Quelques difficultés actuelles au sujet de l’« au-delà » …

17 août 2014 : Pèlerinage marial à Notre-Dame de Miribel avec ascension du chemin de croix et messe en plein air célébrée par le P. Hervé RIVOIRON, Villard, Haute-Savoie (74), France 17 August 2014: Marian pilgrimage at Our Lady of Miribel with ascent of the way of the cross and outdoor Mass celebrated by F. Hervé RIVOIRON, Villard, Haute-Savoie (74), France

17 août 2014 : Pèlerinage marial à Notre-Dame de Miribel avec ascension du chemin de croix et messe en plein air célébrée par le P. Hervé RIVOIRON, Villard, Haute-Savoie (74), France.

Par Louis-Marie ChauvetCuré de paroisse dans le diocèse de Pontoise et professeur émérite à l’Institut catholique de Paris.

L’objectif de cette contribution est fort modeste. On n’entend ni prendre en compte la multiplicité des questions théologiques soulevées par la foi chrétienne concernant les « choses dernières » (les eschata), ni même, pour les quelques questions retenues, faire œuvre théologique originale. On ne parlera même pas de la genèse biblique de la foi en la résurrection, pas plus que de celle du purgatoire ou de l’enfer …

C’est d’abord comme pasteur que se situe le théologien signataire de ces lignes. Comme beaucoup de ses confrères en paroisse, il est en effet fréquemment amené à rencontrer des difficultés dans l’esprit des gens, y compris « croyants pratiquants », par rapport à ce que la foi chrétienne propose quant à l’« au-delà ».

À travers cette contribution, il ne vise rien d’autre que de proposer des éléments d’herméneutique qui permettent d’élucider ces difficultés. Celles-ci ne sont pas nouvelles : elles ont été soulevées au long des siècles. Mais la culture actuelle les fait éprouver et exprimer de manière assez neuve. Ainsi, à propos de l’enfer par exemple : durant les époques antérieures, l’idée du « petit nombre » d’hommes sauvés appartenait tellement au monde vécu, ou aux évidences culturelles que, malgré son caractère scandaleux, elle n’était pas susceptible d’être remise en question ; aujourd’hui, cela non seulement ne va plus de soi, mais c’est plutôt la conviction inverse qui s’impose : l’enfer pourrait bien être vide.

Les difficultés rencontrées aujourd’hui concernent notamment :

(1) la résurrection de la chair ;

(2) le jugement de Dieu, et particulièrement l’affirmation d’un double jugement : « particulier », dès la mort, et « général », à la fin des temps ;

(3) parfois aussi, le ciel comme vision de Dieu ;

(4) plus souvent, la prière pour les défunts, pratique à laquelle est liée la doctrine du purgatoire ;

(5) fréquemment enfin, la possibilité de l’enfer.

Telles sont donc les cinq questions que, dans une perspective pastorale, on voudrait éclairer. Toutefois, avant d’entrer dans le vif du sujet, quelques précautions méthodologiques s’imposent.

Article extrait de la revue La Maison-Dieu, n°213, 1998, p 33-58.

Télécharger l’article intégral ci-contre.

Approfondir votre lecture

  • Funérailles : célébrer en présence d’une urne

    De plus en plus, les équipes funérailles sont confrontées à la demande d’une célébration à l’église en présence d’une urne. Il nous semblait utile ici d’en voir ici les raisons principales et de donner un schéma type de célébration.

  • Obsèques religieuses selon le décret du 29 octobre 2020

    10 novembre 2020 – L’article 47 du Décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire porte sur les lieux de culte. Quelles précisions en déduire sur les obsèques ?

  • Deuil et après-confinement : célébrer en mémoire des défunts

    26 mai 2020 – Les familles en deuil ont célébré les funérailles d’un proche à l’église au cours du confinement en l’absence des membres de plus de 70 ans, leurs amis et de la communauté paroissiale. Dans certaines situations, la célébration à l’église n’a pas été possible. (…)