La fraction du pain et sa signification

28 janvier 2011: Eucharistie, égl. Saint François d'Assise, Paris (75), France. January 2011: Mass, Paris (75), France.

Fraction du pain

Par René Pothier et Sœur Catherine Aubin, Dominicaine, professeur de théologie spirituelle et sacramentaire à Rome

« La nuit qu’il fut livré, Jésus rompit le pain » (1 Co 11, 23). Après sa résurrection, raconte Luc, les disciples le reconnurent à la fraction du pain (Lc 24, 35). Qu’en est-il de ce geste si significatif qui guérira les disciples de leur aveuglement ? Pourquoi un tel décalage entre cet événement et nos célébrations où la fraction du pain passe si souvent inaperçue ? En a-t-il toujours été ainsi ? Par ailleurs, on pourra aussi se reporter à l’histoire iconographique de ce récit des pèlerins d’Emmaüs qui est riche de sens1.

Le mémoire de maîtrise de René Pothier concernant « La Fraction du pain »2 permet de réfléchir à nouveau sur l’évolution et les déplacements de sens depuis la période apostolique. Sa recherche confirme et précise l’importance de la fraction du pain dans le rituel juif, puis dans le Nouveau Testament et l’Église ancienne. Au fil des siècles, cette fraction du pain perdra progressivement son importance, et un déplacement théologique s’opérera tant en Occident qu’en Orient.

Cet aperçu historique donne à penser sur ce que nous vivons aujourd’hui dans nos célébrations. En conclusion, il s’amènera à interroger sur une résonance possible quant au comportement des fidèles aujourd’hui.

Télécharger l’article complet ci-contre.

Article extrait de la revue La Maison-Dieu, n°209, 1997, p 61-78

[1] Voir P. PRETOT, Les Yeux ouverts des pèlerins d’Emmaiis dans LMD 195, 7-48. // [2] R. POTHIER, La Fraction du pain, mémoire de maîtrise en théologie, Institut catholique de Paris, 1993. (Les numéros de pages donnés en cours de texte renvoient à ce mémoire : p. XXX.) En italique, les réflexions personnelles de Catherine Aubin (NDLR).

Approfondir votre lecture

  • La messe pas à pas…

    Et si nous profitions de la mise en œuvre de la nouvelle traduction du Missel romain pour faire grandir notre « goût » de la messe en 16 étapes ?

  • Vivre en communion : communier en dehors de la messe

    Plusieurs possibilités, enracinées dans le Rituel de l’eucharistie en dehors de la messe (AELF), peuvent permettre aux chrétiens de vivre une communion eucharistique, marquée par la dynamique communautaire. Les propositions qui suivent offrent quelques pistes possibles et qui restent à adapter selon les situations.

  • Vivre en communion : célébrer la liturgie des Heures

    Vous trouverez ici un guide pratique pour célébrer la liturgie des Heures, afin de rester en communion en dehors de la messe.