cet ouvrage comme un « guide précieux pour célébrer avec le pape François et toute l'Église ».

  • Le dimanche de rentrée

    La notion de rentrée est très marquée en France puisque le pays, dans pratiquement toutes ses composantes, semble s'arrêter durant les deux mois de juillet et août. Cette donnée nous conduit à calquer le rythme de l'année pastorale, d'une part sur l'année liturgique, et d'autre part sur l'année scolaire. Il y a en conséquence un lien naturel entre la rentrée scolaire et la rentrée pastorale : la seconde bénéficiant de la dynamique qu'engendre la première.

  • Fleurir en la fête du Christ-Roi

    A la fin de l’année liturgique, avec le trente-quatrième dimanche du Temps ordinaire, l‘Église nous invite à célébrer la solennité du Christ-Roi. Le titre de la fête semble évoquer la puissance de Dieu. Pourtant, nous célébrons celui qui n’exerce pas un pouvoir de domination mais qui révèle sa royauté en s’offrant lui-même cloué sur une croix.

  • Journée mondiale des pauvres : la liturgie, une école d’accueil

    A la fin du Jubilé de la Miséricorde, le pape François a voulu instituer une Journée mondiale des pauvres. Il l’a fixée au 33e dimanche du temps ordinaire dans Misericordia et misera, sa lettre de clôture de cette année jubilaire. La troisième édition aura lieu le dimanche 17 novembre 2019.

  • Du dimanche des Rameaux et de la Passion au dimanche de la Résurrection

    La lecture de la Passion le dimanche qui précède le triduum pascal est très ancienne : elle est attestée à Rome dès le VIe siècle par la prédication de Saint Léon le Grand. A Jérusalem, dès le IVe siècle on voit l’apparition d’une procession en mémoire de l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem avant d’y souffrir sa Pâque.

  • Les scrutins, étapes pour les catéchumènes et chance pour l’assemblée dominicale

    Chaque année, des adultes s’apprêtent à recevoir les sacrements de l’initiation : baptême, confirmation, et eucharistie. L’Église les appelle « catéchumènes ». Ceux-ci cheminent en paroisse, en aumônerie, accompagnés par des aînés dans la foi, et vivent l’itinéraire que propose le Rituel de l’initiation chrétienne des adultes (RICA).

  • Les évangiles des huit dimanches du Temps pascal

    Les évangiles des huit dimanches « entre Pâques et Pentecôte nous révèlent un itinéraire qui donne au peuple de Dieu les vivres nécessaires pour parcourir ce temps « intermédiaire ». L’Église y fait l’expérience de la proximité du Ressuscité, tous les jours jusqu’à la fin du monde … en attendant précisément son retour dans la gloire.

  • Deuxième dimanche de Pâques : une plongée pascale dans les entrailles de la miséricorde du Père

    Deuxième dimanche de Pâques, dimanche in albis, dimanche de Thomas, dimanche de Quasimodo et maintenant dimanche de la Divine Miséricorde. A première vue de quoi se perdre dans la signification du dimanche très particulier qui suit la fête de Pâques. Juxtaposition ou déploiement liturgique ?

  • Des chants et de la musique couleur du temps

    L'année liturgique est une traversée dynamique du temps qui trouve son sens ultime dans la plénitude du mystère pascal. C'est du mystère pascal que se nourrissent toutes les liturgies auxquelles nous participons, mais, si notre âme en est restaurée dans chaque célébration, notre intelligence et notre sensibilité le goûtent dans le « peu à peu » du temps qui s'écoule. Le « peu à peu » est nécessaire à notre entrée dans la connaissance du mystère de Dieu, et l'Eglise, dans sa sagesse pédagogique, a déployé l'immense richesse du mystère pascal au long du cycle annuel.

  • Interpréter l’ordinaire, réflexions d’un organiste

    Flûtes, cromornes, cornets, anches viennent à peine d’avoir coloré le temps de Noël, et me voici confronté au Temps ordinaire. Les pleins jeux et tutti ont accompagné la joie pascale, et déjà le Temps ordinaire s’annonce, un long temps ponctué de quelques fêtes.

  • « Dimanche à thème » : chance et risque de l’évènementiel

    « Au terme de ces fêtes pascales, accorde-nous, Dieu tout-puissant, de garder la Pâque de ton Fils présente dans toute notre vie. Lui qui règne ». La prière d’ouverture du samedi de la 7e semaine de Pâques exprime bien l’un des enjeux du Temps ordinaire : vivre l’extraordinaire de l’événement pascal dans l’ordinaire de nos existences personnelle et communautaire.

Célébration de l'eucharistie

A lire sur

www.catechese.catholique.fr

L'Oasis n°10 Être paroissien

Sur www.eglise.catholique.fr

Approfondir votre lecture

  • Du Carême au Temps pascal

    Des Cendres à la Pentecôte, la liturgie trace un itinéraire sans rupture où nous expérimentons la profondeur du mystère pascal qui est, conjointement, un chemin d’abandon à la volonté du Père et une force de vie nouvelle : ce que creuse le Carême trouve sa résonance dans le Temps pascal.

  • De l’Avent au temps de Noël

    Durant les trois mois qui séparent le premier dimanche du Carême du dimanche de la Pentecôte, la communauté des chrétiens vit la période la plus intense de l’année. Si importante que soit la célébration des fêtes de la venue du Seigneur parmi les hommes, on ne saurait la mettre en parallèle avec celle de Pâques. Il n’y a pas deux pôles dans l’année chrétienne, Pâques et Noël. Il n’y a qu’un sommet, c’est la Pâque.

  • Solennités, fêtes et saints

    Dans les fêtes de l’année liturgique, on placera au premier plan les fêtes du Seigneur, car elles commémorent les mystères centraux de notre salut, les événements principaux de la vie du Christ ou des dévotions liés à la personne du Christ, comme le Sacré-Cœur ou la Croix de Notre-Seigneur.